20 ans plus tard, Leyla Zana revient à l’Assemblée…et les arrestations continuent

On s’y attendait évidemment, même s’ils avaient laissé planer le suspens. Apo lui même semblait le préconiser avant qu’on lui cloue le bec (ses avocats ne peuvent plus lui rendre visite depuis plusieurs semaines. « conditions météo » trop difficiles pour faire la traversée jusqu’à lîle d’Imrali paraît-il.. Difficile de savoir si « ça l’arrange » au fond, ou s’il est furieux. Mais ses sympathisants le sont)

Le premier octobre, les 30 députés de la plate forme pro kurde  rescapés (5 sont en prison)  ont fini par rejoindre l’Assemblée de Turquie, pour l’ouverture parlementaire du premier octobre dernier. Et comme les autres, Leyla Zana y a prêté serment. Un serment bien plus « sage » qu’il y a vingt ans, quand elle avait provoqué l’hystérie dans l’hémicycle. Il faut dire qu’elle avait osé le prononcer en kurde, ce qui annonçait la  fin de la Turquie. Et que le bandeau qu’elle portait dans les cheveux était rouge -vert- jaune, les couleurs du drapeau du kurde. Autant dire qu’elle se doutait bien qu’elle allait provoquer un tumulte. Leyla Zana et trois autres députés kurdes avaient ensuite été envoyés en prison pour dix ans, histoire de méditer sur l’unité du pays.. L’un d’eux, Hatip Dicle, un 6 des candidats du BDP élu à Diyarbakir y est à nouveau. Quant à son  élection, elle a été invalidée et ses voix refilées à  une candidate…AKP ! Ce qui fait drôlement plaisir au 70 000 électeurs qui avaient voté pour lui !

Cette fois pas de bandeau aux couleurs kurdes dans les cheveux. C’est une députée kurde bien sage, qui a prêté serment…Enfin sage. Elle n’a quand même pas accepté de le réciter mécaniquement, et a choisi de remplacer l’expression « peuple turc » par  de » peuple de Turquie ». Elle n’a quand même pas passé 10 ans en prison pour se proclamer « Turque » en revenant à l’Assemblée. Évidemment, ça a fait couler un peu d’encre dans les rédactions, mais cette fois personne n’a frisé l’apoplexie dans l’hémicycle.

http://www.dailymotion.com/video/xlf4ip_leyla-zana-yemin-metnini-yanlyy-okudu_news

Il faut dire qu’elle aurait pu préférer cette robe à son sage tailleur noir…Elles sont à la mode lors des fiançailles dans la province d’Hakkari (ou d’ailleurs).

Et puis l’opinion en Turquie a fini par se faire à l’idée qu’il pouvait peut-être y avoir des citoyens kurdes en Turquie. Et même qu’on puisse voir de telles robes dans le pays.  C’est  surtout la fin du boycott des députés du parti kurde (et leurs alliés) qui a fait l’actualité. Et qui en soulage pas mal quand même. Depuis que le PKK a rompu son dernier cessez le feu, en juillet dernier, tout le monde a remarqué qu’il y a avait une « petite différence » (entre avant et après). Il y a des morts à peu près tous les jours, sans compter les enlèvements – qui heureusement jusqu’à maintenant ne se terminent pas de façon dramatique, mais permettent au PKK d’imposer « son ordre ».   Et même si certains éditorialistes annoncent – une fois de plus- la fin (toujours) prochaine du PKK – la situation n’est pas vraiment reluisante. A défaut d’être déjà instauré, une ébauche de dialogue peut au moins être espérée.

Cela étant si les vagues d’arrestations (qui fichent vraiment leur électorat en colère) continuent au même rythme, pas sûre que l’électorat du BDP  soit convaincu qu’un processus démocratique  se remet en marche. On annonce 120 interpellations dans le cadre des grands procès du  KCK aujourd’hui, qui viennent s’ajouter à des milliers d’autres arrestations. Bref l’été kurde a été très chaud, on verra ce que donnera  l’automne. Mais pour le moment les températures restent toujours très élevées.