Yasemin büyük bir sabırla Tatvan’ın Çorsin köyünün kürt efsanelerini yazıyor – Tatvan, Bitlis.

Lac de Van (photo anne guezengar)

Yasemin kitap taslağını, yakın zamanda Kürtçe yayınları ile tanınan Avesta Yayınevine gönderdi. Bu iş onun yıllarını aldı ancak Yasemin, çocukluğunda amcasının Çorsin köyünde (Türkçe ismini bilmediğim ve Vangölü’nün kenarındaki bu kürt köyünün gerçek ismi Ermeni dilinden gelmektedir) anlattığı ve herkesin büyük bir ilgi ile dinlediği bu efsanelerin kaybolmasını ve yeni kuşaklar tarafından unutulmasını istemiyor. Şimdilerde hiç kimse bu efsaneleri anlatmaz oldu. Televizyon efsane anlatıcılarını bir bir susturdu. Çorsin köyü sakinlerinin büyük çoğunluğu, Tatvan’ı ya İzmir ve İstanbul gibi şehirlere gitmek, ya da başka bir ülkeye yerleşmek için terketti.

Komşu köyler Axkus ve Axeta gibi ; evleri taşlardan inşaa edilmiş Çorsin köyü de 1995 yılında Türk ordusu tarafından boşaltıldı. Köyün yanından geçen yolda, Van’daki bir firmaya ait bir otobüs durdurulmuş; içindeki yolcular indirildikten sonra da ateşe vrilmişti. Bu « uyarma » işini üstlenmiş insanların gerçekten bu köylerden birinden gelip gelmediklerini hiç kimse öğrenemedi. Ancak bu köylerin uslu durmadıkları biliniyordu. Daha 1970’li yıllarda bu köylerin gençleri « komünist » olmakla itham edilmiş ve bu yüzden de civar köylerden bazıları ile arada bir sorun yaşıyorlardı. Yakılan otobüsün acısını da yine onlardan çıkarttılar.

Ramazan ayına bir gün kala, bu köyün sakinlerinden birinin düğününe davetli olduğumuz İzmir’in Buca ilçesinde, Yasemin kürt halayını çeken, genç ve güzel kuzenlerini gösterdi bana. « Köyün yıkılışından bir kaç gün sonra, onları İzmir’e topladık. Hepsi bebek sayılırdı ve çorapları kaçış esnasında delik deşik olmuştu ». Bir kaç yıldan beri, köylere gidiş serbest ; tekrar inşaa edilen Çorsin köyüne de bazı kişiler yeniden yerleşti. Ancak konuştuğum kadınlar, bana köyün yıkılışını derin bir öfke ile anlattılar.

Yasemin köyünü çok erken yaşlarda terketmiş. Annesi onu İzmir’de yaşayan bir akrabası ile evlendirme kararı aldığında, Yasemin henüz 14 yaşındaymış. Ailesinin erkekleri tarafından çok sevilen Yasemin (diğer kızkardeşi daha çok küçüktü) annesinin verdiği bu kararı hala anlamış değil. Evlilik ve düğün işlerini genellikle kadınlar yaptıgı için babası bu meseleye çok karışmamış. Yasemin’e göre babası aydın bir imamdı (Irak Kürdistan’ında karşılaştığım Yasemin’in erkek kardeşi babani « demokrat bir imam » olarak nitelendirmişti) çünkü Tatvan’daki Medreseyi bitirmişti. Daha sonra ise, resmi imam olabilmek için bir imam hatip lisesine girmiş. Yasemin’in babası, kemalist cumhuriyetten çok, şahsen tanıdığı Mustafa Barzani’ye bağlıydı. Paris’te tanıştığım bir Tatvanlı, daha çocukken Kürt olmayı ondan öğrendiklerini söylemişti bana. 1970’li yıllarda Yasemin’in babası DDKO örgütüne yakınmış. Daha sonra Istanbul’teki Kürt Enstitüsüne üye olmuş. Ve, yanılmıyorsam, Kuran’ın Kürtçe’ye tercüme edilmesinde de rol oynamış. Aynı zamanda dini kaideler konusunda da oldukça özgürlükçü oldugu söyleniyor.

Babalarından büyük bir hürmet ile bahseden çocuklarından hiç biri ramazanda oruç tutmuyor. Bu yaz aileden sadece alevi olan gelinleri oruç tutuyordu. Ben Yasemin’in babasını ne yazık ki sadece, Yasemin’in ailesinin evinin duvarlarına asılı potograflardan tanıyorum. Yasemin’in kardeşlerinden biri ile Erbil’de tanıştığım yaz, Yasemin’in babası da kendisine çarpan bir arabının altında kalarak hayatını kaybetti.

