Des enfants kurdes qui jouaient trop avec les armes

Ceylan önkol

La petite Ceylan ÖnKol serait elle-même responsable de sa mort . C’est ce qu’a conclu le rapport d’experts chargés d’enquêter sur les causes du décès de la fillette, dont le corps avait été déchiqueté par une explosion, alors qu’elle faisait paître les bêtes dans le bois attenant son village de Senlik, (Lice, Province de Diyarbakir). Elle aurait accidentellement déterré une petite bombe, dont le modèle n’a pas été déterminé, qui n’avait pas explosé quand elle avait été tirée.

Rapport qui fait de nombreux  sceptiques. Et ce ne sont pas les villageois qui affirment avoir entendu un tir venu « d’en haut » (c’est-à-dire d’un poste militaire) précédant l’explosion, qu’il a des chances  de convaincre. Comment expliquer que les mains de la fillette sont  restées intactes,  alors que son corps déchiqueté a été projeté dans les arbres, si c’est l’enfant qui a manipulé la bombe, interroge Taraf. Quoiqu’il en soit, le rapport n’explique pas quand, par qui et pourquoi une bombe a été tirée à moins de 200 mètres d’un village.

Surtout les soupçons sont aggravés par le peu d’empressement qu’avaient mis les autorités à s’intéresser à l’accident. Averti, le procureur de Lice avait refusé de se déplacer et le poste de police s’était contenté de charger l’imam du village  de filmer les lieux. Ce qui n’est sans doute pas la meilleure méthode pour déterminer le type d’engin responsable du drame. L’explosion n’a pas non plus alerté le poste militaire situé à proximité, duquel personne n’a pris la peine de venir voir ce qui s’était passé. Sa famille avait du rassembler elle-même le corps de Ceylan. Il a fallu la pression des médias et de l’indignation publique  pour qu’une enquête soit diligentée. Mais elle n’est guère convaincante pour tous ceux  qui réclament l’ouverture d’une nouvelle enquête, constituée d’experts indépendants.

 

ugur-kaymaz01.1255824013.jpg

Comme Ceylan, le petit Ugur Kaymaz avait 12 ans quand il a été tué à  Kiziltepe dans la province de Mardin. Lui aussi parce qu’il jouait avec des armes. C’est en tout cas ce qu’ont affirmé les policiers qui lui ont logé  treize  balles dans le corps. Aucun des fusils d’assaut et des grenades que l’enfant et son père sont sensés avoir braqué sur les policiers n’a été retrouvé. Mais ceux-ci ont été acquittés par la haute cour d’appel, que leur témoignage a convaincu  qu’ils avaient agi dans le cadre de la légitime défense.

 

 

 

231.1255823772.jpg

La justice militaire fera-t-elle preuve de la même indulgence vis-à-vis du lieutenant Mehmet Tümer dont le procès vient de débuter? Le lieutenant  avait contraint Ibrahim Öztürk, un des ses soldats, à tenir une grenade dégoupillée pour le punir de s’être endormi pendant une garde. Résultat de la punition : 4 appelés tués. Selon Today’s Zaman, le lieutenant se défend d’avoir voulu en arriver là, et affirme que la grenade aurait explosé lorsque le soldat serait allé montrer, hilare, à ses trois camarades, la grenade que son lieutenant venait de dégoupiller.

C’est peut-être parce qu’il jouait avec de tels joujoux depuis son enfance, qu’Ibrahim Özturk, originaire du village de Koçaran, dans la province de Diyarbakir, trouvait hilarant de se balader avec une grenade dégoupillée à la main, provoquant par son inconscience la mort de ses camarades?

On verra si les témoins convoqués au procès corroborrent cette version des faits. Mais la presse avait rapporté que le jeune homme aurait vainement supplié son lieutenant de cesser ce jeu cruel.

En tout cas, contrairement aux juges de Kiziltepe qui avaient accédé à la demande des avocats de la défense en délocalisant le procès des policiers dans une ville de l’Ouest de la Turquie, le juge militaire refuse d’interdire aux médias de relater les faits, comme le souhaitaient les avocats du lieutenant. Ce qui aurait été, certes, un peu tard…

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s