Les aghas (chefs de clan) d’Hakkari à la noce.

garde du corps factice à Hakkari ( photo anne guezengar)

« Viens voir, les aghas sont arrivés », est venu me prévenir, hilare, un des parents du fiancé. Effectivement cinq  personnages qui ne passaient pas inaperçus  venaient de rejoindre les danseurs dans le halay du mariage.

théatre de mariage Hakkari

Malgré l’arme brandit par le jeune korumcu (garde du corps), aucun coup de feu n’a été tiré pendant la noce. C’est un interdit strictement respecté, au moins dans les mariages de la ville d’Hakkari (j’ignore s’il l’est aussi scrupuleusement dans les villages éloignés…). Mais surtout l’arme de ce jeune garçon est factice et même s’il prend son rôle très au  sérieux, il est tout à fait inoffensif.

Il appartient à une jeune troupe de théatre de village, qui depuis cet été, donne des spectacles complètement loufoques lors des mariages. Ils arrivaient d’un autre mariage et iraient en animer un autre leur prestation terminée. Ce dernier WE avant le début du ramadam, période durant laquelle on ne se marie pas, la ville grouillait de mariages, il y avait plusieurs par quartier à Hakkari.

théatre de mariage Hakkari

Leur accoutrement ainsi que la présence d’un garde du corps « armé », laisse supposé que ces « chefs de clan » sont vraisemblablement des chefs korucus (gardiens de village armés par l’Etat contre le PKK) à la tête d’échanges commerciaux  pas très licites (çete en turc)… très caricaturés, bien sûr.

théatre de mariage Hakkari

Les deux aghas et leur garde du corps sont accompagnés d’un villageois …

 

… et de sa femme. Comme à Bulam le comédien est un garçon déguisé  ce qui contribue à lui donner une allure particulièrement nunuche. D’autant que ce n’est pas un gringalet.

C’est la villageoise qui récoltera le soutien à la création artistique  des invités, dans le chapeau informe qu’elle tient à la main.

théatre de mariage Hakkari

Evidemment, leur présence  a crée l’effervescence dans le mariage..

théatre de mariage Hakkari

Après avoir contribué à animer les halay le temps de quelques danses, les comédiens ont donné une prestation. Comme la scène se déroulait en kurde et qu’il y avait peu de jeux de scène, je n’ai rien compris. Mais le public, qui lui comprenait, s’amusait.

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s