Artvin : la question écologique s’invite dans la campagne électorale: ça a chauffé

Comme quoi il faut décidément se méfier des idées reçues. Il n’y a pas qu’en région kurde que la campagne de Recep  Tayyip Erdogan peut se transformer en périple.

La Mer Noire est parfois  qualifiée de façon trop simpliste région  acquise à l’AKP. Pourtant ça a chauffé aujourd’hui dans la région d’Artvin, à  Hopa, sur la frontière géorgienne,  entre opposants et forces anti émeutes, peu avant que le chef de gouvernement y tienne un meeting. Il y a eu   plusieurs blessés  – dont un membre des services de sécurité d’Erdogan frappé par une pierre – et un mort. Un instituteur retraité terrassé par  une crise cardiaque provoquée par les gaz lacrymogènes.

Selon CNN Türk, c’est le matin, plusieurs heures avant le début du meeting AKP que les troubles ont eu lieu.  Sur la place principale (la place de la République est généralement la place principale en Turquie), un  drapeau du CHP  et une banderole « AKP dehors  » ont été déployés sur un bâtiment près duquel  un groupe  de sympathisants CHP, ÖDP et militants associatifs ont commencé à faire la fête au son du horon. C’est quand ils ont hué 3 hélicoptères qui survolaient la ville et qu’ une banderole proclamant  » L’eau est au peuple, elle n’est pas à vendre !  » est apparue que les forces de l’ordre ont chargé, selon l’article. Et que ça a dégénéré en bagarre générale….suivant le même processus qu’à Hakkari, Cizre ou Diyarbakir.

Les campagnes électorales ne sont pas des périodes de grand fair play en général. Mais je ne me souviens pas que les forces de l’ordre réprimaient avec une telle célérité toute manifestation d’hostilité au gouvernement en place, lors des précédentes campagnes en Turquie. En tout cas les événements de Hopa, et la mort de Metin Lokumcu, victime  on ne peut plus emblématique d’une certaine gauche turque, (l’équivalent en petit fonctionnaire des ouvriers Tekel) pourraient bien  marquer un tournant dans la campagne.

 

vidéo du 31 mai à HOPA (province d’Artvin).

Cette autre vidéo montre la violence des affrontements

affrontements entre forces de l’ordre et manifestants à Hopa (31 mai 2011)

En attendant ce sont les sympathisants AKP qui ont trinqué. Des autobus qui les amenaient au meeting ont été caillassés. Les pauvres ne devaient pas s’attendre à un tel accueil, même si la ville d’Hopa n’est pas franchement AKP. Avec 38 % des voix, le CHP y était le premier parti aux élections de 2007. C’est même un bastion de gauche où l’on n’aime guère l’extrême droite non plus.

Le chanteur laze engagé Kazim Koyuncu était originaire de Hopa.

Pourquoi avoir choisi cette ville de gauche sur la Mer Noire, pour tenir le meeting de la province d’Artvin où d’autres  sont plus favorables à l’AKP  ? Je soupçonne Erdogan, trop sûr de sa victoire électorale annoncée, d’avoir voulu défier cette gauche radicale (qu’il a qualifié de  « çete », bandes criminelles et de « brigands » – version alla turca de « racailles ») qu’en bon conservateur il déteste viscéralement..comme d’autres à Paris  détestent « mai 68 »

Des troubles ont éclaté  à Ankara , à Istanbul, Bursa et plusieurs autres villes du pays, quand la nouvelle de la mort d’un manifestant à Hopa s’est répandue.  60 gardes à vue. Décidément c’est une campagne électorale durant laquelle ça ne chôme pas dans les commissariats du pays. Et ce sont les négociants en gaz lacrymogènes qui doivent se frotter les mains.

 

A Hopa, les protestataires étaient apparemment des sympathisants  de divers mouvements de  gauche très opposés  à l’AKP. La question écologique n’était qu’un des éléments  de leurs protestations. Mais la question écologique est bien présente  dans la campagne électorale  alors que la caravane  , la grande marche de l’Anatolie, a été stoppée par la police à une quarantaine de kilomètres d’Ankara. Dans toute l’Anatolie,  sur la mer Noire comme dans la région kurde,  les grands projets hydrauliques provoquent de fortes résistances chez les populations concernées. A Erzurum, ce sont des grand mères qui se sont mobilisées pour sauver leur vallée.

Or la question environnementale est le dernier des soucis de l’AKP, comme celle de la sauvegarde du patrimoine en général, naturel, architectural ou des modes de vie. Le riche patrimoine du pays est essentiellement conçu en terme d’attraction touristique, bref de rentabilité. Ce n’est pas propre à l’AKP, mais c’est une tendance que le parti poursuit à vitesse grand V

Le gigantisme des « projets fous » de Recep Tayyip Erdogan fait sûrement rêver les entrepreneurs du BTP. Mais je ne sais pas si  les habitants des gecekondus d’Ankara rêvent tous  de quitter leur quartier et leur maisonnette avec jardinet pour s’entasser à 500 000 dans une ville nouvelle au joli nom de « ville jour ».   Mantes la jolie aussi porte un joli nom, et la concentration  de population y est bien moindre.

La population de Turquie a beau être devenue essentiellement urbaine,  ces urbains restent attachés à leur province d’origine. Ils évoquent souvent le bon air qui y règne et l' »eau fraîche comme de la glace » de ses sources.  L’opérateur téléphonique Turkcell exploite  régulièrement cette nostalgie dans ses campagnes de publicité.

Cette vidéo est d’assez mauvaise qualité, mais comme elle commence par le son du horon, elle me paraît de circonstance.

 

 

Demain Tayyip Erdogan doit tenir un meeting à Diyarbakir. Il doit y dévoiler son « projet fou » pour Diyarbakir. Pour les édiles de la ville aussi ce sera la surprise.

Diyarbakir aura-elle aussi sa  ville nouvelle géante dans laquelle pourrait être relogés les pauvres de la vieille ville qui gâchent la vue des touristes ? Quoiqu’il en soit,  je doute malheureusement   qu’il y annonce le projet fou de sauvegarder le magnifique site d’Hasankeyf, destiné à disparaître sous les eaux dans un barrage.

On sent  les menaces d’ un « complot » écologiste  kurdo laze se profiler…

…tandis que celles d’un « complot CHP/BDP » se précise. Aujourd’hui à Diyarbakir, Kemal Kiliçdaroglu a promis à ses habitants : « Nous réglerons la question kurde ENSEMBLE ». Voilà ce qui change du JE dont on a l’habitude…je veux dire en France bien entendu.

Mais ce qui doit participer de ce que Suat Kiliç, député AKP, qualifie de « furie du CHP ». (encore un qui a la nostalgie du vieux discours nationaliste de son ancien leader Deniz Baykal ?)

Même s’ils étaient moins  nombreux à Diyarbakir qu’à Hakkari à venir acclamer Kiliçdaroglu, ce qui ne m’étonne pas. Et inutile de voir des manipulations du parti  kurde d’Hakkari là dedans, même si  la rencontre entre le maire et le leader CHP était évidemment  un signal de « paix ». Il suffit de connaître les deux villes pour ne pas être surprise.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s