Yasemin büyük bir sabırla Tatvan’ın Çorsin köyünün kürt efsanelerini yazıyor – Tatvan, Bitlis.

Lac de Van (photo anne guezengar)

Yasemin kitap taslağını, yakın zamanda Kürtçe yayınları ile tanınan Avesta Yayınevine gönderdi. Bu iş onun yıllarını aldı ancak Yasemin, çocukluğunda amcasının Çorsin köyünde (Türkçe ismini bilmediğim ve Vangölü’nün kenarındaki bu kürt köyünün gerçek ismi Ermeni dilinden gelmektedir) anlattığı ve herkesin büyük bir ilgi ile dinlediği bu efsanelerin kaybolmasını ve yeni kuşaklar tarafından unutulmasını istemiyor. Şimdilerde hiç kimse bu efsaneleri anlatmaz oldu. Televizyon efsane anlatıcılarını bir bir susturdu. Çorsin köyü sakinlerinin büyük çoğunluğu, Tatvan’ı ya İzmir ve İstanbul gibi şehirlere gitmek, ya da başka bir ülkeye yerleşmek için terketti.

Komşu köyler Axkus ve Axeta gibi ; evleri taşlardan inşaa edilmiş Çorsin köyü de 1995 yılında Türk ordusu tarafından boşaltıldı. Köyün yanından geçen yolda, Van’daki bir firmaya ait bir otobüs durdurulmuş; içindeki yolcular indirildikten sonra da ateşe vrilmişti. Bu « uyarma » işini üstlenmiş insanların gerçekten bu köylerden birinden gelip gelmediklerini hiç kimse öğrenemedi. Ancak bu köylerin uslu durmadıkları biliniyordu. Daha 1970’li yıllarda bu köylerin gençleri « komünist » olmakla itham edilmiş ve bu yüzden de civar köylerden bazıları ile arada bir sorun yaşıyorlardı. Yakılan otobüsün acısını da yine onlardan çıkarttılar.

Ramazan ayına bir gün kala, bu köyün sakinlerinden birinin düğününe davetli olduğumuz İzmir’in Buca ilçesinde, Yasemin kürt halayını çeken, genç ve güzel kuzenlerini gösterdi bana. « Köyün yıkılışından bir kaç gün sonra, onları İzmir’e topladık. Hepsi bebek sayılırdı ve çorapları kaçış esnasında delik deşik olmuştu ». Bir kaç yıldan beri, köylere gidiş serbest ; tekrar inşaa edilen Çorsin köyüne de bazı kişiler yeniden yerleşti. Ancak konuştuğum kadınlar, bana köyün yıkılışını derin bir öfke ile anlattılar.

Yasemin köyünü çok erken yaşlarda terketmiş. Annesi onu İzmir’de yaşayan bir akrabası ile evlendirme kararı aldığında, Yasemin henüz 14 yaşındaymış. Ailesinin erkekleri tarafından çok sevilen Yasemin (diğer kızkardeşi daha çok küçüktü) annesinin verdiği bu kararı hala anlamış değil. Evlilik ve düğün işlerini genellikle kadınlar yaptıgı için babası bu meseleye çok karışmamış. Yasemin’e göre babası aydın bir imamdı (Irak Kürdistan’ında karşılaştığım Yasemin’in erkek kardeşi babani « demokrat bir imam » olarak nitelendirmişti) çünkü Tatvan’daki Medreseyi bitirmişti. Daha sonra ise, resmi imam olabilmek için bir imam hatip lisesine girmiş. Yasemin’in babası, kemalist cumhuriyetten çok, şahsen tanıdığı Mustafa Barzani’ye bağlıydı. Paris’te tanıştığım bir Tatvanlı, daha çocukken Kürt olmayı ondan öğrendiklerini söylemişti bana. 1970’li yıllarda Yasemin’in babası DDKO örgütüne yakınmış. Daha sonra Istanbul’teki Kürt Enstitüsüne üye olmuş. Ve, yanılmıyorsam, Kuran’ın Kürtçe’ye tercüme edilmesinde de rol oynamış. Aynı zamanda dini kaideler konusunda da oldukça özgürlükçü oldugu söyleniyor.

Babalarından büyük bir hürmet ile bahseden çocuklarından hiç biri ramazanda oruç tutmuyor. Bu yaz aileden sadece alevi olan gelinleri oruç tutuyordu. Ben Yasemin’in babasını ne yazık ki sadece, Yasemin’in ailesinin evinin duvarlarına asılı potograflardan tanıyorum. Yasemin’in kardeşlerinden biri ile Erbil’de tanıştığım yaz, Yasemin’in babası da kendisine çarpan bir arabının altında kalarak hayatını kaybetti.

Erkek ve kız kardeşleri gibi Yasemin’de okumuş ve düzenli bir şekilde Tatvan’da sinemaya gitmiş. Doğudaki bir Kürt köyünden, ülkenin batısındaki Ege metropollerinden birine, Gültepe’deki bir gecekonduya gitmesi ; onun için özgürleşme değil, tersi olmuş. « Köyde bir köy kültürümüz vardı. Kocamın ailesi bu kültürü unutmuş ama şehir kültürünü de edinememişti. Dolayısı ile ben de kendimi kültürsüz bir ortamda buluverdim. Ben çok gülen, sosyal bir insandım. Ama kayınvalidem bana gelen misafirlerin önünde gülmeyi yasaklamıştı. Ona göre bu utanılacak bir şeydi. Üstelik ben çok güzel bir kadındım ve güzel olmak hoşuma gidiyordu ». Yasemin her söyleneni yapan bir insan olmuş ve zamanla eşinin ailesi gibi kürtçeyi de unutmuş. Kürtçe’nin tamamen yasaklı olduğu 1980’li yıllarda, ülkenin batısına göç etmiş Kürtler, kendi kürtlüklerini kolay kolay gösteremiyorlardı. Başka bir Tatvanlı, Yasemin’in kendi çocuklarına öğretmeye korktuğu kürtçeyi, babasının kendilerine korka ürke öğretttiğini anlatmıştı bana.

Yasemin çok gençken eşini kaybediyor ve iki oğlunu tek başına eğitiyor. Aslında tek başına demek yanlış, çünkü eşinin ailesi ve kaynı aynı binanın üst katında yaşıyorlar. Zaman içinde, Yasemin’in ailesi de İzmir’de aynı mahalleye yerleşmiş. Babasının imamlığı civardaki Türkler tarafından hemencecik kabul görmüş. Ve Yasemin’in babası çok kısa sürede, şimdilerde yıkılmaya yüz tutmuş, İzmir’in sırtlarındaki güzel kürt mahallesi Kadifekale’de yaşayan Mardinliler arasında sevilen bir insan olmuş.

Yasemin kocasının ölümünden sonra, açık öğretime kayıt yaptırıp, liseyi bitirir. Ve özellikle anadilini tekrar öğrenmeye karar verir. Halihazırda, pencereleri İzmir’deki Bizans Algorasına bakan Kurdi-Der’de kürtçe dersler vermektedir. Yasemin çocukluğunda büyük bir ilgi ile amcasından dinlediği efsaneleri Kürtçe kayıt altına alıyor. « Bütün kuzenlerim içinde, bu masal ve efsaneleri en iyi hatırlayan benim. » Fakat, aile bireylerinin bir araya geldiği öğle sonrası çay partilerinde, herkes aklında kalan detayları Yasemin’e aktarıyor. Bu toplantılarda, genellikle kürtçe konuşulmaya gayret ediliyor. Yasemin ile aynı apartmanın üst katında oturan ve yaşamının son demlerini yaşayan kayınvalidesi de, hatırladığı kadarı ile Yasemin’e yardımcı olmaya çalışıyor ve hatırladığı şeyleri gelini ile paylaşmaktan büyük bir keyif alıyor.

Yasemin efsanelerini geceleri yazıyor. Gündüzleri ise, Türkiye’deki diğer (genç) büyükanneler gibi, kendi torunları ile ilgileniyor. Yasemin’in iki gelini de maaşlı çalışıyor ancak Türkiye’de kreşler çok pahalı. Hafta sonları, gelinleri kendi çocukları ile ilgilendikleri için Yasemin, şehir merkezine gidip Kürtçe kurs verebiliyor. Efsanelerini yazması içinse, sadece dingin geceler kalıyor Yasemin’e. Uzun efsanleri yazmak için, Yasemin saatlerce bilgisayar başında kalıyor. Yazarak, sonra tekrar tekrar kırparak veya küçücük bir detay veya kelime ekleyerek… Bu yükü, email yolu ile kendisinin kürtçe hocası ile de paylaşıyor.

