Selahattin Demirtas : nouveau leader de la gauche en Turquie et « super leader » des Kurdes

Demirtas nouveau leader de gauche

Comme le soulignent  des analystes turcs comme Nilüfer Göle ou Samim Akgönül , si Tayyip Erdogan  a été élu au premier tour à la présidentielle, l’autre vainqueur de cette élection est bien Selahattin Demirtas (HDP) qui  avec très peu de moyens a réussi à  convaincre 10 % des électeurs. Un bond de  50% par rapport aux suffrages que récoltait son parti le HDP/BDP  aux élections  provinciales du 30 mars dernier.

Melda Onur, députée CHP d‘Eskisehir,  vient de le qualifier de  nouveau  leader de la gauche. Et il est vrai que  celui qui se présentait comme le candidat de « tous les opprimés » pas seulement celui des Kurdes et des minorités sympathisants du BDP,  a su séduire bien au-delà de l’électorat traditionnel du parti kurde. Il a même  obtenu  14 % des suffrages dans les îles d’Istanbul  ( pour 9.2 et 220 000 voix supplémentaires dans  l’ensemble de la mégapole ) où on n’a pas l’air d’être des fervents de Recep Tayyip  Erdogan ( 28% des voix). En 2011 le BDP n’y obtenait que 5.3. Et je ne pense pas que les îles aient accueilli une importante  vague migratoire kurde depuis.

Une part des 1 million de voix supplémentaires par rapport au 30 mars (4 millions/3 millions)  est certainement  à attribuer aux  Turcs de gauche, qui pour la première fois ont voté pour un candidat  kurde HDP/BDP. Un phénomène qui ne fait que se confirmer d’ailleurs. En  2011 déjà des électeurs turcs de gauche désespérés par le CHP ou déçus par l’AKP que certains avaient rallié en 2007 (et sans doute une bonne part de la minorité chrétienne) avaient déjà choisi de voter  BDP. Dans les villes de l’ouest du pays,  les relations  entre associations kurdes  du réseau BDP et les autres acteurs de la société civile,  et surtout la candidature à Istanbul du très populaire Sirri Sürreyya Önder y avaient largement contribué (il fallait quand même qu’il y ait un Turc dans cette histoire d’amour – dirait un copain kurde qui naturellement exagère… )

Mais quelle part représentent-ils vraiment dans cette progression impressionnante, surtout en un laps de temps si court ( 5 mois) ? C’est en effet  dans les villes de l’Ouest et de la Méditerranée,  plus à gauche, certes, mais surtout  où les Kurdes sont nombreux à vivre,  qu’il vient de faire  les percées les plus significatives, comme à Istanbul, Mersin, AdanaIzmir et je n’oublie pas cette fois Gaziantep. Le parti kurde (HDP) y  est implanté de longue date, mais  avait du mal à s’imposer face aux puissants réseaux AKP.   Le  vote kurde n’y explique certainement pas à lui seul le score que Demirtas y  obtient (et qui sauf à Adana et Antep  n’y atteint pas 10%) Mais il est probable quand-même, que comme à Mus (province qui en mars dernier encore élisait un maire AKP et a voté cette fois à 62 % Demirtas),  de nombreux électeurs kurdes de l’AKP – et du  CHP pour les Kurdes alévis – y  aient choisi cette fois de  donner  leur voix à Selahattin Demirtas.

La province  de gauche Eskisehir quant à elle  n’a pas beaucoup contribué à l’émergence du nouveau leader de gauche : seuls 2.5% des électeurs y  ont voté  Demirtas  Peut-être par fidélité à son maire, que les militants du CHP avait plébiscité pour être leur candidat à la présidentielle…Mais il est probable aussi que le profil du candidat de la gauche n’y ait pas trop plu.

Hopa sur la Mer Noire, d’où était originaire le chanteur laze Kazim Koyuncu continue à résister au César de Kasimpasa. Elle a donné 4.5% de ses voix au candidat kurde. Une véritable  anomalie dans cette région où Recep Tayyip Erdogan (Rizeli de Kasimpasa) est plébiscité  : 80% des voix à Rize ou à Bayburt où seuls… 0.75% des électeurs ont voté pour ce PKK de Selahattin Demirtas.

Selahattin Demirtas, président du HDP
Selahattin Demirtas, Diyarbakir

Mais c’est surtout dans les 11  provinces kurdes déjà acquises au BDP ( pour 10 d’entre elles), qu’il a fait exploser les scores déjà très honorables que son parti y avait obtenu en mars dernier. Dans 7 provinces, il obtient plus de 60 % des voix,  confirmant que le parti kurde est le principal bénéficiaire du processus de paix. Celui-ci a contribué à une « réconciliation » entre Kurdes, qui avaient été  déchirés par des années de sale guerre. Un phénomène qui était déjà bien entamé, mais que cessez le feu et promesse de paix ont accéléré.  Une « réconciliation » déjà réalisée  à Yüksekova où cela fait belle lurette que même les villages korucu (gardiens de villages utilisés comme supplétifs par l’armée) votent massivement pour le parti kurde. Ou à Roboski ( Uludere ) où ils  n’avaient  pas attendu le massacre de 33 petits  contrebandiers par les F16 de l’armée turque pour le faire.

Zeydan rallie le BDP Hakkari 2
La famille Zeydan (clan Piyanis) rallie le BDP Hakkari 3 décembre 2013

En décembre dernier à Hakkari, la ville qui avait élu Selahattin Demirtas comme député en 2011,  c’est la famille du longtemps indéboulonnable député CHP,  DYP puis AKP Mustafa Zeydan  (décédé il y a peu), et avec elle son asiret  (clan) des Piynaşi, qui déclarait son ralliement au BDP dans une cérémonie solennelle à laquelle participaient les maires de toutes les communes de la province et assistaient des milliers de personnes.  Le nouveau « chef  » du clan y a souligné que c’est l’appel à faire la paix  lancé par Abdullah Öcalan qui a motivé cette décision. Elle avait commencé par une cérémonie funéraire (mevlit)  donnée en souvenir de 2 membres de la famille,  tués dans le PKK. L’événement  était d’une telle importance qu’il a donné lieu à 120 commentaires sur larticle des Yüksekova Haber.

Cette » réconciliation » entre Kurdes, auquel « le Parti »  a largement contribué (et bien sûr l’AKP, qui est parvenu à imposer un cessez le feu bilatéral à l’armée et à mettre  Öcalan au centre du processus de paix)  a permis au BDP de conquérir des places fortes AKP comme Mardin ou Agri. puis à Selahattin Demirtas de s’y imposer largement.

La guerre que les jihadistes font aux Kurdes d’Irak et de Syrie et à laquelle prennent part de nombreux combattants kurdes de Turquie et d’Iran ainsi que la tragédie des Chrétiens et surtout des Kurdes yézidis au Sinjar dont le sort est encore pire, vient  encore de renforcer cette fraternité. A mon avis, la possibilité de maintenir ce bon résultat lors des prochains scrutin et, surtout   de le faire progresser au-dessus de la barre des 10% (qui permettrait à l’HDP de se présenter en tant que parti et d’au moins tripler son nombre de députés) dépendra sans doute encore  davantage de la façon dont évolueront les relations entre factions kurdes en Irak et en Syrie que de la gauche turque.

Les résultats du 10 Août montrent aussi que le parti kurde ne se  limite plus à être  « un parti régionaliste », comme le qualifiait à juste titre Jean François Pérouse il y a une dizaine d’années, dans un article d’une revue dont j’ai oublié le nom.  Il devient un parti d’envergure nationale. Ou du moins de l’espace national où les Kurdes  sont implantés depuis les grandes migrations des années 80-90. Il a  fallu pour cela  qu’il sorte d’abord  de la semi clandestinité où les interdits successifs l’ont longtemps contraint  à rester  et qu’il soit  intégré dans le jeu politique national.

C »est une réforme constitutionnelle  de l’AKP, rendant plus ardue la dissolution d’un parti, qui l’a permis. Elle était surtout destinée il est vrai  à défendre le parti gouvernemental  après les menaces qu’avaient  fait peser sur lui les attaques de la Cour Constitutionnelle en 2007 . Le parti kurde en a profité. Et les grandes rafles d’élus et de cadres BDP (ainsi que de nombreux syndicalistes trop souvent oubliés) destinées à le laminer,qui ont suivi deux ans plus tard  n’ont  réussi qu’à souder davantage son électorat. « Et à  favoriser le renouvellement des cadres » ajoutait un ami kurde qui connait bien le sujet.

Le barrage de 10% qui avait été instauré pour empêcher le parti islamiste et surtout  le parti kurde d’entrer  au Parlement,  n’a jamais été supprimé par contre.  L’AKP espérait bien qu’aux élections de  2011 il constituerait aussi un barrage contre le MHP, ce qui lui aurait permis  d’obtenir les 2/3 de députés nécessaires pour élaborer une nouvelle Constitution maison. Pari raté : le parti d’extrême droite avait obtenu plus de 10% des suffrages.

Les Kurdes de leur côté  avaient renoncé  à leurs alliances improductives (pour les uns comme les autres)  avec des partis de la gauche turque et choisissaient de présenter des candidats indépendants. Il a fallu  qu’ils apprennent à s’organiser et à discipliner leur électorat (et surtout leurs candidats, qui lors de la première expérience avaient parfois eu tendance à aller à « la pêche aux voix » dans le pré carré du voisin). Mais après un semi échec en 2007, 36 députés étaient élus à l’Assemblée de 2011. Le mouvement  avait commencé à devenir celui des Kurdes,  des minorités et de la gauche turque, en présentant quelques députés issus de mouvements kurdes non  PKK, comme Şerafettin Elci ; de la gauche turque  comme Ertuğrul Kürkçü et  Sirri Surreyya Önder, ou  Erol Dora, le premier député chrétien syriaque à siéger dans une Assemblée depuis la fondation de la République turque.