Erkek ve kız kardeşleri gibi Yasemin’de okumuş ve düzenli bir şekilde Tatvan’da sinemaya gitmiş. Doğudaki bir Kürt köyünden, ülkenin batısındaki Ege metropollerinden birine, Gültepe’deki bir gecekonduya gitmesi ; onun için özgürleşme değil, tersi olmuş. « Köyde bir köy kültürümüz vardı. Kocamın ailesi bu kültürü unutmuş ama şehir kültürünü de edinememişti. Dolayısı ile ben de kendimi kültürsüz bir ortamda buluverdim. Ben çok gülen, sosyal bir insandım. Ama kayınvalidem bana gelen misafirlerin önünde gülmeyi yasaklamıştı. Ona göre bu utanılacak bir şeydi. Üstelik ben çok güzel bir kadındım ve güzel olmak hoşuma gidiyordu ». Yasemin her söyleneni yapan bir insan olmuş ve zamanla eşinin ailesi gibi kürtçeyi de unutmuş. Kürtçe’nin tamamen yasaklı olduğu 1980’li yıllarda, ülkenin batısına göç etmiş Kürtler, kendi kürtlüklerini kolay kolay gösteremiyorlardı. Başka bir Tatvanlı, Yasemin’in kendi çocuklarına öğretmeye korktuğu kürtçeyi, babasının kendilerine korka ürke öğretttiğini anlatmıştı bana.

Yasemin çok gençken eşini kaybediyor ve iki oğlunu tek başına eğitiyor. Aslında tek başına demek yanlış, çünkü eşinin ailesi ve kaynı aynı binanın üst katında yaşıyorlar. Zaman içinde, Yasemin’in ailesi de İzmir’de aynı mahalleye yerleşmiş. Babasının imamlığı civardaki Türkler tarafından hemencecik kabul görmüş. Ve Yasemin’in babası çok kısa sürede, şimdilerde yıkılmaya yüz tutmuş, İzmir’in sırtlarındaki güzel kürt mahallesi Kadifekale’de yaşayan Mardinliler arasında sevilen bir insan olmuş.

Yasemin kocasının ölümünden sonra, açık öğretime kayıt yaptırıp, liseyi bitirir. Ve özellikle anadilini tekrar öğrenmeye karar verir. Halihazırda, pencereleri İzmir’deki Bizans Algorasına bakan Kurdi-Der’de kürtçe dersler vermektedir. Yasemin çocukluğunda büyük bir ilgi ile amcasından dinlediği efsaneleri Kürtçe kayıt altına alıyor. « Bütün kuzenlerim içinde, bu masal ve efsaneleri en iyi hatırlayan benim. » Fakat, aile bireylerinin bir araya geldiği öğle sonrası çay partilerinde, herkes aklında kalan detayları Yasemin’e aktarıyor. Bu toplantılarda, genellikle kürtçe konuşulmaya gayret ediliyor. Yasemin ile aynı apartmanın üst katında oturan ve yaşamının son demlerini yaşayan kayınvalidesi de, hatırladığı kadarı ile Yasemin’e yardımcı olmaya çalışıyor ve hatırladığı şeyleri gelini ile paylaşmaktan büyük bir keyif alıyor.

Yasemin efsanelerini geceleri yazıyor. Gündüzleri ise, Türkiye’deki diğer (genç) büyükanneler gibi, kendi torunları ile ilgileniyor. Yasemin’in iki gelini de maaşlı çalışıyor ancak Türkiye’de kreşler çok pahalı. Hafta sonları, gelinleri kendi çocukları ile ilgilendikleri için Yasemin, şehir merkezine gidip Kürtçe kurs verebiliyor. Efsanelerini yazması içinse, sadece dingin geceler kalıyor Yasemin’e. Uzun efsanleri yazmak için, Yasemin saatlerce bilgisayar başında kalıyor. Yazarak, sonra tekrar tekrar kırparak veya küçücük bir detay veya kelime ekleyerek… Bu yükü, email yolu ile kendisinin kürtçe hocası ile de paylaşıyor.

Ağustos’un sonunda kendisi ile vedalaştığımda, Yasemin düzeltmelerini yeni bitirmişti. Ancak, bir kaç gerekli düzeltme daha yapmayı tasarlıyordu. Her zamanki gibi büyük bir ehemmiyetle… Ve nihayet, Kasım ayının sonunda, Kürtçe hocası Yasemin’e yazdıklarının mükkemmel olduğunu beyan ettikten sonra, Yasemin taslağını Avesta yayınlarına yolladı.

Avesta Yayınevi, Yasemin’e yazdıklarının yayınlanacağına dair daha önce söz vermiş olmasına rağmen, Yasemin onlara taslağını en kusursuz şekilde göndermek istiyordu. Kendi çocukluğunu şenlendiren hikayeleri, Tatvan yöresinin kürtçesi ile yazarak hem anadiline olan aşkını anlatmak, hem de bu hikayeleri sonraki kuşaklara aktarmak istiyor Yasemin. « Ben yazmayı tercih ettim , çünkü yaptığım şey kalıcı olacak bir şey. Hem ben bunları yazmasam, kim yazacak ki ? » Yasemin öyle bir aşkla bahsediyor ki yaptigi isten, yazma serüveninin bu kitabın yayınlanmasından sonra da devam edeceğini düşünüyorum.

