Erdogan accepte de rencontrer Ahmet Türk (de Yüksekova)

Première entrevue Recep Tayip Erdogan- Ahmet Türk

Dans la famille qui m’accueillait, c’est Semra qui l’a annoncé à son père. Evidemment, quand les info ont annoncé la nouvelle lundi soir, elle a fait parler dans les foyers de Berfican, le village de l’ancien député Esat Canan, dans la sous-préfecture de Yüksekova où je passais la soirée. Recep Tayip Erdogan, le premier ministre turc acceptait enfin de rencontrer Ahmet Türk, le président du DTP, le parti kurde. Il se refusait jusqu’à lui serrer la main depuis que ce parti avait envoyé une vingtaine de députés au Parlement aux élections de Juillet 2007. Motif, le DTP refuse de dire que le PKK est une organisation terroriste… comme les millions d’électeurs qui ont permis au parti de remporter de nombreuses municipalités dans la région kurde et qui refusent de qualifier « ceux de la montagne » de terroristes.

Comme il fallait s’y attendre, le CHP (le parti kémaliste) et le MHP (extrême droite) râlent. « En quoi le DTP a-t-il changé? ». Décidément, le CHP – qui s’affirme de gauche – ne change pas non plus. Ces deux partis n’ont quasiment plus aucune représentativité dans la région, on se demande pourquoi.

Le lendemain ceux qui me disaient au revoir quand je quittais le village étaient plutôt optimistes. On pensait enfin qu’une vraie volonté de régler la question kurde commençait à se manifester. Jusqu’ici, on avait le sentiment que la Turquie voulait régler la question sans les Kurdes. Ou seulement avec « ceux qui sont sages ».

Or dans la région d’Hakkari, rares sont ceux qui n’ont pas au moins un(e) cousin(e) qui ait rejoint la montagne. Les familles des « sehits » (martyrs) sont légion, un frère, une soeur, un cousin montant remplacer celui qui vient de tomber. Et on n’y compte plus les villages détruits dans les années 90.  Si l’AKP y avait fait un score inespéré aux élections législatives, en remportant in extrêmis deux des trois sièges de députés, aux municipales du printemps dernier, ça a été un raz de marée DTP. Avec des scores dépassant les 80%, même les villages de korucu – les gardiens de village, armés et payés par l’Etat contre le PKK – y ont voté DTP !

Hier soir, la veille de l’entrevue, j’évoquais cette rencontre avec un (farouche) sympathisant du DTP. Comme j’admirais l’habilité politique de Tayip Erdogan et sa capacité à prendre ainsi tout le monde « par suprise », il reconnaissait qu’Erdogan était certainement avec Ozal, qui n’était pourtant pas sa tasse de thé non plus, le meilleur Premier Ministre de ces dernières décennies en Turquie. Il n’apprécie ni le côté religieux, ni le nationalisme qui anime le Premier Ministre turc. Mais selon lui, c’est bien parce qu’Erdogan, sans avoir les oeillères de certains de ses prédécesseurs, est aussi un nationaliste, qu’il a la capacité d’apporter une solution à la question kurde : « Un politicien de gauche ou plus franchement démocrate serait immédiatement accusé de vouloir diviser le pays« .

Le Yuksekova Haber fait sa Une d’un micro trottoir de réactions à l’entrevue entre le PM et Ahmet Türk. Ceux qui lisent le turc constateront qu’elle fait plutôt plaisir aux habitants interrogés. Pour les autres je traduis (comme je peux) les paroles du premier interlocuteur, Usuf Özer :  » Nous aussi, nous sommes des êtres humains. Nous avons le droit d’user de notre liberté. Cette rencontre est assurément une très bonne chose. C’est très bien que nos leaders se rencontrent et se comprennent. »

Que ce monsieur ait senti le besoin de rappeler que les Kurdes sont des « êtres humains » en dit long sur l’état d’esprit de certain(e)s en Turquie, pas loin de penser que les Kurdes, surtout sympathisants du DTP, sont de dangereux sauvages. pas tout à fait humains.

Cela étant, on ne peut pas encore parler d’enthousiasme dans la région. La plupart de ceux que j’ai rencontrés, attendent de voir. Chacun sait que ce sera difficile. Le PKK a prolongé le cessez le feu jusqu’en septembre, mais les opérations de l’armée continuent. Au moment où j’écris ces lignes, on entend le bruit d’hélicoptères de combat. Il y a quelques jours, des avions de chasse ont survolé la ville de Yüksekova  à une altitude si basse, que le dernier étage du batiment où je me trouvais en tremblait. Des militants du DTP ou des sympathisants présumés du PKK viennent d’être arrêtés. Un gosse de 17 ans à Yüksekova, la semaine dernière. Et 2 militants du DTP viennent d’être tués dans des circonstances mystérieuses à Beytüşebab (province de Sirnak)

Beaucoup pensent aussi que si cette fois on n’arrive pas à entamer un vrai début de solution pour la région, ce sera pire après cette occasion manquée. Mais pour le moment ses (nombreux)  sympathisants attendent surtout la feuille de route qu’Abdullah Ocalan doit présenter de son ïle prison d’Imrali le 15 août prochain. Et d’ici là beaucoup de choses peuvent encore se passer.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s