Des élus en prison préventive  n’ont pas été autorisés à y  siéger, et une condamnation opportune avait donné le siège remporté haut la main par Hatip Dicle à Diyarbakir à une députée AKP. Mais la voix du mouvement kurde  pouvait commencer à se faire entendre à Ankara,  au cœur de la République .

Au moins autant qu’une ouverture à la gauche turque, c’est ce double mouvement de réconciliation entre Kurdes et d’ouverture  à  l’espace national où les Kurdes sont implantés,  qu’a sans doute su incarner et porter  Selahattin Demirtas.

S’il est sans doute  devenu le nouveau  leader de la gauche en Turquie, ce qui reste à confirmer, il est en tout cas bien  devenu le « super leader » des Kurdes (et des minorités).

J’ignore si c’était ou non le candidat favori de l’autre leader des Kurdes, Abdullah Öcalan ou  si ce choix lui a été imposé par « le Parti » (et Qandil), où beaucoup craignaient que le HDP ne devienne un parti turco kurde (c’est à dire dominé par la gauche turque). Ce qui est certain c’est que le parti kurde, au sein duquel pendant longtemps la (très) stricte discipline de parti primait  sur les individualités et où  la seule personnalité autorisée à  s’affirmer  (à rayonner plutôt) était son fondateur  Abdullah Öcalan,  devient un parti moderne. Cette évolution est  la conséquence logique de  la sortie du parti kurde de la semi clandestinité.

Est-ce que « le patron des Kurdes », comme disait une gamine de Rennes,  qui n’a pas de dauphin (et ni femme, ni neveu pour le seconder) acceptera ce partage de leadership ?  Après tout la  bi-présidence est devenue un mode de gouvernance au sein du BDP. D’ordinaire avec un(e) représentant(e) des deux sexes, mais il peut bien y avoir quelques entorses. (Possible par contre  qu’il aurait préféré  partager la tâche avec un(e) « moins kurde » que lui  ).

Selahattin Demirtas et Bekir Kaya, maire de Van
Selahattin Demirtas et Bekir Kaya, maire de Van

Et au  sein d’une  génération, qui comme Selahattin Demirtas,  était encore enfant lors du coup d’Etat de 1980 et à peine adolescent en 1984,  d’autres  personnalités fortes émergent et  s’affirment à la tête de certaines grandes municipalités, comme Bekir Kaya à Van.

 

« Au BDP, on vote pour le parti, si le parti te présentait, tu serais élue » me disait une copine de Diyarbakir avant les élections du 30 Mars. A Hakkari,  j’avais peut-être  une petite chance d’être élue (ce sera peut-être différent aux prochaines municipales). Mais à Van, j’aurais sûrement fait les beaux jours du candidat AKP.  Comme ça au moins la ville de Van est bien gérée.

Selaahttin Demirtas,  député de Hakkari
Selahttin Demirtas, député de Hakkari

Cette génération qui a commencé à militer en pleine  guerre sale ,  est souvent plus méfiante vis à vis de la gauche turque. Non sans quelque raison. C’est tout juste si  certains intellectuels de gauche turcs « pro kurdes » ne les qualifiaient pas de « vendus à l’ AKP » et de fossoyeurs de la démocratie,  il y a quelques semaines encore.

Peu  après la désignation de Demirtas comme candidat du HDP à la présidentielle, la journaliste turque « pro kurde »  Nuray Mert le qualifiait de « candidat faible », qui selon elle aurait été imposé à Öcalan par l’AKP Elle ne dit pas si Riza Turmen (député CHP d’Izmir)  était  le « candidat fort » qu’Apo  aurait préféré . Elle, c’est probable. Mais les Kurdes de Mus auraient certainement  continué à voter Erdogan.

 

 

 

 

Compétition de célébrations pour la naissance du Prophète à Diyarbakir : pro PKK versus pro Hizbullah

Diyarbakir anniversaire du prophète BDP drapeau vertCe n’est pas l’image d’un meeting d’un parti islamiste qui est affichée ici, comme les drapeaux verts de l’Islam pourraient le laisser croire. L’enfant sur le podium qui brandit l’un d’eux fait aussi le V de la victoire, signe de ralliement au parti kurde (BDP).

Mais c’est bien à une cérémonie religieuse que participaient environ  15 000 personnes, pour la plupart  sympathisantes d’Öcalan et du PKK, le samedi 19 mars à Diyarbakir. Et à une première. C’est en effet la première fois que  le BDP le parti kurde, très marqué à gauche, décidait de célébrer la naissance du Prophète. Ses sympathisants avaient été  invités à y participer.

Diyarbakir anniversaire du prophète BDP  invitation

Et donc, contrairement à ce que j’affirmais dans mon précédent billet, les drapeaux verts (et rouges) de l’Islam n’y étaient pas absents.

Diyarbakir anniversaire du prophète BDP  pancarteSur la banderole (verte !) on peut lire : » Contre l’oppression » et « du côté des opprimés »

 

Diyarbakir anniversaire du prophète BDP  drapeau kurde.et femme en noirMais pas de drapeaux noirs, bien sûr (là, j’avais raison). Le vert de l’Islam  voisinait par contre  avec des  drapeaux vert rouge jaune, les couleurs kurdes au motif du PKK. Un voisinage peu habituel. Dans la foule des femmes aussi, une femme en long  tchador (ou niqab, je ne sais pas)  noir, une tenue d’ordinaire adoptée  par des femmes sympathisantes de partis religieux et sans doute très minoritaire dans cette foule colorée.

 

Diyarbakir anniversaire du prophète BDP Ahmet Türk.2Assis dans le rang des hommes on reconnaît Ahmet Türk, le vice -président du DTK  organisateur de  l’événement. Aysel Tugluk sa vice présidente n’y participait pas. Les médias évoquaient la présence prévue de Gülten Kisanak, la nouvelle maire de Diyarbakir, mais je n’ai trouvé aucune image en  témoignant.

J’ai du mal à imaginer Gülten Kisanak-qui est alévie ! –  acceptant de rejoindre sagement les rangs des femmes, parmi ces drapeaux verts, ses cheveux couverts d’un foulard. Même si  le BDP n’a rien contre le foulard islamique, comme le prouvent  plusieurs femmes maires BDP voilées.

 

Diyarbakir anniversaire du prophète BDP Ahmet TürkPour l’anniversaire du prophète, la cause n’était bien sûr pas oubliée, comme l’a montré le discours  d’Ahmet Türk, qui a présenté une  analyse islamique du mouvement de libération kurde (ou peut-être s’agit-il de l’inverse).

Prières et chants religieux (ilahi)  en turc et en kurde étaient bien sûr au programme de la cérémonie. Mais c’est son discours qui aurait tiré des larmes aux yeux de nombreuses femmes, selon des médias kurdes, et qui lui a donné sa marque

« Notre croyance est encore plus forte « , a-t-il déclaré, sans doute en référence au parti kurde ultra religieux Huda Par (ex Hizbullah) et aux organisations djihadistes  comme Al Nusra ou ISIS/EIIL  qui s’affrontent aux combattants  kurdes YPG de Syrie. Le mouvement de libération (kurde) est un acte religieux (sünnettir). « Le prophète a  dit de ne pas se taire devant  l’injustice et l’oppression  « .

Ceci  me rappelle certains indépendantistes polynésiens, évangélistes férus de la Bible,  qui se qualifiaient d' »Hébreux du Pacifique ».. le Pharaon  étant bien entendu l’État français. D’ailleurs, Moise (Musa)  est cité aux côtés du Prophète pour appuyer l’argumentaire d’Ahmet Türk. Seuls les protagonistes changent.

Le mouvement kurde une juste résistance à l’oppression donc, mais  aussi une promesse de paix : « Le prophète Mohammed a résisté à la Mecque, a proclamé la loi à Medine et a fait la paix à Houdaibiya » a-t-il continué. Rappelant aussi par là que la paix  est aussi la voie vers laquelle le mouvement kurde s’est engagé (je présume que pour le moment, il arrive à Medine)

C’est un Islam humanisme et ouvert aux autres croyances que prône le maire de Mardin qui souligne que le message du prophète n’est pas seulement libérateur pour les Musulmans : « Nous savons  quelle valeur il (Resulullah) a donné à l’être humain. Chaque homme est libre de sa croyance, de sa langue, de sa vie » (Liberté  donc pour  les Kurdes – dont la langue a longtemps été interdite – mais aussi les Alévis et les Chrétiens de Turquie ).

Mais en organisant cette cérémonie et en  donnant ainsi à l’ancien président du parti kurde cette voix de « guide religieux », la commission des affaires religieuses du DTK se destine-t-elle à devenir une  sorte de « Diyanet » du mouvement kurde, chargée de promouvoir un « Islam de gauche »(voire davantage à terme)  ? Cela pourrait donner une coloration kurde sunnite au parti  et ne pas trop plaire aux Alévis (et aux Chrétiens), ni à tous ses sympathisants sunnites, tout aussi ouvert aux autres croyances  et respectueux des libertés individuelles cet Islam sunnite soit-il.

Dans sa déclaration  initiant le processus de paix, Öcalan (à l’origine de la création de cette commission) évoquait   » la fraternité millénaire kurdo-turque, sous la bannière de la fraternité musulmane. » Une fraternité dont les Kurdes alévis ont quelques raisons d’avoir de moins bons souvenirs.

Il faut cependant relever que ni le président du parti  Selahattin Demirtas, très populaire  près des Kurdes alévis,  ni aucun de ses députés (qui viennent de rejoindre le HDP) n’ont participé aux célébrations, organisées aussi dans quelques autres  villes, comme Van ou Yüksekova . Quant à la participation (environ 15 000 personnes), on est très loin  du raz de marée humain  qui envahit la même esplanade pour Newroz, ou même de la foule que rassemble n’importe quel grand meeting du BDP à Diyarbakir.