Ağustos’un sonunda kendisi ile vedalaştığımda, Yasemin düzeltmelerini yeni bitirmişti. Ancak, bir kaç gerekli düzeltme daha yapmayı tasarlıyordu. Her zamanki gibi büyük bir ehemmiyetle… Ve nihayet, Kasım ayının sonunda, Kürtçe hocası Yasemin’e yazdıklarının mükkemmel olduğunu beyan ettikten sonra, Yasemin taslağını Avesta yayınlarına yolladı.

Avesta Yayınevi, Yasemin’e yazdıklarının yayınlanacağına dair daha önce söz vermiş olmasına rağmen, Yasemin onlara taslağını en kusursuz şekilde göndermek istiyordu. Kendi çocukluğunu şenlendiren hikayeleri, Tatvan yöresinin kürtçesi ile yazarak hem anadiline olan aşkını anlatmak, hem de bu hikayeleri sonraki kuşaklara aktarmak istiyor Yasemin. « Ben yazmayı tercih ettim , çünkü yaptığım şey kalıcı olacak bir şey. Hem ben bunları yazmasam, kim yazacak ki ? » Yasemin öyle bir aşkla bahsediyor ki yaptigi isten, yazma serüveninin bu kitabın yayınlanmasından sonra da devam edeceğini düşünüyorum.

 Version française : A Izmir, Yasemin écrit avec passion les légendes kurdes de Tatvan (village de Çorsin)

Mille fois merci à Yilmaz Ö. pour la traduction.

Selahattin Demirtas : nouveau leader de la gauche en Turquie et « super leader » des Kurdes

Demirtas nouveau leader de gauche

Comme le soulignent  des analystes turcs comme Nilüfer Göle ou Samim Akgönül , si Tayyip Erdogan  a été élu au premier tour à la présidentielle, l’autre vainqueur de cette élection est bien Selahattin Demirtas (HDP) qui  avec très peu de moyens a réussi à  convaincre 10 % des électeurs. Un bond de  50% par rapport aux suffrages que récoltait son parti le HDP/BDP  aux élections  provinciales du 30 mars dernier.

Melda Onur, députée CHP d‘Eskisehir,  vient de le qualifier de  nouveau  leader de la gauche. Et il est vrai que  celui qui se présentait comme le candidat de « tous les opprimés » pas seulement celui des Kurdes et des minorités sympathisants du BDP,  a su séduire bien au-delà de l’électorat traditionnel du parti kurde. Il a même  obtenu  14 % des suffrages dans les îles d’Istanbul  ( pour 9.2 et 220 000 voix supplémentaires dans  l’ensemble de la mégapole ) où on n’a pas l’air d’être des fervents de Recep Tayyip  Erdogan ( 28% des voix). En 2011 le BDP n’y obtenait que 5.3. Et je ne pense pas que les îles aient accueilli une importante  vague migratoire kurde depuis.

Une part des 1 million de voix supplémentaires par rapport au 30 mars (4 millions/3 millions)  est certainement  à attribuer aux  Turcs de gauche, qui pour la première fois ont voté pour un candidat  kurde HDP/BDP. Un phénomène qui ne fait que se confirmer d’ailleurs. En  2011 déjà des électeurs turcs de gauche désespérés par le CHP ou déçus par l’AKP que certains avaient rallié en 2007 (et sans doute une bonne part de la minorité chrétienne) avaient déjà choisi de voter  BDP. Dans les villes de l’ouest du pays,  les relations  entre associations kurdes  du réseau BDP et les autres acteurs de la société civile,  et surtout la candidature à Istanbul du très populaire Sirri Sürreyya Önder y avaient largement contribué (il fallait quand même qu’il y ait un Turc dans cette histoire d’amour – dirait un copain kurde qui naturellement exagère… )

Mais quelle part représentent-ils vraiment dans cette progression impressionnante, surtout en un laps de temps si court ( 5 mois) ? C’est en effet  dans les villes de l’Ouest et de la Méditerranée,  plus à gauche, certes, mais surtout  où les Kurdes sont nombreux à vivre,  qu’il vient de faire  les percées les plus significatives, comme à Istanbul, Mersin, AdanaIzmir et je n’oublie pas cette fois Gaziantep. Le parti kurde (HDP) y  est implanté de longue date, mais  avait du mal à s’imposer face aux puissants réseaux AKP.   Le  vote kurde n’y explique certainement pas à lui seul le score que Demirtas y  obtient (et qui sauf à Adana et Antep  n’y atteint pas 10%) Mais il est probable quand-même, que comme à Mus (province qui en mars dernier encore élisait un maire AKP et a voté cette fois à 62 % Demirtas),  de nombreux électeurs kurdes de l’AKP – et du  CHP pour les Kurdes alévis – y  aient choisi cette fois de  donner  leur voix à Selahattin Demirtas.

La province  de gauche Eskisehir quant à elle  n’a pas beaucoup contribué à l’émergence du nouveau leader de gauche : seuls 2.5% des électeurs y  ont voté  Demirtas  Peut-être par fidélité à son maire, que les militants du CHP avait plébiscité pour être leur candidat à la présidentielle…Mais il est probable aussi que le profil du candidat de la gauche n’y ait pas trop plu.

Hopa sur la Mer Noire, d’où était originaire le chanteur laze Kazim Koyuncu continue à résister au César de Kasimpasa. Elle a donné 4.5% de ses voix au candidat kurde. Une véritable  anomalie dans cette région où Recep Tayyip Erdogan (Rizeli de Kasimpasa) est plébiscité  : 80% des voix à Rize ou à Bayburt où seuls… 0.75% des électeurs ont voté pour ce PKK de Selahattin Demirtas.

Selahattin Demirtas, président du HDP
Selahattin Demirtas, Diyarbakir

Mais c’est surtout dans les 11  provinces kurdes déjà acquises au BDP ( pour 10 d’entre elles), qu’il a fait exploser les scores déjà très honorables que son parti y avait obtenu en mars dernier. Dans 7 provinces, il obtient plus de 60 % des voix,  confirmant que le parti kurde est le principal bénéficiaire du processus de paix. Celui-ci a contribué à une « réconciliation » entre Kurdes, qui avaient été  déchirés par des années de sale guerre. Un phénomène qui était déjà bien entamé, mais que cessez le feu et promesse de paix ont accéléré.  Une « réconciliation » déjà réalisée  à Yüksekova où cela fait belle lurette que même les villages korucu (gardiens de villages utilisés comme supplétifs par l’armée) votent massivement pour le parti kurde. Ou à Roboski ( Uludere ) où ils  n’avaient  pas attendu le massacre de 33 petits  contrebandiers par les F16 de l’armée turque pour le faire.

Zeydan rallie le BDP Hakkari 2
La famille Zeydan (clan Piyanis) rallie le BDP Hakkari 3 décembre 2013

En décembre dernier à Hakkari, la ville qui avait élu Selahattin Demirtas comme député en 2011,  c’est la famille du longtemps indéboulonnable député CHP,  DYP puis AKP Mustafa Zeydan  (décédé il y a peu), et avec elle son asiret  (clan) des Piynaşi, qui déclarait son ralliement au BDP dans une cérémonie solennelle à laquelle participaient les maires de toutes les communes de la province et assistaient des milliers de personnes.  Le nouveau « chef  » du clan y a souligné que c’est l’appel à faire la paix  lancé par Abdullah Öcalan qui a motivé cette décision. Elle avait commencé par une cérémonie funéraire (mevlit)  donnée en souvenir de 2 membres de la famille,  tués dans le PKK. L’événement  était d’une telle importance qu’il a donné lieu à 120 commentaires sur larticle des Yüksekova Haber.

Cette » réconciliation » entre Kurdes, auquel « le Parti »  a largement contribué (et bien sûr l’AKP, qui est parvenu à imposer un cessez le feu bilatéral à l’armée et à mettre  Öcalan au centre du processus de paix)  a permis au BDP de conquérir des places fortes AKP comme Mardin ou Agri. puis à Selahattin Demirtas de s’y imposer largement.

