La 11ème biennale d’Istanbul s’est ouverte le 12 septembre…

antrepo_2.1254080338.jpg

J’adore la Biennale d’Istanbul . Le 11 ème cru a été inauguré le 12 septembre dernier, le jour de mon anniversaire. Evidemment, en Turquie cette date évoque un autre anniversaire. Et  apprendre que  je suis née un 12 septembre fait souvent rire des amis  turcs pour lesquels elle rime plutôt avec bruits de bottes.

Une occasion  pour renvoyer à la visite faite par Tom d’une des expos de la Biennale de 2005, qu’il avait rapportée sur son  blog Les chroniques de Beyoglu. Le curateur de cette expo était un jeune artiste turc au nom joliment poétique, Halil Altindere (Altindere signifie ruisseau d’argent). Je m’y étais aussi précipitée lors d’un passage à Istanbul. Le coup d’Etat militaire du 12 septembre 1980 et son héritage, revisité par des artistes turcs était plutôt décapant.

Un projet vidéo m’avait moi aussi fascinée. Je l’ai regardé trois fois. Je ne suis pas certaine que c’était l’objectif de l’artiste, mais du coup j’ai retenu presque entièrement le discours déclamé par  l’officier sur la vidéo de droite pendant que les gymnastes faisaient leurs exercices sur la vidéo de gauche. Il faut dire qu’il y mettait du coeur.

biennale istanbul 2005

La Biennale est aussi une formidable  occasion pour découvir ou redécouvir Istanbul. Depuis celle de 2003, je n’en ai pas manqué une seule. Entre-temps l’Antrepo 4, à Karaköy, est devenu un musée d’art moderne permanent. Mais c’est à  l’occasion de cette Biennale que j’avais découvert ce lieu fabuleux. Un délice de faire une pause en visitant l’expo, le temps de griller une cigarette sur une terrasse plongeant sur le Bosphore. La coupe de mousseux et quelques détails en moins, cela m’avait rappelé un entracte à l’opéra de Sydney . Là -bas, la terrasse dominait  la baie.

Ca fait longtemps que je ne mets quasiment  plus les pieds dans le quartier de Sultanahmet – L’été où j’avais suivi un cours d’été à l’université d’Istanbul, nous y avions loué, près de la vieille prison ottomane, une maison dotée d’une extraordinaire terrasse donnant sur le Bosphore, avec trois autres étudiants. Et ça me serre le coeur que ce quartier populaire ait perdu son âme pour profiter de la manne touristique.

Mais cet automne là, j’étais retournée voir la citerne byzantine Yerebatan dont les antiques murs de pierres s’étaient magiquement couverts de végétation aquatique ou d’étranges figures indiennes .

biennale istanbul 2003

 

La visite de l’Antrepo 3 , lors de la  précédente biennale en 2007 m’avait offert comme une bouffée d’air frais. Nous étions arrivées à Istanbul avec une amie quelques jours avant la fête nationale du 29 octobre et l’expression du nationalisme avait pris une coloration particulièrment belliqueuse cette année là. Suite aux événements de Daglica, le Parlement turc venait d’accorder l’autorisation à l’armée turque de franchir la frontière irakienne. La profusion de drapeaux déployés  pour la  fête nationale était telle, qu’ils donnaient une coloration rouge au ciel de certaines rues de la ville.  Mon amie s’était même demandé pourquoi le drapeau turc était rouge. Question que je ne m’étais jamais posée. Ni elle non plus. D’immenses affiches rouges et noires (une sympathique association de couleurs) proclamant que les « martyrs ne meurent jamais » , mais qui appelaient surtout à la vengeance, couvraient des pans de murs et les télévisions passaient en boucle des images d’archives d’avions de chasse.

Nous avions croisé une manifestation de loups gris (fachos turcs) vociférants sur l’Istiklal Caddesi. Ils n’étaient heureusement pas très nombreux et si certains passants  reprenaient leurs refrains haineux, la plupart préféraient vite passer leur chemin. Même si  cela m’avait paru rassurant et que je n’ai jamais cru que l’armée turque envisageait d’aller envahir  Kirkouk – où quelques copains atteints du soufflé nationaliste l’envoyaient déjà – cette mise en scène était assez oppressante, d’autant que j’ai aussi plein d’amis de l’autre côté de la frontière.

A l’Antrepo 3, le seul espace où nous avions eu le temps de nous rendre cette fois là, on retrouvait l’âme  frondeuse et l’humour d’Istanbul , même si le souffle venait  aussi d’ailleurs.

biennale-istanbul-2007.1254095331.jpg


J’ai bien l’intention de ne pas manquer la Biennale 2009 et de me rendre à Istanbul avant la cloture, le 8 novembre. En attendant voici  quelques images extraites de la  galerie de photos du journal Bianet.

biennale istanbul 2009

biennale istanbul 2009

biennale istanbul 2009

( Savasa Hayir signifie « non à la guerre ») 

Et une vidéo dont le ton du commentaire est  aussi léger  et décapant que celui d’un documentaire pédagogique. Mais on peut tenter d’en faire abstraction pour se contenter des images et des paroles d’artistes.

Par contre c’est avec un enthousiasme communicatif que Philippe Dagen évoque la 11ème Biennale d’Istanbul dans les colonnes du journal le Monde (daté du 29 septembre). J’y ai  notamment appris que cette année, elle était organisée par 4 commissaires, 4 femmes croates qui ont l’air de « deménager » associées dans le collectif WHW (What, How and for Whom).  

 

Les espaces à (re)découvrir cette année : Antrepo N°3, Karaköy – École grecque Feriköy, Sisli – Entrepôt de tabac, Tophane

Une excellente occasion pour découvrir l’école grecque de Feriköy. Evidemment, alors que l’Antrepo 3 et l’entrepôt de tabac sont des lieux assez proches, il faut se rendre jusqu’à Sisli, un peu excentré quoique toujours au coeur de la ville. Mais à ceux qui ne le connaissent pas, ce sera aussi la découverte d’ un quartier très vivant, où se mêlent différentes classes sociales (vieille bourgeoisie istanboulote, négociants et ouvrier(e)s du textile). Un détour qui devrait/aurait pu plaire notamment à ceux que l’architecture industrielle rebutent..

 

2 commentaires sur “La 11ème biennale d’Istanbul s’est ouverte le 12 septembre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s