 

diyarbakir-kutlu-dogum-Huda Park pluie

La foule était bien plus nombreuse (entre 80 000 et 400000 participants selon les sources)  le lendemain, sur les mêmes lieux, où Huda-Par (l’ex Hizbullah, ennemi juré du PKK)  organisait sa cérémonie  pour la troisième fois consécutive…sous une pluie battante.

Diyarbakir anniversaire du prophète huda parapluies et drapeauxLes parapluies étaient de sortie

 

diyarbakir-da-kutlu-dogum-huda Par drapeauxLes drapeaux noirs aussi.

Il faut dire que la célébration  fait office de grand rassemblement annuel du mouvement  C’est en quelque sorte le Newroz du Hizbullah. Des bus ont amené des sympathisants de toute la Turquie et notamment de provinces (assez) voisines comme Gaziantep, Konya ou Adana.

Et il est probable que des sympathisants AKP de Diyarbakir qui souhaitaient juste célébrer la naissance du Prophète aient choisi de se rendre cette fois encore  à cette cérémonie, comme certains sympathisants BDP le faisaient les années passées.

 

Diyarbakir anniversaire du prophète huda par invités étrangersDes invités avaient aussi fait le voyage depuis l’Irak, l’Iran, le Liban, la Syrie, divers pays d’Afrique et surtout l’Égypte.

 

diyarbakir-da-kutlu-dogum-huda Par EgypteLa cérémonie était placée sous le signe de la solidarité avec les Frères  Musulmans victimes de la répression en Égypte.  Sur la banderole trilingue : la main de Rabaa, signe de soutien aux Frères Musulmans. « Dans nos têtes, nous sommes en prison » proclamait une autre  banderole. Et bien sûr réponse du berger à la bergère, communistes et socialistes qui se targuent d’évoquer le prophète en ont pris pour leur grade

Quelques jours avant la cérémonie, l’université Artuklu de Mardin avait  préféré annuler une conférence prévue sur l’homosexualité, qualifiée d’immorale dans la presse pro Hizbullah et par une association de la ville qui leur est proche. C’est dire à quel point leurs « avertissements » ne sont pas rassurants.

 

Diyarbakir anniversaire du prophète Huda Par femmesLes femmes n’étaient pas absentes de la cérémonie.

 

Diyarbakir anniversaire du prophète huda par.3Certaines aussi militantes que discrètes… prouvent que le langage par signes n’est pas universel.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la naissance du prophète a été célébrée cette année à Diyarbakir.

A la même date, dimanche 20 Avril, les Arméniens fêtaient Pâques dans la grande église récemment restaurée  Surp Giragos. Des œufs colorés de rouge y ont été offerts à Gülten Kisanak, .
.


 

 

 

 

 

Urfa : la colère d’Osman Baydemir, état d’urgence à Ceylanpinar

viransehir permanence AKP en flammesCe n’est pas le calme après la tempête, en Turquie. Aux fortes tensions de la campagne électorale succèdent celles des lendemains d’élection où accusations de fraude et contestations des résultats se sont multipliées. A Istanbul et surtout Ankara où le résultat est très serré entre AKP et CHP, le dépouillement s’est poursuivi pendant plusieurs jours.

Avec ces lendemains d’élection, les médias qui s’étaient focalisés pendant la campagne sur le « vote de confiance » à Tayyip Erdogan et les deux principales métropoles du pays, semblent réaliser que les enjeux sont aussi locaux dans une élection municipale. Fraude ou non, cela n’aurait sans doute pas changé grand chose au score général (44 % pour l’AKP). Par contre, cela a pu donner un petit coup main pour faire tomber certaines municipalités dans l’escarcelle AKP, là où des résultats étaient serrés.

Alors que la confiance n’était déjà pas au rendez-vous, les coupures d’électricité qui ont plongé une partie du pays dans l’obscurité lors du dépouillement n’ont évidemment pas arrangé les choses.

Taner Yildiz le chat est entré

Dès le 1er avril Taner Yildiz, le ministre de l’énergie avait déniché les coupables de ces actes de sabotage. Mais c’est à croire que son intention était de lancer la mode du poisson d’avril en Turquie, même si c’est à un autre animal que son nom risque de rester associé: il révélait en effet qu’un chat aurait pénétré par effraction dans les transformateurs, à la même heure, dans la moitié des provinces du pays. Un gang de chats drôlement bien organisé.

Les coupures ont été si nombreuses qu’il fallait bien fournir une explication et difficile d’accuser un état parallèle ou l’action malveillante d’une puissance étrangère, alors que l’AKP est le principal vainqueur de ces élections. Ceux qui ne demandent qu’à croire l’ont sans doute avalée (en évitant de trop penser à ce qu’ils avalent).

Il a encore quelques années ce sont les partis qu’on interdisait en Turquie, le parti kurde surtout. En 2008 une procédure avait même été lancée pour interdire l’AKP, sans que cela ne chagrine beaucoup l’électorat kémaliste. Depuis une réforme constitutionnelle a rendu la démarche moins aisée. Mais cette vieille habitude d’interdire les partis de « traîtres » explique sans doute qu’un ministre puisse balancer cette histoire de chat sans que son propre électorat ne s’émeuve aussi.

Qui a coupé l'électricité  30 mars 2014 Turquie Birgün

Naturellement les médias d’opposition et les réseaux sociaux, toujours aussi malveillants, se sont déchaînés. Le journal BirGün a révélé les noms des compagnies d’électricité dont les transformateurs auraient été l’objet une invasion le 30 mars au soir. La compagnie MERAM à Istanbul (où la rive européenne avait été plongée dans l’obscurité) propriété du groupe Cengiz Alarko, heureuse bénéficiaire de gros marchés publics comme celui du troisième aéroport d’Istanbul, fait partie du lot. Ahmet Cengiz, son PDG a été mis en examen dans les affaires de corruption qui ont frappé le milieu AKP depuis le 17 décembre. Il n’a peut-être pas fait exprès de laisser la porte ouverte aux chats, mais une victoire AKP à Istanbul doit arranger ses petites affaires.

A Hasankeyf, dans la province de Mardin, la bourgade a été plongée dans l’obscurité juste en fin de dépouillement, alors que le BDP devançait l’AKP de quelques voix. Après une plongée dans l’obscurité, le résultat était inversé. Un hasard, alors que la construction d’un barrage hydroélectrique doit noyer ce qui est un des plus beaux sites archéologiques du Kurdistan turc est déjà entamée.

En bleu gris les municipalités BDP
En bleu gris les municipalités BDP

Le BDP, le parti kurde, qui n’intéressait pas beaucoup pendant la campagne, est aussi le grand vainqueur de cette élection. Apparemment, c’est lui qui récolte le plus les dividendes du processus de paix. Il ne se contente pas de conforter ses positions en conservant les 8 provinces qu’il dirigeait déjà : Diyarbakir, Tunceli, Igdir, Batman, Van, Siirt Sirnak, Hakkari. Il a aussi conquis 3 provinces AKP : Mardin Bitlis et Agri, ainsi que de nombreux districts. Toutes les provinces frontalières avec l’Iran et l’Irak (et avec leurs territoires kurdes) sont désormais entre les mains du parti kurde. Et la province de Mardin est frontalière avec la Syrie (et certains districts de Rojava, les districts kurdes syriens autonomes). Heureusement, que le parti kurde n’a pas emporté Urfa !

Est-ce ce qui tracasse le gouvernement AKP ? En tout cas il n’a pas l’intention de céder Agri, où le résultat a été serré (250 voix d’écart). La commission électorale locale a autorisé 15 fois le recompte des voix, et à chaque fois le BDP en est sorti vainqueur (même si bizarrement, l’écart s’est amenuisé entre chaque recompte, à l’avantage de l’AKP). On peut peut-être croire à Rize ou Maras que c’est une bonne façon de relancer le processus de paix, mais à Agri, c’est la colère. Et ça ne devrait pas s’arranger : le scrutin vient d’être annulé. Retour aux urnes le 1 juin.En attendant bonjour l’ambiance.

agri-ohal-bolgesi-oldu

A Ahlat (Bitlis), il a suffit de recompter les voix 4 fois pour faire passer la victoire du BDP à l’AKP ! 

Pas de recompte des voix par contre quand c’est le BDP qui conteste une victoire AKP, comme à Gevas (Van),  Hasankeyf (Batman) ou Birecik et Ceylanpinar dans la province d’Urfa. Du coup les victoires ont été célébrées dans toute la région, mais la rue s’y embrase aussi.

Ceylanpinar protestations avril 2014

Et c’est à Urfa que ça barde le plus fort. Osman Baydemir, le candidat BDP n’a finalement emporté que 30 % des suffrages contre le gouverneur Celahattin Güvenç (61%) Certes, il a doublé les résultats du BDP, mais je m’attendais à ce qu’au minimum il frôle les 40 %.

De toute évidence, l’AKP a mis le paquet pour assurer son emprise sur la province. Un gouverneur-candidat, aussi peu charismatique soit-il, ne présente pas seulement l’avantage d’assurer d’être un maire fidèle serviteur de l’État. Il a aussi à sa disposition les moyens de cet État, ce qui peut être utile, entre autre quand on cherche à se faire des alliés.

A l’échelle des districts, le résultat est éloquent : le parti kurde a réussi à conquérir Halfeti et Bozova (qui était la seule municipalité AKP) et il conserve Viransehir (où les voix ont aussi été recomptées à la demande de l’AKP) ainsi que Suruç. Mais l’AKP qui ne dirigeait qu’une municipalité de district a remporté tous les autres. Les autres partis comme le SP (qui dirigeait 3 municipalités) ont été laminés. Siverek, la citadelle Bucak est tombée: le maire sortant Ali Murat Bucak (Parti Démocrate) n’obtenait  que 29 % des voix.