La guerre que les jihadistes font aux Kurdes d’Irak et de Syrie et à laquelle prennent part de nombreux combattants kurdes de Turquie et d’Iran ainsi que la tragédie des Chrétiens et surtout des Kurdes yézidis au Sinjar dont le sort est encore pire, vient  encore de renforcer cette fraternité. A mon avis, la possibilité de maintenir ce bon résultat lors des prochains scrutin et, surtout   de le faire progresser au-dessus de la barre des 10% (qui permettrait à l’HDP de se présenter en tant que parti et d’au moins tripler son nombre de députés) dépendra sans doute encore  davantage de la façon dont évolueront les relations entre factions kurdes en Irak et en Syrie que de la gauche turque.

Les résultats du 10 Août montrent aussi que le parti kurde ne se  limite plus à être  « un parti régionaliste », comme le qualifiait à juste titre Jean François Pérouse il y a une dizaine d’années, dans un article d’une revue dont j’ai oublié le nom.  Il devient un parti d’envergure nationale. Ou du moins de l’espace national où les Kurdes  sont implantés depuis les grandes migrations des années 80-90. Il a  fallu pour cela  qu’il sorte d’abord  de la semi clandestinité où les interdits successifs l’ont longtemps contraint  à rester  et qu’il soit  intégré dans le jeu politique national.

C »est une réforme constitutionnelle  de l’AKP, rendant plus ardue la dissolution d’un parti, qui l’a permis. Elle était surtout destinée il est vrai  à défendre le parti gouvernemental  après les menaces qu’avaient  fait peser sur lui les attaques de la Cour Constitutionnelle en 2007 . Le parti kurde en a profité. Et les grandes rafles d’élus et de cadres BDP (ainsi que de nombreux syndicalistes trop souvent oubliés) destinées à le laminer,qui ont suivi deux ans plus tard  n’ont  réussi qu’à souder davantage son électorat. « Et à  favoriser le renouvellement des cadres » ajoutait un ami kurde qui connait bien le sujet.

Le barrage de 10% qui avait été instauré pour empêcher le parti islamiste et surtout  le parti kurde d’entrer  au Parlement,  n’a jamais été supprimé par contre.  L’AKP espérait bien qu’aux élections de  2011 il constituerait aussi un barrage contre le MHP, ce qui lui aurait permis  d’obtenir les 2/3 de députés nécessaires pour élaborer une nouvelle Constitution maison. Pari raté : le parti d’extrême droite avait obtenu plus de 10% des suffrages.

Les Kurdes de leur côté  avaient renoncé  à leurs alliances improductives (pour les uns comme les autres)  avec des partis de la gauche turque et choisissaient de présenter des candidats indépendants. Il a fallu  qu’ils apprennent à s’organiser et à discipliner leur électorat (et surtout leurs candidats, qui lors de la première expérience avaient parfois eu tendance à aller à « la pêche aux voix » dans le pré carré du voisin). Mais après un semi échec en 2007, 36 députés étaient élus à l’Assemblée de 2011. Le mouvement  avait commencé à devenir celui des Kurdes,  des minorités et de la gauche turque, en présentant quelques députés issus de mouvements kurdes non  PKK, comme Şerafettin Elci ; de la gauche turque  comme Ertuğrul Kürkçü et  Sirri Surreyya Önder, ou  Erol Dora, le premier député chrétien syriaque à siéger dans une Assemblée depuis la fondation de la République turque.

Des élus en prison préventive  n’ont pas été autorisés à y  siéger, et une condamnation opportune avait donné le siège remporté haut la main par Hatip Dicle à Diyarbakir à une députée AKP. Mais la voix du mouvement kurde  pouvait commencer à se faire entendre à Ankara,  au cœur de la République .

Au moins autant qu’une ouverture à la gauche turque, c’est ce double mouvement de réconciliation entre Kurdes et d’ouverture  à  l’espace national où les Kurdes sont implantés,  qu’a sans doute su incarner et porter  Selahattin Demirtas.

S’il est sans doute  devenu le nouveau  leader de la gauche en Turquie, ce qui reste à confirmer, il est en tout cas bien  devenu le « super leader » des Kurdes (et des minorités).

J’ignore si c’était ou non le candidat favori de l’autre leader des Kurdes, Abdullah Öcalan ou  si ce choix lui a été imposé par « le Parti » (et Qandil), où beaucoup craignaient que le HDP ne devienne un parti turco kurde (c’est à dire dominé par la gauche turque). Ce qui est certain c’est que le parti kurde, au sein duquel pendant longtemps la (très) stricte discipline de parti primait  sur les individualités et où  la seule personnalité autorisée à  s’affirmer  (à rayonner plutôt) était son fondateur  Abdullah Öcalan,  devient un parti moderne. Cette évolution est  la conséquence logique de  la sortie du parti kurde de la semi clandestinité.

Est-ce que « le patron des Kurdes », comme disait une gamine de Rennes,  qui n’a pas de dauphin (et ni femme, ni neveu pour le seconder) acceptera ce partage de leadership ?  Après tout la  bi-présidence est devenue un mode de gouvernance au sein du BDP. D’ordinaire avec un(e) représentant(e) des deux sexes, mais il peut bien y avoir quelques entorses. (Possible par contre  qu’il aurait préféré  partager la tâche avec un(e) « moins kurde » que lui  ).

Selahattin Demirtas et Bekir Kaya, maire de Van
Selahattin Demirtas et Bekir Kaya, maire de Van

Et au  sein d’une  génération, qui comme Selahattin Demirtas,  était encore enfant lors du coup d’Etat de 1980 et à peine adolescent en 1984,  d’autres  personnalités fortes émergent et  s’affirment à la tête de certaines grandes municipalités, comme Bekir Kaya à Van.

 

« Au BDP, on vote pour le parti, si le parti te présentait, tu serais élue » me disait une copine de Diyarbakir avant les élections du 30 Mars. A Hakkari,  j’avais peut-être  une petite chance d’être élue (ce sera peut-être différent aux prochaines municipales). Mais à Van, j’aurais sûrement fait les beaux jours du candidat AKP.  Comme ça au moins la ville de Van est bien gérée.

Selaahttin Demirtas,  député de Hakkari
Selahttin Demirtas, député de Hakkari

Cette génération qui a commencé à militer en pleine  guerre sale ,  est souvent plus méfiante vis à vis de la gauche turque. Non sans quelque raison. C’est tout juste si  certains intellectuels de gauche turcs « pro kurdes » ne les qualifiaient pas de « vendus à l’ AKP » et de fossoyeurs de la démocratie,  il y a quelques semaines encore.

Peu  après la désignation de Demirtas comme candidat du HDP à la présidentielle, la journaliste turque « pro kurde »  Nuray Mert le qualifiait de « candidat faible », qui selon elle aurait été imposé à Öcalan par l’AKP Elle ne dit pas si Riza Turmen (député CHP d’Izmir)  était  le « candidat fort » qu’Apo  aurait préféré . Elle, c’est probable. Mais les Kurdes de Mus auraient certainement  continué à voter Erdogan.

 

 

 

 

Fethiye : la charmante station balnéaire et ses jolis loups lyncheurs de Kurdes

Fethiye ölüdeniz

Pour le touriste turc ou étranger,la petite ville de Fethiye sur la mer Egée évoque vacances ensoleillées, baignade dans les eaux turquoises d’ Ölüdeniz, superbes tombeaux lyciens et accueil alla turca, c’est à dire chaleureux.

Fethiye lyncheurs extrême droite

Mais ça c’est pour la belle image. Chaleureux,  l’accueil ne l’est pas pour tous. Une partie de ses  habitants qui pourtant sont presque tous aussi venus d’ailleurs, n’apprécient pas que certains de leurs  compatriotes de l’est du pays aient choisi eux aussi de s’y installer pour y gagner leur vie. La municipalité y est MHP, c’est à dire d’extrême droite.

