Le très prévisible « crazy project » d’Erdogan pour Diyarbakir.

Un nouvel aéroport, un nouveau barrage (à Silvan !), une nouvelle autoroute d’Urfa à la frontière irakienne, deux nouveaux hôpitaux, des aires de loisirs. Et surtout un nouveau stade de football, de 30 000 places.  Tayyip Erdogan a révélé ce matin  son « crazy project » pour Diyarbakir …enfin si on peut appeler « crazy » un projet qui va faire le bonheur des entrepreneurs du BTP , comme les « crazy project pour Istanbul et Ankara, mais  ne révèle plus vraiment  de surprise.

Diyarbakir, porte de Mardin

 

Comme je l’avais prédit dans mon précédent billet – parce que c’était prévisible, pas parce que je l’aurais lu dans le marc de café – les belles murailles en basalte vont faire l’objet de toute la sollicitude du gouvernement Comme je le prévoyais aussi, les habitants de Diyarbakir ne sont pas vraiment concernés. C’est bien pour les touristes, pas pour eux, que les murailles de leur ville seront restaurées.

En meeting l’après midi à Diyarbakir, Tayyip Erdogan a évoqué le passé de la vieille ville dans son discours . Mais pas un mot sur son héritage chrétien qu’Abdhullah Demirbas, le maire de Sur, pourtant revendique, comme beaucoup d’autres habitants . Seul le passé musulman de la cité  est glorifié. Le chef du gouvernement ignore-t-il qu’on n’y  restaure pas seulement la belle mosquée  Ulu Cami, mais aussi  la grande église arménienne de Surp Giragos ? Ce serait dommage.

Eglise en restauration Diyarbakir

La restauration du  splendide konak Cemil Pasa aussi a commencé.  Sur ce projet là au moins municipalité et Etat coopèrent (ouf!)

Les villageois déracinés qui ont élu domicile dans la cité historique, et dont les logements illégaux (gecekondu) seront détruits,  iront  peupler les cités nouvelles que TOKI (un organisme gouvernemental) va construire pour eux. Et pas seulement.pour eux. 1770 immeubles devraient être construits. Je ne sais pas si ça leur fait ou non plaisir. Et je ne m’avancerais  pas pour eux

Je ne sais pas quel nom a été choisi pour ces nouveaux quartiers . Après « Ville Jour »(Güney Kent) de la future ville nouvelle d’Ankara, Ville Soleil (Günes Kent)  pourrait ne pas déplaire à certains.

Il n’est pas encore dévoilé  où ils se seront construits. Ni s’ils le seront en concertation avec la municipalité (quand même élue par ses habitants, même si elle ne plait pas à tout le monde). Il faut espérer  que ce ne sera pas sur le mont  KIRKLAR qui domine la ceinture verte des jardins maraîchers d’Hevsel, auquel  un amoureux de sa ville, l’écrivain kurde  Seymus Diken consacre un chapître dans son récit DIYARBAKIR (Collection Turquoise – un ouvrage dont je recommande vivement la lecture )…même si les  relogés y auraient une vue imprenable sur la porte de Mardin et sur leur ancien quartier.

diyarbakir les jardins d'Hevsel

 

En tout cas, pour payer les nouveaux loyers de ces logements neufs, ils devraient trouver sans problème de l’embauche sur un chantier. Celui de leur futur logement ou un autre.

Un nouvel aéroport, international et uniquement civil cette fois, sera construit. Il en est question depuis un moment et  ne constitue donc pas vraiment une surprise. On ne dit pas non plus si les annonces s’y feraient aussi en kurde pour tous ces ignares (cahil) qui ne parlent pas turc et même pas anglais. Je conseille une petite escale à Papeete – dans un aéroport de l’aviation civile française – à ceux qui sont persuadés qu’on n’entend QUE le français et l’anglais dans tous les aéroports français. Tayyip Erdogan, pour sa part n’est pas allergique à la langue kurde et ne devrait à priori pas y mettre de véto, si le projet était un jour dans l’air..

L’autoroute Urfa – Habur, n’est pas vraiment une surprise non plus. En fait c’est  le prolongement logique  des travaux d’agrandissement du poste frontière et du tronçon  Silopi-Habur. Comme l’aéroport; elle consacre l’importance des échanges entre Diyarbakir et le Kurdistan irakien – et sans doute le reste de l’Irak si j’en juge le nombre de copains qui ont des chantiers à Bagdad.  Espérons que son tracé  ne traverse pas les terres Izol à Siverek (ou que les relations entre le député exclu de la liste AKP et son ancien parti s’améliorent d’ici là).

La population devrait aussi se sentir concernée par la construction de deux hôpitaux. Je ne sais pas si  est prévue la création d’une faculté de médecine de qualité pour former ceux qui y prodigueront des soins. L’hôpital tout neuf de Yüksekova a aussi besoin de bons médecins.