Şanlıurfa_districts

Et surtout le district de Ceylanpinar a dorénavant une municipalité AKP, ce qui ne peut que faire l’affaire des autorités. Le district kurdo (2/3) -arabe (1/3)  situé sur la frontière syrienne est mitoyen du district kurde syrien  de Serekaniye.

Mais Ismail Arslan, le maire sortant BDP accuse l’AKP de fraude électorale massive, (annulations et destructions de bulletins favorables au BDP, et même votes d’étrangers. C’est une rumeur qui court en Turquie que des réfugiés syriens auraient obtenu la nationalité turque afin de prêter main-forte à l’AKP. J’ignore jusqu’à quel point elle est fondée, mais ce n’est sûrement pas le rêve de la grande masse des réfugiés de devenir l’enjeu de querelles intérieures.)

Urfa Ceylanpinar AKP mendereatilla

Le BDP accuse le maire élu Menderes Atilla d’être proche de la fraction syrienne Al Nusra, affiliée à El Qaida. Le maire dément et assure que tous ses amis syriens sont des braves résistants de  l’ASL. Et  il faut dire que  le combattant syrien de la photo a une tête de méchant tellement parfaite, que cela en  devient presque suspect.

menderes atilla chanteur syrienCe chanteur syrien en visite à Urfa serait lui aussi un membre d’Al Nusra selon les médias.

Le riche homme d’affaires arabe  est un transfuge du Parti Démocrate sous l’étiquette duquel il était déjà candidat pour la municipalité en 2009 (il avait obtenu 36 % des voix, contre 44 % pour le BDP, loin devant l’AKP- 14%) Et le parti de Tansu Ciller est connu pour être celui des coups foireux  et, dans l’est du pays pour ses liens avec la contre guérilla. Son frère aîné Mehmet Atilla a été maire du district entre 1983 et 1994.

Et comme dans toutes les guerres, il y a aussi des profiteurs de guerre dans ce conflit. Même si les beaux textiles venus discrètement de Syrie ont disparu du marché d’Urfa, des activités de contrebande bien plus lucratives doivent être florissantes.

Ceylanpinar Atilla Menderes garde rapprochée

Combattants d’Al Nusra comme l’affirment certains médias ou gros bras de çete de Ceylanpinar  le nouveau maire s’y balade avec des types armés :  des korucus (protecteurs de village)  selon  des  sites kurdes.

Dès l’annonce des résultats, la colère des sympathisants du parti kurde explosait Et depuis une semaine l’état d’urgence est instauré à Ceylanpinar  où les journalistes ne sont pas les bienvenus :  le journal Evrensel fait état de plusieurs garde à vue.  Les élus du BDP non plus.

ceylanpinar Atilla Menderes sacrifice chameau

Atilla Menderes a fêté sa victoire en sacrifiant un chameau devant la mairie, ce qui n’est pas vraiment une coutume républicaine. Pas de quoi non plus instaurer  un climat plus serein, d’autant que cela barde fort juste de l’autre côté de la frontière entre combattants djihadistes  et YPG kurdes.

Urfa Birecik protestations  enfant blessé

Colère de la rue aussi à Viransehir et à Birecik. Un garçon de 15 ans y a perdu un œil, comme d’habitude à cause d’une grenade lacrymogène lancée malencontreusement à tir tendu.

Viransehir permanence AKP détruite avril 2014

Les permanences AKP sont particulièrement visées. Celle de Viransehir a été 2 fois la proie des flammes.

Baydemir colère Urfa image Urfa Haber

Osman Baydemir est resté discret (au moins médiatiquement) pendant plusieurs jours. Mais quand l’avocat s’est remis à parler, c’est un véritable réquisitoire qu’il a prononcé pour dénoncer la fraude, massive selon lui, à Urfa et «les pires élections de toute l’histoire de la République. « Et de toute la Turquie, c’est à Urfa qu’elles ont été les pires (karanlik = obscures) a-t-il ajouté. «Le soir des élections, la province a été plongée dans l’obscurité pendant 5 heures. Et ceux qui ont coupé l’électricité ne sont pas des chats à quatre pattes, mais des animaux à deux pattes ! ». « Les sacs de scrutin ont été ouverts dans tous les bureaux de vote. Au moins 60 % des urnes sont arrivées descellées. Pas un seul bureau de vote n’a été épargné par la fraude. » « C’est la police qui a transporté une grande partie des sacs électoraux. A Urfa, de A jusqu’à Z, l’État avec sa puissance a été au service d’un seul camp ».

Virahsehir bulletins électoraux BDP brûlésUrfa bulletin de vote trafiqué

Ces bulletins électoraux en faveur du BDP ont-ils été brûlés à Viransehir ou à Ceylanpinar? Certitude : cela s’est passé dans la province d’Urfa.

« On veut faire d’Urfa l’arrière cour de la Syrie, mais la guerre en Syrie n’est pas notre guerre. » a poursuivi Baydemir. Et alors que le BDP s’était bien gardé d’utiliser comme arme électorale l’armada de vidéos compromettantes pour le pouvoir balancées sur You Tube, il rebondit sur la dernière vidéo mise en ligne pour avertir : « Si un missile tombe sur les terres de cette province, ce n’est pas le régime syrien qu’il faudra accuser, mais le ministre Faruk Celik (député d’Urfa) et le Secrétaire du MIT (services secrets turcs) », c’est à dire Hakan Fidan, qui est aussi le principal artisan du processus de paix.

On saura dans les semaines à venir ce qu’il va advenir de ce processus de paix. Ce qui est certain c’est que la question kurde va être à nouveau au cœur de l’actualité de Turquie. Les Kurdes exigent que des négociations officielles soient instaurées, (voir les propos de Pervin Buldan sur IMC le 4 avril dernier) La sulfureuse question syrienne aussi. Mais elles sont liées, comme le montre la situation à Ceylanpinar.

En attendant le BDP a déposé un recours en annulation du scrutin de Ceylanpinar et de Birecik (ainsi que d’Hasankeyf). Réponse attendue de la haute commission électorale ( YSK ) le 10 avril.

Outre le scrutin d’Agri  la commission  a annulé celui de Güroymak (Bitlis ) remporté par le BDP et de Yalova (6 voix d’avance pour le CHP) sur la mer de Marmara, toujours à la demande de l’AKP. Par contre elle vient de rejeter définitivement le recours déposé par le CHP pour Ankara. Si elle accède aux demandes du BDP, ce sera une surprise et une grande première en Turquie.

Le 10 :  la demande d’annulation du scrutin de Ceylanpinar est rejetée.

 

 

Osman Baydemir, le maire de Diyarbakir à la conquête d’Urfa

osman  baydemir candidat urfa 2014

Il y a quelques mois, lorsque j’avais annoncé à des copains kurdes de France qu’Osman Baydemir ne serait pas candidat à la mairie de Diyarbakir, ils avaient cru que je fabulais. Comment le très populaire maire de la plus grande municipalité kurde pourrait-il être ainsi écarté ? Inimaginable. Mais comme Selahattin Demirtas, le vice président du parti kurde venait de déclarer que le parti présenterait une candidate à Diyarbakir, il m’avait semblé assez évident que ce ne serait pas Osman Baydemir.

Effectivement, c’est Gülten Kisanak la candidate BDP à la mairie de Diyarbakir, le centre du mouvement kurde. Le BDP/HDP est le parti qui a déjà le plus d’élues et il joue à fond la carte de la parité, ce qui change des autres partis, toujours aussi machos. Une femme (originaire je crois de Bingöl) est aussi candidate à la municipalité d’Hakkari, où elle est déjà quasi assurée d’être élue, même si personne ne l’y connaît.

Le parti n’aime pas les notables, et le turn over est presque systématique à la tête des municipalités kurdes. Cela étant, il sait aussi se montrer pragmatique. Ainsi, Bekir Kaya, le maire de Van (qui a passé une partie de son mandat en prison, il est vrai ) est candidat à sa propre succession, comme cela avait le cas pour Osman Baydemir aux municipales de 2009. Difficile alors d’écarter un maire aussi adulé par le peuple.et qui avait réussi à séduire même des membres du parti pourtant opposés à l’origine à sa candidature : « J’étais en faveur d’un candidat plus politique. Mais je dois dire que c’est un bon maire », me disait l’un d’eux en 2009. La candidature de Gülten Kisanak doit sans doute lui convenir d’emblée.

J’avais provoqué l’enthousiasme de jeunes apocu, qui me déclaraient ne pas reconnaître Erdogan comme leur « basbakan » – le nôtre c’est Apo – en leur proposant « Et Osman Baydemir, comme chef de gouvernement ? » – « Ne kadar güzel ! » (comme ce serait bien!). Ils m’avaient révélé certains secrets de cette popularité : «Il sait parler au peuple. Et il n’hésite pas à se déplacer dans les quartiers pour  expliquer ce qui va changer, quand de nouveaux équipements sont programmés ».

Mais alors qu’il reste très populaire dans la diaspora, à Diyarbakir par contre son éclat a un peu pâli. Usure du pouvoir, en cette fin de second mandat, ou rumeurs sciemment distillées, difficile de savoir. Mais son départ n’a pas été une surprise. Et certains pensent que le parti a fait d’une pierre deux coups en l’envoyant briguer la mairie d’Urfa.

En effet, c’est la province frontalière d’Urfa que Baydemir doit cette fois conquérir. Et là, il ne suffit pas d’avoir été désigné par le parti pour l’emporter. Dans cette province multiculturelle à la population majoritairement kurde, mais aussi arabe et turque, le mouvement kurde est loin d’être aussi puissant que de la province voisine de Diyarbakir. Le poids des clans (asiret), et sans doute plus encore des confréries religieuses (tarikat) y est fort et le parti d’Erdogan, qui a obtenu 65 % des suffrages (17 % pour le BDP) aux législatives de 2011, avait présenté plusieurs cheikh sur sa liste.Mais Baydemir est sans doute la seule personnalité BDP à pouvoir réussir cette prouesse.