Et c’est ainsi qu’une bande qui a fini par atteindre le millier de lyncheurs bénéficiant du  soutien actif de la municipalité a décidé d’empêcher le HDP (parti démocratique du peuple) d’ouvrir une permanence électorale en vue des élections municipales du 30 mars prochain. Le HDP, c’est le BDP – le parti kurde- ayant fait une alliance avec un groupe de partis de gauche turcs, destinée notamment à attirer une partie de l’électorat  alévi.  Il représente donc tous ceux que l’extrême droite turque  exècre (les trois K de Kurde, Kizilbas – alévi, Kommunist). Sirri Süreyya Önder, l’icône du parti, est aussi un actif artisan du processus de paix entamé avec le PKK et un des   interlocuteurs privilégiés d’Ocalan, le leader du PKK emprisonné, synonyme pour eux du mal absolu. Il n’était pas question que ce parti de « traîtres » ouvre une permanence en terre  « vraie turque »!

Dimanche 9 mars, plusieurs centaines de braves jeunes gens survoltés, si assurés de leur bon droit qu’ils se filmaient à visage découvert avec leurs téléphones portables,  s’étaient donc rassemblés pour l’empêcher à tout prix. Un rassemblement qui n’aurait  rien eu  de spontanée. Selon des responsables du HDP cela faisait plus d’une semaine que des appels au lynchage  étaient lancés via les réseaux sociaux.  Et comme on le voit sur la vidéo, les forces de police, plutôt  promptes à réagir ces derniers temps pourtant, se sont contentés d’assister au caillassage et à la tentative d’assaut de la permanence HDP par d’intrépides lyncheurs qui avaient réussi sans trop difficultés à franchir le barrage anti émeute.

Il est possible que la police  ait été débordée (alors que les autorités devaient quand même s’y attendre)  ou que le seul TOMA de la petite ville était en panne, mais aucun jet de flotte n’est venu doucher leur intrépidité. Dernièrement à Ankara,  des étudiants d’un cours privé (dershane) qui se contentaient de regarder une manifestation d’une fenêtre  avaient eu le droit à une bonne douche glacée.

 

C’est le maire qui s’en est chargé, selon un article de Today’s Zaman d’habitude moins complaisant avec l’extrême droite. En effet selon le quotidien ce serait pour les calmer et non pour les satisfaire qu’il a accédé à leur irrésistible désir de faire disparaître le trouble à l’ordre public et l’insulte à leur grande sensibilité que représente le panneau du HDP . Pour cela il a utilisé les grands moyens et fait venir les pompiers avec leur échelle. Le panneau  a été détaché par un policier, aidé apparemment de pompiers (pas évident sur la vidéo de distinguer les uniformes) et remplacé par un  drapeau turc sous les hurlements rageurs de la horde, qui saluait cette héroïque action en entamant l’hymne national turc. La république de Fethiye était sauvée !

Évidemment, cela n’a rien calmé du tout. Avertis de cette grande victoire des centaines de sympathisants ont afflué de la ville ou des districts voisins et n’ayant plus de panneau honni à décrocher ni de vitres de permanence à fracasser  s’en sont pris aux commerces appartenant à des Kurdes. Plusieurs dizaines de familles kurdes  auraient choisi de fuir  la ville pendant la nuit. Les affrontements entre assaillants et  les forces de police, venues en renfort des districts voisins, ont duré une partie de la nuit. Le lendemain, 28 personnes étaient arrêtées. (trop tôt pour savoir  combien seront incarcérées et combien seront libérés les jours suivant comme l’avaient été tous les lyncheurs d’une famille kurde alévie à Malatya )

Mais lundi  c’est à Terkidag qu’un camion électoral du HDP était alors  à son tour caillassé.

Les campagnes du parti pro kurde ne sont jamais faciles dans l’ouest du pays, les sympathisants de l’extrême droite n’arrivant pas  à avaler qu’un parti représentant la branche légale du PKK puisse être autorisé  et le faisant savoir.  Mais en cette période particulièrement tourmentée de lutte acharnée au sein de l’état entre la cemaat (communauté)  Gülen et l’AKP de Recep Tayyip Erdogan , c’est pire que jamais. Le  HDP déplore une vingtaine d’agressions depuis le début de la campagne électorale. Les faits les plus violents ont eu pour théâtre  Urla (où plusieurs militants ont été blessés mais où personne n’avait ensuite été interpellé) une autre station balnéaire de la mer Egée, près d’Izmir à Ordu sur la Mer Noire  et à Aksaray.  Mais dans la charmante Fethiye, un degré supplémentaire a été franchi : cette fois ce n’est plus seulement à un parti que ces charmantes personnes s’en sont prises, ce sont leurs concitoyens kurdes qu’ils ont décidé de chasser de ce qu’ils considèrent « être leur terre ».

Mais « Fetiye n’est pas la propriété de vos pères ! » leur a lancé Sebahattin Demirtas, le (vice) président du BDP, qui demande à son électorat de résister à  ces provocations et de ne pas y tomber.

fethiye_lycheurs

Parmi cette horde haineuse le journal Hürriyet a repéré un supporter du club de football Fenerbahçe, qui portait un tee-shirt de son club sur lequel était inscrit le nom de Ali Ismail Korkmaz, un jeune manifestant alévi mort après avoir été roué de coups par des policiers aidés d’amoureux de l’ordre  de son genre, lors des émeutes de Gezi. Il était lui aussi sympathisant du club qui  en a fait depuis une  icône et un symbole des tracasseries  judiciaires dont le club estime à juste titre ou non être victime.

« C’est ça l’hommage  à Gezi ? » interroge le quotidien. Mais il est très probable qu’ils aient aussi participé à Gezi, tous ces gens là. Même s’il n’y a pas du avoir beaucoup de victimes dans les rangs de cette composante de Gezi.

Aujourd’hui c’est Berkin Elvan un garçon de 15 ans qui vient de mourir des suites de blessures infligées par une bonbonne de gaz lacrymogène qui l’avait visé à la tête lors des émeutes de Gezi, dans le quartier d’Okmeydan à Istanbul (il est  probable que lui aussi était alévi, comme les autres tués.). La police cette fois n’a pas hésité à asperger de gaz lacrymogènes la foule, il est vrai certainement moins vindicative,  qui s’était rassemblée devant l’hôpital où il est décédé ce matin.

Tout cela n’augure rien de bon, d’autant que la  classe politique tarde bien à réagir. Pour le moment seul le CHP par la voix de son député kurde Sezgin Tanrikulu a dénoncé les agressions  dont est l’objet le parti « kurdo -turc ». Devlet Bahçeli le leader du MHP qui avait fait preuve de sagesse politique pourtant en évitant de mettre de l’huile sur le feu quand un militant de son parti avait été tué lors de l’ouverture d’une permanence MHP à Istanbul le mois dernier (assassinat resté mystérieux) est peut-être débordé sur son extrême droite. Quant à l’AKP, il doit être soucieux de ne pas déplaire à un électorat  tenté par un vote  protestataire  vers l’extrême droite, après les accusations de vaste corruption dont il est l’objet.

Le MHP risque bien en effet d’être le principal bénéficiaire de toutes ces turbulences lors des prochains scrutins.  De la même façon qu’après le mouvement « Occupy Wallstreet » c’est l’ultra réactionnaire  Tea party qui a émergé aux USA, il est à craindre qu’en Turquie on assiste à une flambée  réactionnaire, très éloignée  elle aussi de l’esprit qui animait le cœur du mouvement Gezi à Taksim. En attendant un sursaut démocratique et la naissance enfin d’un véritable parti de gauche démocrate, qui reste toujours envisageable, même si pour l’avenir proche la plupart des observateurs sont très inquiets. Tous ces événements ont un fâcheux relent des années 90.

Mais cela m’étonnerait que  la toute récente  remise en liberté de prévenus parmi lesquelles celles de charmantes personnes comme  les assassins et tortionnaires de 3 missionnaires chrétiens pris pourtant sur les faits à Malatya (dénoncée comme un scandale par le président Gül -ouf !) , du principal accusé dans l’assassinat du journaliste arménien Hrant Dink, de l’assassin d’un juge du conseil constitutionnel pris lui aussi sur le fait  ou de l’ultra nationaliste avocat  Kerinçsiz qui s’était fait une spécialité de traîner devant les tribunaux tous ceux dont il estimait l’idéologie déviante, contribue à apaiser les tensions….même si les juges qui les ont remis en liberté assurent qu’ils porteront un bracelet électronique.