Pas plus étonnante la promesse d’un  nouveau stade de football, quand on connait le goût du premier  Ministre pour ce sport. Et qu’on a vu le gigantisme du stade de football d’Urfa, dont franchement je suis incapable de dire s’il lui arrive d’être à moitié rempli. Qu’il n’y ait pas de « projets fous  » de médiathèque ou de centres de recherche n’est pas une surprise non  plus.

La marche vers le progrès noiera bien Hasankeyf sous les eaux du Tigre. Et les habitants de Silvan vont être contents d’apprendre qu’eux aussi auront leur barrage. Mais comme ils râlent tout le temps dans le district de la famille  d’Abdullah Öcalan, ce qu’ils en pensent ne présente sans doute pas beaucoup d’intérêt.

Vidéo du crazy project AKP – Diyarbakir 2023

Finalement à voir la vidéo, on se demande si c’est bien utile de conserver une municipalité à Diyarbakir, puisque le gouvernement central semble avoir tout prévu. Ça tombe bien car une partie de la municipalité a été envoyée en prison ces derniers mois.

Un « crazy project » qui ne devrait pas mécontenter l’électorat de Diyarbakir  déjà acquis.à l’AKP. Et qui ne doit pas surprendre non plus ceux qui n’attendaient rien de cette visite et l’ont montré en boudant. Certains  (il n’y avait pas vraiment de mot d’ordre selon le Daily Hürriyet) avaient fermé les volets de leurs commerces  – à Baglar essentiellement, peut-être par crainte de troubles avec des groupes de jeunes énervés – dans une ville tellement quadrillée par les forces de l’ordre qu’on dirait une ville en état de siège.

jour de protestation à Diyarbakir

jour de protestations à Diyarbakir

Une ambiance très différente de celle qui régnait à Diyarbakir  le jour  du meeting de Tayyip Erdogan lors de la campagne pour les élections municipales, en février 2009. J’y étais ce jour là. J’avais été un peu surprise d’ailleurs que tous les magasins soient restés ouverts. La ville était très calme et n’avait pas de faux  air d’état de siège.

J’avais suivi le meeting sur l’écran de TV d’une coiffeuse chez laquelle je me faisais faire un brushing. Une électrice de l’AKP. Sa mère aimait tellement son premier Ministre,  qu’elle était au meeting. Un grand jour. A près de 70 ans ,c’était la première fois qu’elle se rendait à un meeting politique Je présume qu’elle y avait été entraînée par des voisines, mais elle ne se sentait sûrement pas menacée par le reste du voisinage. Ni par des « brigands » qui menaceraient tous ceux qui ne fréquentent pas les mêmes meetings qu’eux. Et si l’ambiance lui a plu, il est probable qu’elle y est retournée aujourd’hui, avec ses copines. (ces derniers temps on lit des choses surprenantes dans la presse turque pro gouvernementale..)

 

Un jeune de Diyarbakir, qui n’allait sûrement pas voter AKP, près duquel j’avais exprimé un certain étonnement de trouver la ville si peu hostile le jour d’un meeting d’Erdogan  m’avait expliqué  -: »On a choisi de manifester deux jours plus tôt. Aujourd’hui, qu’il parle. C’est la démocratie« . Le mot  avait l’air de lui plaire. Aux élections le parti kurde – que dans son discours le premier Ministre a qualifié de « terroriste » et de « fachiste« –  avait remporté toutes les mairies de la ville avec 65,5 % des suffrages (contre 47 % aux législatives de 2007) .

L’AKP –  41% des suffrages 2 ans plus tôt –  ne récoltait plus que  à 31 % des suffrages aux élections municipales de 2009. Le 12 septembre dernier ils étaient  65% à suivre les consignes de boycott du parti kurde à Diyarbakir.

Pour qu’il n’y ait pas de jaloux, Izmir aussi à son  » cilgin projesi » .J’ignore aussi s’il a été conçu avec sa municipalité CHP, dont une cinquantaine de ses membres viennent d’être mis en examen , (quoique si eux aussi sont  des « brigands » ) …

… enfin pas de jaloux, c’est vite dit. Tokat et Agri vont peut-être réclamer elles aussi leur « crazy project » et un  stade de football aussi beau que celui d’Urfa.

 

2 commentaires sur “Le très prévisible « crazy project » d’Erdogan pour Diyarbakir.

  1. En tout cas, la vidéo du « crazy project » est déprimante. Ça ne fait pas du tout envie.
    Avec tous ces projets, j’ai l’impression que c’est toute l’âme des ces villes qui va disparaître.

    J'aime

  2. Sinistre oui.
    Et j’ai l’impression que cette ville haute « by night » est bien prévue sur le mont Kirklar.
    Un changement climatique aussi est prévu pour la ville, puisqu’on y voit des palmiers. Ce qui ne paraît pas vraiment compatible avec le grossissement des eaux du Tigre lui aussi prévu, mais bon.

    Je ne sais pas ce qu’ils en pensent à Diyarbakir de cette façon de se présenter comme « super maire » autoproclamé. Mais si Baydemir est aussi populaire, il y a des raisons.Même le « parti » n’avait pas osé le déloger alors que tous les autres maires DTP /BDP avaient été changés lors des dernières élections municipales.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s