Son premier atout est d’abord sa gestion de la municipalité de Diyarbakir, bien meilleure que celle de ses prédécesseurs. Et au moins la province est épargnée du mauvais goût AKP, comme ce projet de parc d’attraction au doux nom d’Urfaland à Bozova (on se croirait au Kurdistan irakien!). Baydemir pour sa part a déclaré qu’Halfeti était à Urfa ce que Bodrum est à Mugla, et promet d’y développer le tourisme..sans promettre d’en faire un Halfetiland (ou un Apoland)

Urfaland Bozova çatak  AKP

Sa réputation d’élu proche du peuple, lui permet aussi de surfer sur l’image d’élus AKP corrompus. Pour sa première visite électorale, il s’est rendu à Balikligöl en utilisant..les transports en commun ! (ce qui lui aura permis au moins de vérifier que les municipalités AKP sont bien récompensées : les minibus de la ville sont flambants neufs. Et de faire la UNE dans les médias).

Baydemir emprunte l'autobus municipal Urfa

Baydemir, que l’on sait pratiquant, doit bien avoir des soutiens au sein des réseaux religieux.En tout cas il les a courtisés pendant sa campagne (des prières accompagnent alors les remerciements sur son compte Twitter)

Osman Baydemir rencontre les croyants Urfa

Surtout il dispose d’atouts qui avaient aussi permis à Esat Canan d’apporter son troisième député BDP à la province d’Hakkari, en ralliant au BDP des villages de clans korucus (protecteurs de village), en juin 2011. En effet, il ne bénéficie pas seulement de la confiance d’Öcalan, il entretient aussi d’excellentes relations avec Barzani, le président du Kurdistan irakien. Or, même dans les villages korucus on se sent souvent plus d’affinités avec l’héritier de Mustafa Barzani qu’avec l’Etat kémaliste. Et les cas de villages korucus ralliés au BDP se sont multipliés ces dernières années. Les jeunes villageois massacrés par les bombes de F16 en décembre 2011 venaient aussi de villages korucus.

Ainsi c’est de Siverek, que le candidat BDP a lancé sa campagne, avec une cérémonie réconciliant deux grandes familles du clan Izol, déchirées depuis la lutte fratricide entre villages pro et anti PKK (là aussi il y a eu des prières).

bdp-ve-izol-asireti-yemekte-bulustu

Certains affirment que  cette fois c’est le clan Bucak (divisé lui aussi) dans son entier qui aurait rallié le BDP…Une information non confirmée, mais les Urfa Haber  font régulièrement état de ralliement au BDP de clans kurdes, comme l’asiret Ciriç, de muhtars de village ou de membres de l’AKP, 

 Mais dans le reste de la province la population n’est pas uniquement  kurde. C’est donc un Kurdistan multiculturel où toutes les cultures auront leur place que prône le candidat BDP, qui s’est exprimé en arabe lors de meetings. Ainsi dans ses tenues, il a soigneusement évité les signes extérieurs trop évidents de kurdicité : quand il le porte, son pusi (étoffe à motifs kurdes) reste discret. Il lui préfère la cravate, ou comme le fait Erdogan, l’écharpe de l’équipe de football locale, verte et jaune, les couleurs du BDP (un coup de chance ou du destin). Sur la camionnette de propagande, son portrait apparaît à côté de celui de Leyla Akça sa colistière qui porte le sage  foulard islamique (sur l’image pendant la campagne à Suruç) Et on le voit souvent porter la main à  son cœur, la pose électorale d’Erdogan. ..A Urfa « Basbakan, c’est moi »…

Baydemir Haci Ahmet Kaya ziyaret

Osman Baydemir et sa colistière Suruç

 En tout cas celui-ci lui a peut-être fourni un bon coup de main en désignant ..le vali (préfet) de la ville, un terne technocrate turc originaire de Maras, comme candidat AKP. « Erdogan sait ce qui est bien pour Urfa », me disait aussi un de ses admirateurs. Mais on sentait que le candidat n’excitait pas son enthousiasme. Il votera pour Recep Tayyip Erdogan, comme le répète la chanson de propagande des camionnettes électorales AKP, sur laquelle l’image du candidat apparaît en second plan, dans l’ombre du leader, bien davantage que pour le vali. A Urfa, c’est encore plus vrai que dans le reste du pays, où le scrutin municipal a pris la forme d’un référendum pour ou contre Tayyip Erdogan.

Celalettin Güvenç AKP meeting Erdogan  Urfa.Là, le vali a le droit d’être sur la photo.

Mais le vrai candidat c’est lui, avec le soutien des deux chanteurs les plus célèbres de la région : Siwan Perver et Ibo.  Urfa élection Erdogan Siwan Perver Ibo

Fakibaba, l’actuel maire d’Urfa, espérait bien pouvoir briguer un troisième mandat pourtant. Il a été écarté. Il faut dire qu’après un premier mandat sous l’étiquette AKP, il avait eu le culot de se présenter en indépendant aux élections de 2009 et de battre à plate couture le candidat AKP. Après un passage par le Saadet Parti (religieux) il avait fini par revenir à l’AKP (c’est sans doute plus confortable, si on veut continuer à être une municipalité choyée par l’État), mais cela n’a pas suffit pour obtenir l’ investiture.

« Ben Siverkli, yani Urfaliyim »(je suis de Siverek, je suis d’Urfa) bref, moi je suis d’ici, a été le premier slogan de campagne du candidat Baydemir par opposition  à l' »étranger » de Maras, on ne peut plus candidat de l’état (un préfet!). Et une de ses premières visites a été pour le jovial quoique amer Fakibaba et qu’on reconnaît au premier coup d’œil comme originaire d’Urfa.

baydemir et Fakibaba photo Urfa Haber

Celalettin Güvenç, le candidat préfet, a bien fait quelques efforts pour paraître Siverekli lui aussi – quoiqu’en l’occurrence serait plutôt arabe de Harran – mais je ne sais pas s’ils l’ont trouvé convaincant à Urfa.

Celalettin Günes meeting en ampagne Urfa

Emre Uslu est allé jusqu’à affirmer dans Todays Zaman qu’Erdogan avait choisi son candidat dans le but d’offrir Urfa au BDP, province qu’il qualifie d’« acquise à l’AKP », faisant semblant d’oublier la victoire de Fakibaba devant le candidat AKP en 2009 ou que l’AKP n’est à la tête que d’une des autres municipalité (ilçe) de la province (Bozova). Le BDP et le SP (religieux) en administrent chacun 3, Harran est MHP (extrême droite), Halfeti, la terre natale d’Öcalan,  CHP et à Siverek c’est comme d’habitude un Bucak le maire, toujours sous l’étiquette DP, le parti de Tansu Ciller. Difficile de parler de province « acquise », malgré l’excellent score des dernières législatives.

Surtout on peut sérieusement douter que le chef du gouvernement soit prêt à abandonner une province aussi stratégique au BDP, même avec Baydemir à sa tête. La province possède une frontière de plusieurs centaines de kilomètres avec la Syrie. Elle est proche d’Alep et frontalière avec la région de Kobani et de Serekaniye des cantons de Rojava (Kurdistan syrien) qui viennent de déclarer leur autonomie sous la houlette du PYD (une branche du PKK) et région harcelée par ISIS, une faction pro Al Qaida, que la Turquie a longtemps été accusée de favoriser (ce ne serait plus le cas ces derniers mois). Et la province voisine de Mardin, qui présente la même caractéristique est quasi assurée de passer au BDP. Est-ce vraiment le rêve de l’AKP de voir se constituer un Kurdistan turc frontalier avec le Kurdistan syrien (Rojava), dirigés par 2 branches du PKK  ?

villes kurdes syrie

A ceux qui ne l’avait pas encore remarqué, la petite dernière d’une série de vidéos, digne celle-ci d’un scénario de la fameuse dizi (série) Kurtlar Valisi, et si scandaleuse que la Turquie a bloqué l’accès à You Tube, a montré l’importance du conflit syrien (et des nouveaux rapports de force dans toute la région) dans le turmoil intérieur turc.

Comme à Hatay, Gaziantep ou Mardin c’était impossible de l’ignorer à Urfa. On estime 200 000 le nombre de réfugiés syriens dans la province de 1,4 millions d’habitants, ce qui n’est pas sans bouleverser son équilibre socio-économique. Les réfugiés qui « acceptent d’être payés pour une bouchée de pain » font concurrence à la main d’œuvre locale (travail agricole saisonnier, hôtellerie, déjà peu payés). Les habitants d’Urfa se plaignent aussi des prix des loyers qui ont explosé. Autre conséquence, alors que comme partout ailleurs dans la région elle régressait, la polygamie est en recrudescence. Donner parfois de très jeunes filles en mariage comme kuma, peut malheureusement parfois être un comportement de survie pour les réfugiés (pas seulement en Turquie). Parallèlement les divorces ont explosé dans cette province (900 en 2013) où ils étaient exceptionnels.

L’équilibre ethnique de la province en est aussi vraisemblablement modifié. En tout cas, selon une enquête, les ¾ des 10 000 réfugiés recensés dans la ville seraient de langue arabe, contre ¼ de langue kurde. Heureusement, la question des réfugiés n’est pas devenue un enjeu électoral,mais on sait à Urfa que si le conflit s’envenime encore, le flux continuera.

Surtout, on y connaît les risques qu’il n’y déborde de la frontière : régulièrement des villageois frontaliers sont les victimes collatérales des heurts entre factions ennemies. La politique syrienne d’Erdogan risque de lui coûter cher dans la région. C’est peut-être ce qui explique le (relativement) peu d’affluence lors de son meeting, que ses supporters désertaient en masse pendant son discours, bannières repliées (au point que j’ai même cru qu’il avait préféré ne pas venir et faisait une vidéo conférence !), peut-être car ils connaissaient déjà par coeur son discours sur « les ennemis de la nation ».  On était bien loin des masses du  photomontage diffusés par les médias pro gouvernementaux.  Apparemment, l’affluence était bien supérieure pour Newroz. Mais  l’importance des foules aux fêtes ou meetings n’est pas un indicateur fiable de vote.