En effet, au moment où j’écris ces lignes les médias turcs annoncent que des coups de feu ont été tirés au tribunal de Caglayan à Istanbul . 4 personnes ont été blessées. Un joli printemps s’annonce pour les provocateurs de tous crins que les procès Ergenekon quelque soit leurs manquements graves avaient mis en sourdine.

 

 

Censure drastique d’Internet et protection des familles et « enfants de » en Turquie

Censure Internet turquie 6 février

Dans la soirée du 5 février, la Turquie a franchi un pas de plus dans la restriction du droit de ses citoyens à être informés, créant l’émotion tant en Turquie qu’à l’extérieur du pays. Comme les médias l’ont abondamment relayés, le parlement durcissait drastiquement sa législation sur le contrôle d’Internet et donnait au gouvernement un pouvoir de censure semblable à celui de pays aussi démocratiques que l’Iran, la Chine ou l’Arabie Saoudite.

Internet n’a jamais été un espace de totale liberté en Turquie. A l’époque où je débutais mon blog, j’ajoutais systématiquement le lien vers la vidéo à destination des lecteurs de Turquie, si mon billet comportait une vidéo de la plateforme You Tube. L’accès de celle-ci leur a été interdit pendant plusieurs années. Un obscur tribunal avait pris cette décision à la suite de plaintes concernant quelques vidéos insultantes pour Atatürk. Plus tard Viméo et Blogger avaient subi le même sort. Mais les internautes de Turquie étaient tous devenus des experts dans l’art de contourner la censure en utilisant des proxys.

censure Internet turquie

Mais si l’amendement à la loi déjà existante est ratifié par le président Gül, il ne leur sera plus possible de la contourner aussi facilement . En effet, le système de censure devrait être beaucoup plus efficace et bloquera directement les URL ou l’adresse IP. L’internaute ne saura même plus que la page recherchée existe, car elle aura disparu des moteurs de recherche (actuellement il tombe sur un  avis d’interdiction)

Surtout les sites et les pages censurés ne le seront plus à la suite d’une décision de justice (pourtant déjà experte dans l’art de manier le ciseau), il s’agira d’une décision administrative, qui pourra être prise dans les 4 heures. Le TIB, une agence au sein du ministère des Transports et Télécommunications se transformera  un grand inquisiteur. Son directeur ne sera responsable que devant le premier ministre…et c’est un membre du MIT, les services secrets turcs,qui vient d’en prendre la direction.

Pour faire court, n’importe quel site pourra être censuré sur simple volonté du gouvernement. Il ne s’agira pas seulement de bloquer des sites pédopornographique, comme la loi le permettait  déjà au  TIB.

Les internautes quant à eux seront placés sur étroite surveillance : les serveurs d’accès devront conserver pendant 2 ans toutes les données les concernant, traces de navigation et e-mails. Données qu’ils seront contraints de fournir au TIB sur simple demande. Bienvenue dans l’univers de Big Brother.

Au pays des 33 millions de comptes Facebook et où Twitter fait aussi un tabac, de telles mesures font l’effet d’un brutal retour dans les années de censure militaire.

 

Il faut dire qu’avec le contrôle sur les médias de masse exercé par l’AKP, Internet est devenue une des principales sources d’information, voire la principale, pour beaucoup  en Turquie. C’est aussi sur des sites Internet comme T 24 que se sont réfugiés de nombreux journalistes limogés des journaux qui les employaient : « Nous ne regardons jamais les journaux TV, nous avons nos sites Internet », me disait cet été dans une petite ville d’Anatolie, un couple avec lequel j’évoquais l‘attentat très meurtrier de Reyhanli, un attentat qui aurait tué 51 « de nos frères sunnites » avait déploré Recep Tayyip Erdogan, qui ne semblait pas s’étonner qu’une voiture piégée sache faire le tri entre Sunnites et Alaouites dans une petite ville où la population est à moitié alaouite.

Seuls les médias proches du pouvoir avaient alors été autorisés à se rendre sur les lieux.. Raison de plus pour qu’une large part de l’opinion mette en doute la version officielle attribuant cet attentat à un obscur groupuscule d’extrême gauche dont les membres sont principalement alaouites. D’autant que le groupe de hackers RedHack n’avait pas tardé à diffuser des révélations dérangeantes pour les autorités, reprises dans de nombreux médias, notamment en anglais, comme Bianet.

Yes we ban RTE

Depuis la révolte de Gezi au printemps dernier, Recep Tayyip Erdogan ne cachait pas qu’il avait les réseaux sociaux dans le collimateur. Mais ce sont les révélations de corruption qui ne cessent de se multiplier depuis le 17 décembre dernier, atteignant sa propre famille, qui ont précipité les choses. Le groupe AKP à l’origine de ces amendements a beau comprendre une proportion de femmes bien supérieur à leur représentation au sein de l’AKP (11 sur 27 députés) personne n’est dupe sur leur volonté de protéger «  vie privée », « familles » et « enfants ».

video censuree turquie

En tout cas les premiers sites censurés après le vote de la loi, semblent montrer quelles familles et quels enfants il s’agit de protéger : des vidéos divulguant une conversation téléphonique entre Sümeyye, une des filles d’Erdogan et le magnat du bâtiment Latif Topbas, contre lequel ont été lancées des investigation dans des affaires de corruption présumée, viennent en effet d’être censurées, révèle Erkan Saka sur son blog. J’ignore si toutes l’ont été : on en compte par dizaines.

On notera au passage, que les téléphones portables ont l’air aussi d’être l’objet d’une active surveillance…(pas seulement ceux  des milieux kurdes )

Sumeyye fille et conseillère de Recep Tayyip Erdogan

J’en profite pour informer Christine Okrent qui affirmait aujourd’hui dans l’émission « Affaires Etrangères », la Turquie la fin du miracle, (très intéressante au demeurant) sur France Culture, que seuls « les fils » des membres de l’AKP (notamment Bilal Erdogan) étaient visés par les affaires de corruption, que les femmes des familles « machos »sont rarement des potiches. Ce rôle est plutôt dévolu aux belles-filles. Sümeyye est à Tayyip Erdogan ce que Claude Chirac était à son père. Quant à Emine Erdogan, systématiquement présente aux côtés de son mari, elle serait aussi une femme d’affaires avisée.

Urla villa photo Radikal

Et selon les médias turcs, elles auraient toutes les deux été les heureuses bénéficiaires de très luxueuses villas dans la petite station balnéaires d’Urla, dans la presqu’île de Cesme près d’Izmir, en échange d’une levée du classement du site en zone protégée interdite à la construction. Des universitaires auraient été « récompensés » pour avoir cautionné ce déclassement. Quant au Vali (gouverneur) d’Izmir qui s’y serait alors opposé,  sa récompense aurait été une affectation à Diyarbakir. Dans la conversation de la vidéo, Sümeyye Erdogan exprime son souhait d’aménagements pour les villas.  L’opposition CHP a porté l’affaire devant le Parlement.

Mais à quoi cela sert-il de bloquer les investigations en cours en mutant des milliers de policiers et les procureurs trop curieux si les pièces des dossiers sont présentées à la vue de tous, se propagent et sont commentés sur Internet à vitesse grand V via les comptes Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux ?

Aux dernières nouvelles, les 8 villas incriminées devraient être détruites. Peut-être que les mosaïques romaines menacées par un projet de centre commercial du groupe BIM  (à qui appartient le terrain), dans la banlieue d’Izmir vont aussi être sauvées. C’est monsieur Topbas qui est en bandeau sur la photo…encore…

Atif Topbas mosaiques BIM  photo Zaman

Mais on peut quand même se demander si tous ces braves « enfants de » et leurs richissimes amis auraient pu faire tout ce qu’ils voulaient pendant si longtemps si certains s’étaient « réveillés » plus tôt. Il y a une époque, pas bien lointaine, où on prenait plutôt la défense de la « famille », quand d’autres pointaient du doigt leur immense enrichissement personnel, dans des médias aujourd’hui très critiques. Même si la rumeur, affirmant que dans les belles villas de la famille Erdogan à Usküdar les robinets étaient en or massif, était certainement fantaisiste, Samanyolu-haber aurait  pu déjà remarquer par exemple que ces très luxueuses constructions pouvaient être le signe qu’enrichissement familial et pouvoir étaient liés. Ce que tout le monde avait  déjà remarqué  en Turquie, mais bien peu de médias.

