Erbil plus proche que jamais d’Istanbul … mais toujours en Irak Nord

erbil-par-la-thy.1302827801.jpg

C’est presque l’amour fou entre la Turquie et le Kurdistan irakien. En tout cas, les relations ne cessent de s’intensifier. Cela fait plusieurs années que la compagnie privée Atlas Jet dessert la région autonome (d’abord Erbil puis Suleymaniye aussi) depuis Istanbul. Mais dorénavant la capitale de la région est aussi desservie par la Turkish Airline. Ses 3 vols hebdomadaire s’ajoutent aux 4 vols de la compagnie Atlas. Et les nombreux VIP qui vont faire des affaires à Erbil pourront enfin voyager dans les conditions de confort auxquels ils sont habitués.

Le temps où le trajet juqu’à Erbil prenait toute une journée à ces malheureux VIP qui devaient eux aussi prendre un avion à l’aube jusqu’à Diyarbakir, puis de là un taxi jusqu’à la frontière et où celle-ci enfin traversée (ça pouvait prendre pas mal de temps) ils en prenaient un autre jusqu’à Erbil où ils arrivaient en pleine nuit – est bien révolu.

Enfin pour eux. Moi c’est toujours ainsi que je m’y rends, et sauf si la THY décide de m’offrir un billet pour me remercier de la publicité que je lui fais, ce sera ainsi que je m’y rendrai la prochaine fois. Je ne suis pas une VIP, j’aime bien ce voyage et j’adore traverser la frontière à Silopi. Lorsque j’arrive à destination,après un voyage auquel il faut ajouter le trajet Province-Paris en train, et le vol Istanbul Paris du soir (suivi d’une partie de la nuit à l’aéroport), je file faire la fête avec les copains, tellement ce voyage me met en forme.

Cette nouvelle desserte de la compagnie turque fait suite à l’ouverture du nouvel aéroport international, construit par une compagnie turque dit l’article du Daily Hurriyet . En fait il s’agit de l’agrandissement de celui ouvert en 2005 et construit par des Coréens. Dorénavant l’aéroport international d’Erbil serait le plus grand aéroport du Moyen Orient. Il peut accueillir jusqu’à 150 vols par jour, selon le Kurdish Globe.

 

erdogan-bazani-erbil.1302828303.jpg

Grande première – Tayyip Erdogan, le chef de gouvernement assistait en personne à son inauguration le 29 mars dernier. Dans la foulée il inaugurait, avec Massoud Barzani ,le Consulat turc d’Erbil qui existe depuis un moment déjà, il me semble. Une visite historique, qui officialise une réalité, tant les relations entre Erbil et la Turquie sont intenses. Mais en pleine période électorale, c’est aussi l’ occasion de donner des gages à un électorat kurde, parmi lequel l’AKP a sans doute perdu des points par rapport à 2007.

Outre Ahmet Davutoglu, le ministre des affaires étrangères, Mehmet Simsek, ministre des finances était du voyage. Kurde originaire de Batman , où il sera d’ailleurs la tête de la liste AKP aux élections du 12 juin prochain, il a prononcé un discours en kurde pour l’occasion. Ce qui aurait été considéré comme un acte de haute trahison il y a quelques années, ne choque sans doute plus que quelques dinosaures en Turquie. Le ministre et candidat député ne se serait jamais permis une telle liberté en pleine campagne électorale sinon, d’autant que l’AKP caresse aussi – et même surtout- l’électorat nationaliste dans le sens du poil pour qu’il préfère les listes AKP à celles du MHP. Cette posture qui consiste à séduire les nationalistes turcs, en évitant de trop fâcher les Kurdes explique le  bel exercice de danse orientale dont Recep Tayyip Erdogan est devenu expert.

« Nous avons été frères pendant un millénaire, rien ne peut briser cette fraternité » aurait déclaré le ministre à Erbil. Y a- t-il qualifié ces frères d’Irakiens, comme le dit l’article du Daily Hurriyet, plutôt que de Kurdes ? Il est possible que cette information provienne de quelque journaliste turc couvrant l’événement qui n’aurait rien compris à son discours.

Il faut espérer surtout que dans son discours en kurde, il s’est abstenu de faire semblant de n’avoir pas vu l’immense panneau WELCOME in KURDISTAN qui l’accueillait à l’aéroport en prétendant que le nom de la région était Irak Nord, comme le fait Hürriyet. Leur attribuer ainsi un nom qui n’est pas le leur et évoque celui d’une zone militaire n’est pas très fraternelle comme façon de se comporter chez des voisins qui vous accueillent. Est-ce que ces mêmes iraient informer qu’Ibrahim Tatlises se fait soigner dans un hôpital d’Allemagne Sud ? Pourtant aucun ministre turc n’aurait l’idée d’affirmer que les Bavarois sont des frères depuis un millénaire, même au firmament des relations turco bavaroises.

Si du côté d’Hürriyet, qu’on a connu plus sourcilleux de liberté d’expression ces dernières semaines, le vrai nom de la région fait décidément toujours partie des tabous, d’autres s’en donnent à cœur joie par contre. Kurdistan’a hos geldiniz, Bienvenue au Kurdistan titrait un éditorial d’Ahmet Altan dans le journal Taraf, et que la presse kurde comme le Haber Diyarbakir s’est naturellement fait un plaisir de publier à son tour.

Compte tenu des circonstances électorales, Simsek a peut-être éviter dans son discours en kurde de prononcer ce nom qui fait encore frémir certaines chaumières de Turquie. Mais je doute que lors de rencontres plus discrètes avec ses frères Kurdes d’Irak, il soit aussi précautionneux. En tout cas chez les Turcs qui font des affaires à Erbil, ou y travaillent comme expatriés, le tabou tombe rapidement. C’est quand même plus prudent de connaître le nom de la région avec laquelle on fait de très fructueuses affaires quand on veut qu’elles prospèrent.

Heureusement qu’il reste des médias turcs avides de liberté d’expression pour le faire perdurer et pour faire croire à leurs lecteurs, qu’il existe une région portant le doux nom d’Irak Nord. Même si leurs lecteurs savent que ce n’est pas vrai du tout et que leurs journaux favoris les prennent pour des idiots.

 

Cela étant, si un ministre turc peut se permettre de prononcer un discours en kurde en présence de Barzani sans se faire lyncher à son retour, il n’y a pas de raison que le journal Hürriyet finisse par réaliser qu’il peut écrire le nom Kurdistan, sans que la Turquie ne s’effondre pour autant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s