Une image du Newroz  de Bozova

newroz Borzova UrfaEt le scénario d’intervention envisagée de l’armée turque en Syrie, révélé par la vidéo du 28 mars ( pas authentifiée, mais les autorités parlent d’acte d’espionnage,) ça a du réjouir à Urfa ! Les 8 missiles balancés de Syrie par des agents des services secrets turcs dont il est question, c’est dans leurs champs qu’ils devraient tomber.

Les talents de diplomate de Baydemir lui ont permis par contre en décembre dernier d’avoir été le médiateur, avec Leyla Zana, d’un accord, certes à minima et temporairement sans lendemain ( les Kurdes étaient les grands absents de Genève II) entre le PYD syrien et le courant proche du PDK de Barzani. Une prouesse, tant les relations sont tendues entre les frères kurdes ennemis. Ce qui pourrait changer. En effet face aux assauts d’ISIS, le PYD vient de demander le soutien du PDK, que jusqu’alors il refusait d’accepter. Quand il se présente comme le parti de la paix (baris), ce n’est pas seulement du processus de paix (sureç) à quoi Baydemir fait allusion. La pacification entre mouvements kurdes c’est primordial pour l’avenir des territoires kurdes.

Bref, la grande municipalité (Büyüksehir) d’Urfa pourrait bien constituer une des grandes surprises des élections. Enfin, une surprise essentiellement pour l’extérieur de la région. La victoire du BDP ne me surprendrait pas. Elle pourrait s’ajouter à celles d’autres municipalités AKP que le BDP peut conquérir comme Mardin (Ahmet Türk s’y présente en indépendant, affilié BDP) , Bitlis,  ou Agri. Ce qui est déjà certain c’est que la campagne de Baydemir va y faire exploser le score du BDP (17, % au dernier scrutin) et s’il reste insuffisant pour conquérir la mairie, il aura déjà pris ses marques pour les prochaines législatives. Mais on n’en est pas là…Réponse le soir du 30 mars.

En attendant quelques images d’une campagne électorale intense :

Passage obligatoire à Balikligöl..quand on y nourrit les poissons, on prononce aussi un vœu.

Baydemir Urfa Balikli göl

Nombreuses visites aux commerçants du centre ville, qu’il faut convaincre que c’est la paix que sa victoire promet, pas les fermetures de commerces en signe de protestation (assez fréquentes dans les villes BDP). Et pour la mise en valeur du patrimoine historique même non islamique,  on peut faire confiance au maire de Diyarbakir.

Osman Baydemir Urfa vieux marché

Ici à des commerçants arabes du çarsi apparemment.

Baydemir Urfa commerçants arabes

Le candidat du peuple partage le repas du peuple (ici ouvriers du BTP)

Osman Baydemir ouvriers sofrasi Urfa…et n’hésite pas à mettre la main à la pâte, lui aussi : brochettes de foie (cigeri kebab), délicieuses servies avec des branches de persil et menthe fraîche comme à Urfa.

Osman Baydemir sis cigerin  Urfa

Le candidat AKP  son truc c’est le döner. Mais il faut reconnaître qu’il est quand-même moins doué dans le cabotinage. (à mon avis seul un Erdogan des premiers temps aurait été capable de  rivaliser avec Baydemir ).

Celattin Günes candidat AKP Urfa

Là, il en fait peut-être un peu trop. Mais cela va peut-être rallier à lui les soudeurs de la province. (ils sont nombreux sur les chantiers d’Istanbul et le BDP met des bus gracieusement à la disposition de ceux qui veulent rentrer pour voter).

Osman Baydemir Urfa soudeur

Dans la robe chipée à monsieur le président du barreau, l’avocat Baydemir est plus convaincant.

Osman Baydemir Urfa barosu.

Image de meeting à Halfeti …

Osman Baydemir Urfa Halfeti

…Le Bodrum d’Urfa (moi je préfère Halfeti).

Halfeti Bodrum d'Urfa Baydemir

Le 30 : journée électorale à Urfa

Les bagarres lors des scrutins sont coutumières à Urfa où la gâchette peut être facile. Mais cette année cela y va fort. On comprend que la vente d’alcool  soit interdite les jours de scrutin et  que celui-ci se termine tôt (16h dans l’Est).

A Hilvan 6 morts et 14 blessés pour une querelle de muhtars (chefs de village ou de mahalle – quartier.). Les 2 candidats muhtars ont été tués. De vieilles querelles entre familles probablement.

3 blessés à Karaköprü (agglomération d’Urfa)

4 blessés à Siverek  (heurts entre korucus et sympathisants BDP)

9 blessés à Birecik

Violences entre sympathisants AKP /BDP et SP à Eyyubiye (pendant le dépouillement)

Des victimes aussi à Hatay, Erzurum, Batman ou Igdir encore pour des histoires de muhtar.

Plus tôt dans la journée (10.30) Osman Baydemir votait à Urfa (dans les locaux du lycée Anadolu)

osman Baydemir bureau de vote Urfa

Résultats:

Aux premières estimations (40% de bulletins dépouillés), l’AKP est largement en tête à Urfa.(grande municipalité)

Le BDP en tête  dans  plusieurs municipalités (ilçe)Bozova, Birecik, Halfeti, Viransehir et  Suruç,

Ailleurs dans la région :

Hakkari : Dilek Hatipoglu (BDP) en tête sans surprise.

BDP en tête aussi à : BitlisMardin (Ahmet Türk, indépendant) Van, Diyarbakir, Siirt, Sirnak, Cizre, Batman, Tunceli, Agri, Igdir

AKP en tête à:  Adiyaman, Mus, Bingol .

Mais les estimations sont contradictoires selon les agences. C’est la guerre des chiffres.

Coupures d’électricités à Urfa comme dans beaucoup d’autres provinces de Turquie pendant le dépouillement !

 

Fethiye : la charmante station balnéaire et ses jolis loups lyncheurs de Kurdes

Fethiye ölüdeniz

Pour le touriste turc ou étranger,la petite ville de Fethiye sur la mer Egée évoque vacances ensoleillées, baignade dans les eaux turquoises d’ Ölüdeniz, superbes tombeaux lyciens et accueil alla turca, c’est à dire chaleureux.

Fethiye lyncheurs extrême droite

Mais ça c’est pour la belle image. Chaleureux,  l’accueil ne l’est pas pour tous. Une partie de ses  habitants qui pourtant sont presque tous aussi venus d’ailleurs, n’apprécient pas que certains de leurs  compatriotes de l’est du pays aient choisi eux aussi de s’y installer pour y gagner leur vie. La municipalité y est MHP, c’est à dire d’extrême droite.

Et c’est ainsi qu’une bande qui a fini par atteindre le millier de lyncheurs bénéficiant du  soutien actif de la municipalité a décidé d’empêcher le HDP (parti démocratique du peuple) d’ouvrir une permanence électorale en vue des élections municipales du 30 mars prochain. Le HDP, c’est le BDP – le parti kurde- ayant fait une alliance avec un groupe de partis de gauche turcs, destinée notamment à attirer une partie de l’électorat  alévi.  Il représente donc tous ceux que l’extrême droite turque  exècre (les trois K de Kurde, Kizilbas – alévi, Kommunist). Sirri Süreyya Önder, l’icône du parti, est aussi un actif artisan du processus de paix entamé avec le PKK et un des   interlocuteurs privilégiés d’Ocalan, le leader du PKK emprisonné, synonyme pour eux du mal absolu. Il n’était pas question que ce parti de « traîtres » ouvre une permanence en terre  « vraie turque »!

Dimanche 9 mars, plusieurs centaines de braves jeunes gens survoltés, si assurés de leur bon droit qu’ils se filmaient à visage découvert avec leurs téléphones portables,  s’étaient donc rassemblés pour l’empêcher à tout prix. Un rassemblement qui n’aurait  rien eu  de spontanée. Selon des responsables du HDP cela faisait plus d’une semaine que des appels au lynchage  étaient lancés via les réseaux sociaux.  Et comme on le voit sur la vidéo, les forces de police, plutôt  promptes à réagir ces derniers temps pourtant, se sont contentés d’assister au caillassage et à la tentative d’assaut de la permanence HDP par d’intrépides lyncheurs qui avaient réussi sans trop difficultés à franchir le barrage anti émeute.

Il est possible que la police  ait été débordée (alors que les autorités devaient quand même s’y attendre)  ou que le seul TOMA de la petite ville était en panne, mais aucun jet de flotte n’est venu doucher leur intrépidité. Dernièrement à Ankara,  des étudiants d’un cours privé (dershane) qui se contentaient de regarder une manifestation d’une fenêtre  avaient eu le droit à une bonne douche glacée.

 

C’est le maire qui s’en est chargé, selon un article de Today’s Zaman d’habitude moins complaisant avec l’extrême droite. En effet selon le quotidien ce serait pour les calmer et non pour les satisfaire qu’il a accédé à leur irrésistible désir de faire disparaître le trouble à l’ordre public et l’insulte à leur grande sensibilité que représente le panneau du HDP . Pour cela il a utilisé les grands moyens et fait venir les pompiers avec leur échelle. Le panneau  a été détaché par un policier, aidé apparemment de pompiers (pas évident sur la vidéo de distinguer les uniformes) et remplacé par un  drapeau turc sous les hurlements rageurs de la horde, qui saluait cette héroïque action en entamant l’hymne national turc. La république de Fethiye était sauvée !