Les leaders de l’opposition et les opposants à la drastique censure Internet en appellent au  président Gül. Va-t-il apposer un véto à cette loi si controversée ? Il doit être bien embêté : en effet, s’il loupe rarement une occasion d’exprimer sa différence avec les méthodes et les propos musclés de son ancien ami Tayyip, il ne s’est jamais opposé jusque là frontalement à lui, de crainte peut-être de faire exploser le parti qu’ils avaient fondé avec Bülent Arinç. Mais même l’UE vient de mettre en garde les autorités turques. Il va donc sans doute, comme dans d’autres cas, faire traîner sa décision jusqu’aux limites légales. Mais il devra bien trancher ce choix cornélien.

Et en attendant, les internautes de Turquie ont décidé de manifester une nouvelle fois leur colère. Ce soir les TOMA vont donc aussi être de sortie dans les grandes villes du pays.

Taksim 8 février

En effet, ils sont bien de sortie.

Taksim 8 février. Erkan Saka

On peut suivre la manifestation à Istanbul sur le compte Twitter d’Erkan Saka, à qui j’ai emprunté cette image, ou sur son compte Facebook Internetime dokunma

Autres images de la manifestation du 9 février  ICI

  Et sur celui  de Toma  voici la petite histoire qui accompagne cette image :

-« ALO FATIH (allusion à  Fatih Saraç, propriétaire de la chaîne Haber Türk, dont le téléphone aussi était écouté)

–  Monsieur…

En bande passante (journal TV) on écrit : » A Taksim, le peuple est pris d’affection pour les Toma »

– Vos  désirs sont des ordres, monsieur « 

Divine apparition à Izmir : un hologramme géant de Tayyip Erdogan s’élève dans un meeting

hologram Erdogan Izmir

Vous avez aimé la surprise ? A-t-on crié du micro de la tribune aux militants AKP rassemblés pour un meeting électoral à Izmir  dimanche dernier. De toute évidence, ils avaient adoré. Un tonnerre d’applaudissements avait accueilli la surprise : leur idole, Tayyip Erdogan  venait de quitter  l’écran sur lequel il s’exprimait, pour s’élever  au-dessus l’assistance, tel une divine apparition,  en un hologramme géant en 3D

Un miracle se produisait dans la grande métropole égéenne, bastion du parti kémaliste et  déclarée  ville de « giaour » (non musulmans) par l’idole.

Il est vrai qu’on n’est pas très loin de Selçuk, où selon certains aurait eu lieu  de l’Assomption de la Vierge. Cela a peut-être donné des idées à ses services de comm’.

(sur la vidéo, c’est au bout de 52 secondes  que le miracle a lieu et ce serait vraiment dommage de louper ça. )

L’enthousiasme de ses adorateurs était tel que le message du « big father » est devenu inaudible. Qu’importe : tout le monde avait déjà bien entendu la mise en garde contre les traîtres qui s’en prennent aux candidats AKP aux élections municipales de mars prochain.

A Yildirim Binali, ex ministre de l’ équipement, qui brigue celle d »Izmir notamment, et qui avait peut-être quelque chance de l’emporter. Le « crazy projet » d’ Erdogan pour Izmir 2023, révélé lors de la campagne législative de 2011, en avait séduit beaucoup dans ce fief kémaliste. Comme les autres « crazy projet » (d’Istanbul, Ankara, Diyarbakir), celui d’ Izmir est une série de projets de grandes infrastructures : ponts géants, tunnels pour désengorger le trafic du centre ville,nouvelles lignes de métro, autoroutes, trains à grande vitesse, construction d’un quartier d’affaires digne d’une grande ville américaine  ou développement du port de commerce devant faire d’Izmir un des dix plus grands ports  au monde (j’avoue que je n’ai pas bien compris où doivent être construites les nouvelles infrastructures de ce port géant, qui pourraient peut-être entrer en concurrence avec le secteur touristique..)

Bref, un crazy projet qui devrait faire d’Izmir une métropole digne du 21ème siècle…et le bonheur des entreprises du BTP.

La belle promesse avait été conjuguée avec la très opportune mise en examen d’Aziz Koçaoglu, le maire CHP de la ville, accusé de corruption en même temps qu’une centaine d’adjoints et employés de la mairie. Le procureur avait exigé une peine de 357 ans de prison contre le maire pour des faits si graves que tout cela s’est terminé par un acquittement en décembre 2012.

A ma connaissance, aucun procureur ni aucun policier n’avait alors été qualifié de  » traitre »ou de comploteurs par ceux qui les accusent aujourd’hui. Et ces mises en examen d’élus de la nation n’avaient pas été suivies de valse d’enquêteurs zélés, même après les acquittement.

Mais résultat, l’AKP avait obtenu 37 % des voix (contre 44% au CHP) aux législatives de 2011 à Izmir. Son électorat kémaliste  était sous le choc.

Et pour que le rêve de grande prospérité devienne réalité, rien de tel qu’un ministre de l’équipement (démissionnaire pour l’occasion) AKP à la tête de la municipalité. Tout devient alors « très facile » (çok kolay)

cok_kolay_by_binali_yildirim_h47788

« Si l’AKP était aux manettes de la mairie, la construction du métro reprendrait dans l’heure » me disait un habitant d’Uçkucullar, qui n’a rien d’un sympathisant AKP, mais peste régulièrement contre le successeur d’ Ahmet Piriştina, le très populaire maire d’Izmir mort brutalement en 2004, car il  n’aurait pas continué les travaux entamés par ce dernier. Un électeur laïc potentiel pour Yildirim Binali, même si je n’ai pas osé lui demander pour qui il voterait.

Si la municipalité d’Izmir n’était  certes pas gagnée d’avance, ce n’était peut-être plus une proie complètement inatteignable non plus.

Sauf…que les traîtres tapis dans l’ombre ont encore sévi. Et cette fois, ce n’est pas à la municipalité CHP qu’ils en avaient. Le 7 janvier dernier, ce sont des administrateurs du port de commerce d’Izmir et de TDDC (les chemins de fer turcs qui gèrent le port) qui étaient accusés de corruption. Et dans le lot de mises en examen se trouve….le beau-frère de Yildirim Binali.

Évidemment, ce nouveau scandale de corruption ne fait pas vraiment l’affaire du candidat AKP, ex ministre de l’équipement (et qui par ses fonctions n’était donc pas étranger aux affaires du port de commerce et des chemins de fer, même si on ne choisit pas toujours ses beaux-frères).  Cette fois, par contre  les « traîtres » n’ont pas long feu dans la cité égéenne . Dans les jours qui suivaient, des procureurs et 200 policiers (dont 5 commissaires, quand -même) ont dégagé.

Izmir 200 policiers limogés

Mais le mal est fait. Pour prendre Izmir, il faudra un miracle à l’AKP. Peut-être que la divine apparition apparu aux militants était chargée d’y pourvoir. Ils sauront  fin mars si elle était vraiment miraculeuse.

 

Cela étant, comme nul ne sait où les traitres peuvent se nicher, moi je méfierais un peu. Le « by » de l’affiche de propagande du candidat AKP (çok kolay BY Yildirim Binali), sonne un peu étrange, comme un message subliminal  d’une puissance étrangère, souvent désignée comme membre du complot international qui menace le pays…ou d’une organisation secrète. En tout cas, « by » ce n’est pas du turc.

 

 

 

 

 

 

 

Le centre d’Art Arkas fait revisiter Izmir et révèle Smyrne.

centre d'art Arkas Izmir

 

Quand Lucien Arkas était élève au lycée Saint Joseph d’Izmir, il était un des deux « élus » chargés de sonner la cloche qui annonçait la fin de la récréation. Une très lourde responsabilité  m’a dit le second élu, car ce n’était pas évident d’avoir l’œil sur l’heure quand on était plongé dans un match de volley : raison pour laquelle cet honneur était  réservé par les frères aux élèves  les plus méritants.

