L’Iran construit un mur sur la frontière turque (Yüksekova)

Le mur sur la frontière turco iranienne

L’Iran a beau détester Israël, ça ne l’empêche pas de lui chiper des idées.  Les Yüksekova Haber rapportent que depuis quelques semaines, les habitants de  villages frontaliers du district de Yüksekova, ont eu la mauvaise surprise de voir un mur en béton, d’une hauteur d’un mètre vingt, s’ériger le long de la frontière. Il complète un dispositif déjà drastique de surveillance : les  postes militaires s’échelonnent tous les 2 kms et selon les villageois toute la zone est truffée de mines.

On peut voir une vidéo de l’ouvrage ici .

Est-ce un dispositif ponctuel destiné à isoler certains villages ou  le début de travaux qui fermeraient hermétiquement les 456 kms de frontière entre l’Iran et la Turquie, comme l’Iran envisage aussi de le faire sur ses 700 Kms de frontière avec l’Afghanistan ?

Poste militaire iranien sur la frontière turco iranienne.

Le Vali (gouverneur) de la région d’Hakkari n’est pas surpris. Cela ferait un an que l’Iran annoncerait la construction de ce mur. L’objectif est d’empêcher le passage des chevaux et des mulets des contrebandiers. La région est traditionnellement une zone de contrebande ,activité qui constitue la principale ressource de la plupart de ces villages.

L’autre côté de la frontière est le théatre de la guerilla kurde du PEJAK, la branche iranienne du PKK. Le véritable objectif de ce mur, pourrait bien être avant tout d’ordre militaire. Nombreux sont ceux qui tirent des  profits de ces trafics et les guerillas ne sont pas en reste. Et elles non plus ne sont pas très respectueuses des frontières.

Mais pour les villageois, ce mur signifie aussi une séparation, que la  plus ancienne frontière de Turquie n’avait jamais rendu effective, avec leurs parents vivant du côté iranien.

L’activité de contrebandier devient de plus en risquée. Selon les villageois, trois d’entre eux ont été tués dernièrement, en même temps que leurs chevaux, par des soldats iraniens. Les familles n’ont pu récupérer leurs corps. Ils auraient été enterrés par des engins de construction du mur.

Et pendant ce temps là, à Baskale, on se contente plus de mettre les chevaux en garde en vue (en attendant d’être vendus par les douanes).  .

chevaux exécutés (Baskale - sept  2009)

Ils se font exécuter .

chevaux exécutés (Baskale - sept  2009)

Cette fois, lors d’une opération de l’armée turque, selon les témoignages de villageois recueillis par les Yüksekova Haber.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s