Évidemment, cela n’a rien calmé du tout. Avertis de cette grande victoire des centaines de sympathisants ont afflué de la ville ou des districts voisins et n’ayant plus de panneau honni à décrocher ni de vitres de permanence à fracasser  s’en sont pris aux commerces appartenant à des Kurdes. Plusieurs dizaines de familles kurdes  auraient choisi de fuir  la ville pendant la nuit. Les affrontements entre assaillants et  les forces de police, venues en renfort des districts voisins, ont duré une partie de la nuit. Le lendemain, 28 personnes étaient arrêtées. (trop tôt pour savoir  combien seront incarcérées et combien seront libérés les jours suivant comme l’avaient été tous les lyncheurs d’une famille kurde alévie à Malatya )

Mais lundi  c’est à Terkidag qu’un camion électoral du HDP était alors  à son tour caillassé.

Les campagnes du parti pro kurde ne sont jamais faciles dans l’ouest du pays, les sympathisants de l’extrême droite n’arrivant pas  à avaler qu’un parti représentant la branche légale du PKK puisse être autorisé  et le faisant savoir.  Mais en cette période particulièrement tourmentée de lutte acharnée au sein de l’état entre la cemaat (communauté)  Gülen et l’AKP de Recep Tayyip Erdogan , c’est pire que jamais. Le  HDP déplore une vingtaine d’agressions depuis le début de la campagne électorale. Les faits les plus violents ont eu pour théâtre  Urla (où plusieurs militants ont été blessés mais où personne n’avait ensuite été interpellé) une autre station balnéaire de la mer Egée, près d’Izmir à Ordu sur la Mer Noire  et à Aksaray.  Mais dans la charmante Fethiye, un degré supplémentaire a été franchi : cette fois ce n’est plus seulement à un parti que ces charmantes personnes s’en sont prises, ce sont leurs concitoyens kurdes qu’ils ont décidé de chasser de ce qu’ils considèrent « être leur terre ».

Mais « Fetiye n’est pas la propriété de vos pères ! » leur a lancé Sebahattin Demirtas, le (vice) président du BDP, qui demande à son électorat de résister à  ces provocations et de ne pas y tomber.

fethiye_lycheurs

Parmi cette horde haineuse le journal Hürriyet a repéré un supporter du club de football Fenerbahçe, qui portait un tee-shirt de son club sur lequel était inscrit le nom de Ali Ismail Korkmaz, un jeune manifestant alévi mort après avoir été roué de coups par des policiers aidés d’amoureux de l’ordre  de son genre, lors des émeutes de Gezi. Il était lui aussi sympathisant du club qui  en a fait depuis une  icône et un symbole des tracasseries  judiciaires dont le club estime à juste titre ou non être victime.

« C’est ça l’hommage  à Gezi ? » interroge le quotidien. Mais il est très probable qu’ils aient aussi participé à Gezi, tous ces gens là. Même s’il n’y a pas du avoir beaucoup de victimes dans les rangs de cette composante de Gezi.

Aujourd’hui c’est Berkin Elvan un garçon de 15 ans qui vient de mourir des suites de blessures infligées par une bonbonne de gaz lacrymogène qui l’avait visé à la tête lors des émeutes de Gezi, dans le quartier d’Okmeydan à Istanbul (il est  probable que lui aussi était alévi, comme les autres tués.). La police cette fois n’a pas hésité à asperger de gaz lacrymogènes la foule, il est vrai certainement moins vindicative,  qui s’était rassemblée devant l’hôpital où il est décédé ce matin.

Tout cela n’augure rien de bon, d’autant que la  classe politique tarde bien à réagir. Pour le moment seul le CHP par la voix de son député kurde Sezgin Tanrikulu a dénoncé les agressions  dont est l’objet le parti « kurdo -turc ». Devlet Bahçeli le leader du MHP qui avait fait preuve de sagesse politique pourtant en évitant de mettre de l’huile sur le feu quand un militant de son parti avait été tué lors de l’ouverture d’une permanence MHP à Istanbul le mois dernier (assassinat resté mystérieux) est peut-être débordé sur son extrême droite. Quant à l’AKP, il doit être soucieux de ne pas déplaire à un électorat  tenté par un vote  protestataire  vers l’extrême droite, après les accusations de vaste corruption dont il est l’objet.

Le MHP risque bien en effet d’être le principal bénéficiaire de toutes ces turbulences lors des prochains scrutins.  De la même façon qu’après le mouvement « Occupy Wallstreet » c’est l’ultra réactionnaire  Tea party qui a émergé aux USA, il est à craindre qu’en Turquie on assiste à une flambée  réactionnaire, très éloignée  elle aussi de l’esprit qui animait le cœur du mouvement Gezi à Taksim. En attendant un sursaut démocratique et la naissance enfin d’un véritable parti de gauche démocrate, qui reste toujours envisageable, même si pour l’avenir proche la plupart des observateurs sont très inquiets. Tous ces événements ont un fâcheux relent des années 90.

Mais cela m’étonnerait que  la toute récente  remise en liberté de prévenus parmi lesquelles celles de charmantes personnes comme  les assassins et tortionnaires de 3 missionnaires chrétiens pris pourtant sur les faits à Malatya (dénoncée comme un scandale par le président Gül -ouf !) , du principal accusé dans l’assassinat du journaliste arménien Hrant Dink, de l’assassin d’un juge du conseil constitutionnel pris lui aussi sur le fait  ou de l’ultra nationaliste avocat  Kerinçsiz qui s’était fait une spécialité de traîner devant les tribunaux tous ceux dont il estimait l’idéologie déviante, contribue à apaiser les tensions….même si les juges qui les ont remis en liberté assurent qu’ils porteront un bracelet électronique.

En effet, au moment où j’écris ces lignes les médias turcs annoncent que des coups de feu ont été tirés au tribunal de Caglayan à Istanbul . 4 personnes ont été blessées. Un joli printemps s’annonce pour les provocateurs de tous crins que les procès Ergenekon quelque soit leurs manquements graves avaient mis en sourdine.

 

 

Jeu dangereux à Lice – Diyarbakir : parti de Dieu (Hüda-par) versus nationalistes Kurdes.

licede-huda-par-ve-bdp-arasinda-secim-gerginligi-16-yarali_

Les périodes de campagne électorale sont rarement exemptes de violences dans la région kurde. Dans la province de Hakkari notamment, les permanences de L’AKP sont régulièrement dynamitées (heureusement de nuit, quand les bâtiments sont vides). Il est probable qu’en cette période de cessez le feu sous fond de processus de paix elles soient davantage épargnées. Le parti gouvernemental devrait de son côté soigneusement éviter de contrarier l’électorat apocu.

 

C’est une période aussi où les esprits s’échauffent vite. Dernièrement à Van une visite électorale aux commerçants du centre-ville du candidat AKP a dégénéré : dans la Sanat sokak, (une rue où se trouvent de nombreuses terrasses de café) son comité a été hué et caillassé par des sympathisants BDP et a du se réfugier dans la permanence du parti toute proche. Cette violente altercation n’a pas fait de victime, mais aurait pu salement se terminer lorsque des coups de feu ont éclaté. Tirés en l’air par la police selon certains médias, par un « tireur non identifié »selon d’autres. Cela m’étonnerait qu’à Van on n’ait pas une petite idée de leur provenance. Cette rue est très fréquentée.

 vidéo ICI

Il faut dire qu’Osman Nuri Gülaçar le candidat AKP de Van est très controversé. Des sympathisants BDP m’en ont parlé comme un ancien du Hizbullah, une organisation islamiste sunnite honnie des sympathisants du PKK, dont la branche armée est responsable de centaines d’assassinats dans les milieux pro kurdes ( et pas seulement parmi eux) dans les années 90. Ce qui est certain c’est qu’en 1999 il a été arrêté lors d’une rafle contre une cellule d’Al Qaida et a passé plusieurs mois en prison avant d’être acquitté.  De plus des drapeaux du Hizbullah, qui vient de refaire son apparition sur la scène politique en fondant le parti Hüda-par,« parti de dieu » en kurde, ont été brandis lors de meetings AKP à Van.

akp miting Van hizbullah

J’ignore quelle cuisine locale (voire transnationale dans cette province frontalière avec l’Iran)  a conduit au choix d’un tel candidat AKP dans une province qui n’a jamais été une place forte du Hizbullah, à la différence de Batman, Bingöl ou Diyarbakir, d’autant qu’il se présente contre le maire sortant BDP qui ne manque pas de popularité. « L’AKP l’a fait emprisonné, car il ne supportait pas un maire BDP compétent à Van » en avait déduit un de ses sympathisants quand il avait été victime d’une des rafles contre le KCK. Et cela m’étonnerait que les logements TOKI construits en hâte pour les sinistrés du tremblement de terre fassent la différence.

osman_nuri_gulacar_kimdir_van

Si son profil a de quoi attiser les tensions, rien de plus normal cependant qu’un candidat AKP fasse la tournée des commerçants du centre ville de Van où le parti d’Erdogan a des sympathisants : « Tayyip çok iyi » me déclarait l’un d’eux, nullement affecté apparemment par les révélations de corruption à grande échelle qui venaient de frapper le gouvernement AKP. Il faut dire qu’à Van, les petits trafics avec l’Iran font partie de l’économie locale.

 On peut s’interroger par contre sur ce qui a conduit le candidat d’Hüda-par à faire campagne près des commerçants de Lice, le 29 janvier dernier. Le« Hizbullah nouveau » (qui déclare avoir renoncé à toute forme de violence) n’a pas ouvert de permanence dans ce district de Diyarbakir, cœur du mouvement kurde : c’est là que s’est développé à la fin des années 70 le mouvement du PKK et que des décennies plus tôt était partie la révolte kurde de Seir Saïd, dans la République de Turquie naissante. Dans les années 90 le district l’a payé cher en villages vidés par l’armée. Comme Sirnak, la petite sous-préfecture avait même été bombardée en 1993. Le procès de ce crime de guerre vient d’être délocalisé de Diyarbakir à Eskisehir…à la demande des accusés comme d’habitude.