Aujourd’hui monsieur Arkas, armateur comme l’étaient son père et son grand-père,  est à la tête d’une holding qui compte dans le monde maritime. C’est aussi un collectionneur d’art amoureux de sa ville Izmir où sa famille venue de Marseille s’est implantée il y a trois siècles, quand Smyrne était un des ports les plus florissants du bassin méditerranéen. Et comme il ne voulait pas conserver ses trésors pour lui seul, il est aussi devenu mécène. En novembre 2011 Arkas-holding inaugurait un superbe espace d’exposition dans un des plus beaux bâtiments historiques de la ville, qui après l’incendie ravageur de 1922 ( les bulldozers des promoteurs dans les années 70 se sont chargés du reste) n’en conserve pas beaucoup. Le grand théâtre voisin n’avait pas eu cette chance et avait péri dans les flammes.

Un bâtiment que tous les Français qui ont vécu à Izmir, ou les voyageurs qui comme moi ont eu besoin de recourir aux services de leur consulat connaissent bien, puisque c’est une aile  du consulat honoraire de France qui a été concédée pour 20 ans au Centre d’Art Arkas. Je conseille  à tous ceux qui passent par la ville d’y faire une visite ne fusse que pour en admirer la restauration, et lorsqu’ il propose  une exposition de ne la manquer sous aucun prétexte si on s’intéresse à  la ville, à son histoire, à celle  de la Turquie et du bassin méditerranéen ou si on est passionné par les échanges. D’autant qu’il est aisé de s’y rendre, puisqu’il est situé sur le Kordon (front de mer), un passage obligé quand on est à Izmir, que l’on connaisse ou qu’on découvre la ville et que l’entrée est gratuite.

centre d'art Arkas Izmir

 

Plus je me rends  dans cette ville – et je m’y rends fréquemment, c’est plutôt Istanbul que je boude depuis qu’on y ferme les plus beaux cinémas de Beyoglu pour en faire des super marchés – plus je lui trouve de charme. Mais il faut reconnaître que  ces charmes contemporains paraissent bien pâles à côté du joyau dans son écrin de verdure  que les voyageurs découvraient quand leur navire pénétraient dans la baie aux siècles précédents

Ce sont ces regards occidentaux sur la ville de Smyrne  au 18ème et 19ème siècles que la dernière exposition du  Centre d’art Arkas propose  d’offrir aux visiteurs, par les gravures, peintures, récits de voyages et puis photos de voyageurs passionnés.  Une visite est une plongée dans une ville dont il ne subsiste  que des traces  et dont on découvre  les beautés et les  transformations au fil de l’exposition, comme la modernisation du port et la construction des quais entre 1867 et 1875, qui avait alors fortement mécontenté les riverains, car elle avait causé la destruction de leurs jardins ou l’arrivée du chemin fer qui apportait le tabac dans les manufactures de la ville qui ensuite l’exportaient. La ligne Aydin Izmir a été la première ligne de chemin de fer de l’Empire.

L’exposition est une  balade dans une ville commerçante, industrieuse et cosmopolite, où jusqu’à la chute de l’Empire Ottoman Turcs, Arméniens,  Grecs, Juifs Arméniens et Levantins se côtoyaient . Les capitulations  signées avec les puissances occidentales y avaient fait affluer les commerçants français , anglais ou hollandais (et les dessinateurs) Comme on le sait, c’est François 1er  qui avait signé avec Soliman le Magnifique ces fameuses capitulations qui avaient donné  aux marchands français le droit de commercer en terre d’Islam. On peut voir dans une extraordinaire gravure de 1699 à quoi pouvait ressembler une audience du Consul de France chez le Cadi.

On peut  aussi y trouver des échos de certains drames du passé. Une petite gravure est le témoin rarissime d’un tremblement de terre qui avait en partie détruit la ville en 1688. Une  piqûre de rappel à la ville où avait soufflé un vent  de panique il y a quelques années car une rumeur y annonçait un séisme imminent.

Les passionnés des cartes (pour ma part j’adore les vieux atlas) y découvriront aussi les premières tentatives de cartographes de cartographier l’Empire ottoman et sur lesquelles on peut lire le nom Kurdistan, un nom qui ne provoquait pas alors d’empoignades, comme l’Assemblée nationale turque en a été le théâtre récemment.

Ceux qui souhaitent voir l’exposition devront se dépêcher, elle se termine le 29 décembre. Ensuite  on pourra toujours se procurer le catalogue  que j’ai juste feuilleté.  Faute de place dans ma petite valise j’ai reporté cet achat à une prochaine visite( ce qui fera un prétexte pour y retourner en attendant le prochain événement) Et en attendant, il est possible de rendre une visite  virtuelle au centre d’Art Arkas sur le site du musée.

Quant au musée de pierre, on peut s’y rendre sans problème comme je l’ai fait avant de prendre un avion (ou à sa descente). Le musée est à deux pas de l’arrêt de bus (Efes) où passent les navettes entre la ville et l’aéroport.  Ceux qui ont plus de temps pourront en profiter pour se restaurer ou boire un verre  ensuite dans le restaurant du jardin du centre culturel français et découvrir son très romantique jardin. Il suffit de traverser la rue.

Smyrne aux 18ème et 19ème siècles. Regards occidentaux

25 septembre- 29 décembre 2013

10h – 18 h (nocturne jusqu’à 20h le jeudi).

Entrée gratuite.

Centre d’Art Arkas, 1380 sokak n° 1 (en face du centre culturel français d’Izmir et à proximité de la grande poste), Alsançak, Izmir.

 

 

 

Tayyipci et Apocu : Le tailleur d’Izmir qui aime Recep Tayyip Erdogan et le processus de paix

Après la retraite à Rabat, voici le temps de la contre manifestation conservatrice et peut-être du recourt au très peu démocratique référendum  (ce qui rappelle un certain Mai français.). Ce week-end, 2 grands meetings comme Recep Tayyip Erdogan les adore, se déroulent à Ankara, puis à Istanbul .  Des supporters affluent sans doute de toute la Turquie dans des autobus affrétés pour l’occasion.

 

Qui sont ces tayyipci qui constituent la base de l’électorat AKP sans se confondre avec lui ?  Certains les qualifient de  « cahil » (ignorants) villageois d’Anatolie ou des classes populaires urbaines. Passer pour le leader du brave peuple laborieux  arrange aussi  Tayyip Erdogan qui cultive ses racines  populaires. Pourtant, pas plus que la base apocu du BDP, ils ne constituent une classe sociale. Ils peuvent être des (ultras) privilégiés, appartenir aux classes moyennes ou aux milieux populaires. Outre le fait qu’ils ne sont pas alévis,  leur principal  point  commun est l’immense admiration,  sincère ou opportuniste, qu’ils vouent à « Tayyip ».

Je venais d’arriver à Izmir, quelques semaines après le  Newroz de Diyarbakir, quand j’ai rencontré un de ces  tayyipci. La bandoulière de mon sac s’était rompue et j’étais entrée au hasard dans une  échoppe du quartier de Basmane. A mon accent, le tailleur a vite compris que j’étais étrangère. Il m’a peut-être pris pour une femme Rus (Russe)  dans ce quartier proche de la gare du même nom et qui regorge d’hôtels. Le passage où se trouve sa boutique débouche sur une rue piétonne,  où  l’ambiance (très peu branchée) qui règne la nuit sur les terrasses et dans les  « gazinos »  rappelle celle qu’on trouvait, il n’y a pas si longtemps, dans certaines rues de Beyoglu, quand ce quartier d’Istanbul ne paraissait pas encore voué à devenir un temple de la consommation.

Apprendre que j’avais appris le turc après un premier séjour en Turquie pour pouvoir parler avec ses habitants, lui avait bien plu. Et la conversation a continué  autour d’un verre de thé. Lui est originaire  d’Aydin, une autre ville de la mer Egée. Sa famille avait fui la Bosnie pour la Turquie dans les premiers temps de la République.  Bref c’est un habitant de la mer Egée presque « typique », que rien ne prédispose à éprouver de la sympathie pour le PKK. Et il n’en éprouve certainement pas.

La conversation a glissé sur la France. D’abord Sarkozy, qui décidemment a marqué les esprits. La France ? Toujours la crise. Ce qui doit un peu faire plaisir aux Turcs que la prospérité européenne faisaient tellement rêver lorsque c’étaient eux qui  étaient continuellement « en crise » ( La victoire de l’AKP et sa longévité ont quelques raisons). Il en est venu à Erdogan dont il est un fervent sympathisant. Il fait donc partie de ces 40 % d’électeurs ayant fait trembler la kémaliste Izmir, ( ville de « giaour »  – non musulmans, autant dire de traîtres en puissance  – selon Tayyip Erdogan ) en votant AKP aux dernières élections. C’est même un de ces inconditionnels  que  je nomme  tayyipci .

Cette fois il n’a été question ni de réussite économique, ni des qualités de « super bosseur »  du chef de gouvernement, qui à sa capacité à être partout à la fois, me rappelle Sarkozy. Un jour où il n’apparaitrait pas  dans 3 reportages  aux infos  TV doit créer une impression de  vide.

C’est à celui qui allait  « faire la paix avec les Kurdes ! » (baris yapacak !) qu’allait ses louanges :  « Tout le monde va se réconcilier », ce qui lui faisait  réellement plaisir. «  Et avec la paix, la Turquie deviendra très riche ».

 

Les esprits peuvent  changer très vite en Turquie.  Il y a trois ans, en août 2009, Recep Tayyip Erdogan s’adressait lors d’une soirée télévisée  à Ahmet Türk, le président du parti kurde (l’actuel BDP). C’était  la première fois qu’un chef de gouvernement s’entretenait ainsi avec un président du parti kurde, régulièrement interdit. Depuis deux ans que des députés de ce parti siégeaient à l’Assemblée, Erdogan refusait ostensiblement de leur serrer la main.

Cet entretien avait été soigneusement mis en scène. Derrière le chef du gouvernement se dressait un portrait géant d’Atatürk – dont la taille devait conjurer le tout aussi gigantesque sentiment de trahison qu’un tel entretien risquait de provoquer dans l’opinion turque.

A Hakkari, où je me trouvais, c’était l’enthousiasme. Comme je l’avais écrit alors, on ne parlait que de  paix  qui s’annonçait. Enfin presque. Mon ami Suleyman  préférait attendre de voir et prédisait : « Si ça ne marche pas, ça va être pire qu’avant ».La suite lui a donné raison.  La fermeture a été brutale , les prisons ont vite été pleines à craquer et le conflit est reparti de plus belle.

Mais même dans la région kurde, cet espoir n’était pas partagé par tous.  En quittant Hakkari, j’avais fait une halte sur les bords du lac de Van. Deux employés de l’otogar de la ville avait eu la gentillesse de me déposer en voiture sur une route où je trouverais un minibus conduisant à mon hôtel. L’un de mes chauffeurs était lui aussi un fervent « Tayyipci  ». Et comme il m’avait demandé ce que je pensais de l’objet de son admiration, j’avais répondu, pensant lui faire plaisir  « Il est fort : il va faire la paix ».

C’était raté. «  La paix !  Quelle paix ? Ce sont des mensonges. Il ne faut pas croire les gens d’Hakkari ! Moi aussi je suis kurde (probablement d’un village korucu, l’armée turque étant comme « Basbakan », çok güzel ) ! » J’ignorais encore  que le mot « paix »  faisait partie d’une liste (avec guerre, guérilla etc..) que l’armée turque a longtemps « recommandé » aux médias de ne pas employer pour évoquer le conflit avec le PKK. Mais j’ai quand-même  compris  qu’en  parlant de « paix », je venais de  faire de la propagande pour « une organisation terroriste ».

 

Il est probable que le tailleur d’Izmir parlait déjà de « kardeslik » (fraternité – versus AKP, c’est-à-dire entre Musulmans)) avec les Kurdes cet été là. Mais il était certainement à des années lumière  d’imaginer que 3 ans plus tard,  Öcalan,  le « Mal en personne »,   serait  l’interlocuteur privilégié de l’Etat turc, dans un processus de paix qu’il accueillerait avec un tel enthousiasme .

Pas de  trace par contre de l’enthousiasme d’août 2009 chez les Kurdes rencontrés pendant la suite de mon séjour La plupart attendaient de voir et se méfient d’Erdogan, qu’ils comparent à la très détestée Tansu Ciller. Et si beaucoup d’apocu  continuaient à  faire entièrement confiance à Öcalan, son discours révélé au Newroz de Diyarbakir en avait effondré d’autres. La « bannière de l’Islam (ottoman) » notamment  a stupéfait: « Et les Kurdes alévis ? »

Mais j’ai pris ma rencontre à Izmir avec ce tailleur comme un signe de bon augure. Pour faire la paix, il faut quand même qu’une partie au moins de l’opinion des deux camps adhère au processus, et accepte l’idée « inacceptable » de dialoguer avec l’ennemi.  C’était fait.

 

Lors de son dernier meeting électoral  à Diyarbakir, Recep Tayyip Erdogan  avait  raillé le culte dont Öcalan est l’objet au sein de l’électorat BDP  : « Ils le prennent pour un prophète !».   Celui dont le portrait géant s’affiche sur les murs des permanences AKP n’était pourtant pas le mieux placé pour se moquer. Et je ne vois pas beaucoup de différence entre la vénération dont  «  Apo » est l’objet de la part des Apocu et celle qui anime les Tayyipci.

Depuis le prophète est devenu bien utile pour entamer un processus de paix. On ne peut certes réduire à la personnalité des 2 leaders,  l’adhésion d’une large partie des opinions turque et kurde  au processus en cours. Mais je suis convaincue que la confiance « aveugle » du tailleur d’Izmir pour « Tayyip » a largement contribué à sa  dé-diabolisation d’ Öcalan.

 

A peine rentré du Maghreb, Recep Tayyip Erdogan  accusait le mouvement Gezi park, qui  refusait de s’éteindre pendant son absence, d’être manipulé par les opposants au processus de paix. Cela l’arrangerait bien.  Mais c’est plutôt l’esprit d’ouverture (Acilim), promis en 2009 et celui qui soufflait  sur les funérailles de Hrant Dink, qui anime les occupants de la place Taksim. Et parmi les manifestants qui protestent dans tout le pays, il doit se trouver bien plus d’opposants à sa politique syrienne qu’au processus de paix avec les Kurdes (même s’ il y a ).

Le même jour Öcalan envoyait son salut à Gezi Park.  Avoir félicité le BDP d’être resté à l’écart du mouvement de révolte n’était pas très malin, il faut dire. La vénération  pour le leader kurde  volerait en éclat, s’il en arrivait à passer  pour un Tayyipci aux yeux de ses sympathisants. Un comble,  alors que le député BDP, Sirri Sürreyya Önder, est une des rares personnalités politiques à pouvoir incarner le mouvement  Gezi Park.

Dersim (Tunceli) seule province à majorité alévie du pays exceptée, les grandes municipalités BDP sont restées attentistes, soucieuses d’éviter tout dérapage du processus. Mais le signal a été entendu à Taksim – où les manifestants kurdes apocu ont pu afficher leur sympathie. Ils  sont certainement  nombreux aussi dans les cortèges d’Izmir et d’Ankara. Je suis moins sûre par contre qu’on y ait vu flotter beaucoup de bannières à l’effigie d’Öcalan, à côté des drapeaux turcs et  de l’extrême gauche.

Le mouvement Gezi Park parachève la tâche accomplie par les 2 leaders. Öcalan l’a compris.   Pourvu que Recep Tayyip Erdogan n’aille pas tout gâcher en refusant d’admettre que la fin de ce conflit sonne le glas de tout pouvoir autoritaire. S’il  fait le choix  de tenter de le  préserver en continuant d’attiser d’autres tensions ,  le  processus de paix serait en danger. Et ce n’est pas du tout certain qu’il sorte  gagnant d’un jeu aussi risqué.

Ce d’autant que d’autres acteurs, comme ces sacrés taux d’intérêts, risqueraient de ne pas apprécier. Leur « complot » pourrait s’accentuer et finir par mécontenter les « tayyipci » si reconnaissants à leur Tayyip de la nouvelle prospérité.

Pour le moment ce n’est pas terrible . Alors que Tayyip Erdogan avait lancé aux occupants de Gezi Park l’ultimatum de quitter la place pour demain, la police vient d’attaquer le parc ! Cela promet comme ambiance dimanche 16 juin  à Istanbul, où le mouvement Gezi appelle aussi à une grande manifestation sur Taksim. Guillaume Perrier annonce sur son compte Twitter que les journalistes ne sont pas autorisés à y entrer.