 

Aux élections le score du BDP à Lice atteint celui de Yüksekova dans la province d’Hakkari (province où Huda Par s’est bien gardé aussi d’ouvrir des permanences) : il dépasse 90%. Les 6% atteints par l’AKP ont du être obtenus grâce aux bulletins de vote des forces de l’ordre et de quelques fonctionnaires extérieurs à la région. Autant dire que le Hizbullah, même nouveau, y est exécré. Résultat : cette visite s’est soldée par une quinzaine de blessés, dont deux sérieux. Certes il faut se méfier de la couverture des événements par des médias soit pro PKK, soit islamistes. Mais il est difficile de croire Huda-par quand il affirme avoir reçu un accueil favorable des commerçants de Lice et que seuls des gençler (membres du mouvement de la jeunesse du parti, en réalité davantage liés au PKK qu’au BDP et très radicaux) s’en seraient violemment pris à eux. Les médias kurdes eux rapportent qu’au contraire, l’échange avec les commerçants aurait été vif et aurait vite dégénéré, ce qui me paraît plus plausible.

Le comité – qui venait de participer à l’inauguration d’un bureau de propagande dans le district voisin de Kulp –  était venu en force à Lice. Le convoi était composé d’une quarantaine de véhicules, dont une partie serait venue de villages korucus (gardiens de village) voisins. Et s’il est difficile de saisir qui a « dégainé » le premier, les militants islamistes avaient semble-t-il eux aussi de quoi en découdre (bâtons, couteaux..) comme lorsqu‘ils avaient débarqué à l’université de Dicle (place forte du mouvement kurde) au printemps dernier. C’est en tout cas ce qu’affirme le BDP.  Si l’on en juge aux blessés (qui ne seraient pas uniquement des militants d’Huda-Par) cette visite semble bien avoir dégénérée en bagarre entre deux groupes. Et même si ceux-ci se sont acharnés sur plusieurs véhicules du convoi, dont trois ont fini en flammes, les gençler n’étaient visiblement pas les seuls à participer à la rixe. 

Ces images de lynchage n’ont rien de glorieux, mais Huda Par devait certainement s’attendre à un tel accueil à Lice. N’importe qui connaissant un peu la région l’aurait prévu.

 vidéo (longue) ICI.

Les deux partis s’accusent mutuellement. Mais selon les Yüksekova Haber, le sous-préfet (kaymakam) de Lice aurait déclaré s’interroger sur ce qui a motivé la campagne d’un parti qui ne possède aucune permanence à Lice, visite dont il affirme ne pas avoir été informé. Cette fois, à la différence de ce qui s’était passé à l’université de Dicle, les forces de l’ordre ne s’en sont pas pris aux sympathisants BDP, ce qui a sans doute évité que les troubles prennent de l’ampleur.

Il est clair qu’en se manifestant ainsi à Lice, Hüda-Par, qui se présente dorénavant comme un parti islamiste pro kurde, défie le BDP. Il fait aussi parler de lui et prouve ainsi qu’il est à nouveau bien présent dans le paysage politique de la région, d’où il avait disparu après l’arrestation d’Öcalan. En 2000, le dirigeant de l’organisation qui avait bénéficié du soutien d’une partie de l’Etat (dit « profond ») contre « les terroristes du PKK » mais qui commençait à déranger, était tué par la police à Beykoz (Istanbul), les principaux dirigeants et des milliers de militants étaient arrêtés. Depuis, sa branche Menzil s’était contenté de maintenir un réseau associatif  ultra religieux : la commémoration de la naissance du prophète, organisée depuis 2010, attire plus de cent mille de personnes, qu’on aurait sans doute tort de considérer en bloc comme  sa base électorale potentielle : « Mes parents soutiennent le BDP. Mais ils y sont allés car ils sont très croyants », me disait une jeune femme de Diyarbakir.

C’est il y a un an, en décembre 2012, que le « parti de dieu » est devenu un parti politique, se donnant pour l’occasion un nom kurde, Hüda-Par. Quelques mois plus tard le processus de paix à peine «officialisé» par le discours d’Öcalan lu au Newroz de Diyarbakir, des militants débarquaient à l’université Dicle (autre place forte du PKK) où ils se confrontaient avec les étudiants nationalistes kurdes. Les gaz lacrymogènes avaient alors été balancés par hélicoptère sur ces derniers.

Ces jours là, dans leur lycée populaire des élèves étaient venus vêtus d’un salwar (pantalon kurde) noir, signe distinctif du Hizbullah et cela avait bardé dans la cour de récréation entre eux et des lycéens apocus, m’avait alors raconté des jeunes de Diyarbakir. Si le but de la descente à Dicle était de redevenir visible, c’était apparemment  gagné.

« Dans l’Est, le pouvoir est à ceux qui ont la force. Le PKK a cessé le feu, le Hizbullah montre la sienne » résumait un ami kurde.

Depuis les événements de Dicle en avril dernier, militants de Hüda-Par et apocus se sont affrontés à Cizre et surtout à Batman, ancien fief du Hizbullah, en novembre dernier, où un sympathisant BDP a été tué par balles par un militant de Hüda-par, arrêté depuis. Et les gençler s’en prennent  régulièrement aux permanences du parti islamiste à titre de « représailles ».

Aux souvenirs violents des années 90, s’ajoute en effet la situation au Kurdistan syrien, Rojava, où les groupes armés proches du PKK, les YPG, se confrontent avec des groupes islamistes affiliés à El Qaida (Al Nostra et surtout ISIS). Or, les médias turcs ont révélé l’existence de circuits de recrutement de combattants pour la rébellion sunnite à Bitlis, Bingöl, Diyarbakir, Batman et surtout Adiyaman d’où plus de 200 jeunes auraient rejoint la rébellion syrienne. Hüda-par a beau affirmé qu’il n’y est pour rien et qu’il est favorable à un règlement politique du conflit, il en faudrait davantage pour convaincre les gençler.

Certes on est loin pour le moment de la situation de quasi guerre civile qui prévalait dans les années 90 dans des villes kurdes comme Batman, Diyarbakir ou Bingöl. Mais avec le lancement de la campagne électorale, les tensions pourraient se multiplier entre ces deux partis qui se détestent, d’autant que les fortes turbulences que traverse le pays ne sont sans doute pas complètement étrangères à tout ça.

Et à Van encore , dans le district de Gevas, les permanences de l’AKP et de Huda -Par viennent d’être la cible de coktails molotovs.

2 députés kurdes libérés : Gülser Yildirim et Ibrahim Aynan

tutuklu-bdpli-vekiller-icin-tahliye-karari-128040La décision de la cour constitutionnelle n’a pas tardé et elle a été (évidemment)  la même que pour Mustafa Balbay (député CHP).  Cette fois le tribunal de Diyarbakir ne pouvait plus tergiverser.  2 des 5 députés kurdes qui attendaient leur remise en liberté depuis leur élection en 2011 viennent d’être libérés. Il s’agit de Gülser Yildirim, députée de Mardin et d’Ibrahim Aynan, député d’Urfa, arrêtés en 2010 dans le cadre des grandes opérations contre le KCK. Elle leur accorde aussi une compensation de 3000 lires (1000 euros!) pour détention abusive. Pour les 3 autres, la décision n’est pas encore donnée, mais cela ne devrait tarder.

Au moins voilà une décision un peu apaisante dans le tumultueux climat ambiant en Turquie. Dommage que la justice ne l’ait pas prise dès l’élection des députés des diverses oppositions  emprisonnés dans divers procès (Ergenekon et KCK). Cela aurait évité des morts et des blessés dans les villes kurdes où la colère avait explosé. Et cela aurait sans doute  contribué à assainir le climat politique en Turquie.

Mais cela ne règle pas le cas de Sebahat Tuncel, dont la cour suprême vient de confirmer la peine de 8 ans et 9 mois dont elle avait écopé en 2005, c’est à dire bien avant le début du processus de paix. Une peine qui peut lui faire perdre son immunité parlementaire. Couperet qui risque aussi de tomber pour  Engin Alan, député MHP (extrême droite), condamné dans le cadre des procès Ergenekon.

Une commission formée de députés BDP/ CHP et AKP vient d’être constituée pour tenter de régler cette question. Le MHP ne participe pas à la commission (avec les Kurdes, difficile à imaginer) , mais demande à ce que la lettre de demande de levée d’immunité d’Engin Alan qui devrait arriver bientôt ne soit pas lue à l’Assemblée, ce qui rendrait cette demande ineffective.

Il est probable que cette commission  fonctionnera mieux que celle qui avait été mise en place pour enquêter sur les circonstances du massacre d’Uludere. Même si ce n’est pas certain. Personne ne doit avoir envie que la rue kurde ne s’embrase  – et Sebahat Tuncel est députée d’Istanbul !

3 mois avant des élections municipales qui risquent de s’avérer serrées entre l’AKP et le CHP qui présente un candidat lui aussi alévi à Istanbul (Mustafa Sarigül ) comme l’est Sebahat Tuncel – cela serait très risqué. Sans parler des risques de dérapage pour le processus de paix, avec tout ce que cela comporte.

Et le feuilleton politico judiciaire est loin d’être terminé (très loin même).quoique les intrigues soient trop denses et compliquées pour qualifier tout cela de feuilleton. Certains éditorialistes turcs parlent plutôt de polar.

Plus tard dans la journée  la cour constitutionnelle a aussi déclaré que la détention des   3 députés BDP (ou affilié) encore emprisonnés était illégale.Selma Irmak,  Faysal Sarıyıldız députés de  Şırnak et le député  indépendant de Van Kemal Aktaş vont donc être à leur tour libérés après avoir passé 3 ans en prison.