 Version française : A Izmir, Yasemin écrit avec passion les légendes kurdes de Tatvan (village de Çorsin)

Mille fois merci à Yilmaz Ö. pour la traduction.

A Izmir, Yasemin écrit avec passion les légendes kurdes de Tatvan (village de Çorsin)

Lac de Van (photo anne guezengar)

Elle vient d’envoyer son manuscrit à la maison d’édition kurde Avesta. Un travail d’écriture qui lui a pris des années. Mais Yasemin ne voulait pas que les légendes  qu’un de ses oncles racontait et que tous écoutaient avec avidité quand elle était enfant dans son village de Çorsîn  (un village kurde du lac de Van dont le vrai nom – je ne connais pas son nom turquifié –  révèle l’origine arménienne) disparaissent avec sa génération. Personne ne raconte plus ces légendes. La télévision a  fait taire les conteurs. Et la plupart des villageois de Çorsîn ont quitté Tatvan, pour Izmir, Istanbul ou un pays d’exil.

Le village de pierre a été rasé par l’armée turque en 1995, en même temps que les villages voisins d’Axkûs et d’Axeta.  Un autobus d’une firme de Van avait été stoppé, vidé de ses passagers et  brûlé par le PKK  sur la route qui les bordent. Personne n’a jamais su si ceux qui s’étaient chargés de cet « avertissement » venaient de ces villages . Mais ceux-ci  avaient la réputation de ne pas être dociles. Dans les années 70 déjà, leurs jeunes étaient qualifiés de « Komutist » et ça chauffait parfois avec ceux de certains villages voisins. Ils ont payé pour le bus.

A Buca, un quartier d’Izmir, où nous assistions à un mariage de la communauté villageoise, le dernier en cette veille de Ramadan,  Yasemin m’a montré ses petites cousines, de jolies adolescentes qui dansaient les halay kurdes. « On les a recueillies à Izmir quelques jours après la destruction du village. Elles étaient presque des bébés, leurs chaussettes étaient toutes crottées de leur fuite ». Depuis quelques années les villages sont à nouveau libres d’accès, C0rsin a été reconstruit et certains s’y sont réinstallés. Mais des femmes m’ont raconté  sa destruction avec une colère toujours intacte.

Yasemin l’avait déjà quitté alors. Elle n’avait que 14 ans quand sa mère a décidé de la marier avec un cousin qui vivait à Izmir. Une décision qu’aujourd’hui elle ne comprend toujours pas, alors qu’elle était la fille adorée d’une tribu de garçons (sa seule sœur était encore toute petite). Les mariages sont surtout une affaire de femmes.  Son père ne s’en était pas mêlé.

C’était un imam éclairé (son frère en parlait  comme d’ « un imam démocrate » quand j’avais fait sa connaissance au Kurdistan irakien) – selon elle car c’était à la medrese de Tatvan qu’il avait été formé. Il avait ensuite suivi  les cours d’un imam hatip (lycée professionnel religieux d’Etat) pour devenir fonctionnaire . Un imam fonctionnaire plus fidèle à Mustafa Barzani qui le connaissait personnellement qu’à la République kémaliste. Un Tatvanli rencontré à Paris m’avait  dit que c’était lui qui leur avait appris qu’ils étaient kurdes quand il était encore enfant.  Dans les années 70 il était proche du DDKO.  Plus tard il est devenu membre de l’institut kurde d’Istanbul. Et je crois qu’il a collaboré  à la traduction du Coran en kurde.

Il était aussi très libéral avec les principes religieux Aucun de ses  enfants, qui  parlent de leur père avec une  immense admiration, ne jeûne pendant Ramadan. Cet été dans  la famille seule une gelin…alévie l’observait .  Je ne le connais malheureusement que par les grandes photos qui ornent les murs du salon de sa femme . Il est mort renversé par une voiture l’été où j’avais fait connaissance d’un des frères de Yasemin à Erbil.

Elle était scolarisée comme ses frères et comme eux elle fréquentait régulièrement le cinéma de Tatvan. Son départ d’un village kurde de l’Est du pays  pour le gecekondu de Gültepe, dans la grande métropole égéenne, a été tout le contraire d’une émancipation. « Au village il y avait une culture villageoise. Ma belle famille l’avait perdue sans avoir pour autant acquis la culture urbaine. Je me suis retrouvée dans un milieu sans culture du tout. J’étais très sociable et je riais beaucoup. Ma belle-mère m’interdisait de sourire aux invités. Cela ne se faisait pas. D’autant que j’étais très jolie et que ça me plaisait de l’être ».  Elle est devenue une  gelin obéissante et comme sa belle-famille a oublié le kurde. Dans les années 80, qui avaient complètement interdit la langue kurde, il était très  fortement déconseillé  aux migrants d’afficher leur kurdité dans les villes de l’ouest.  Un autre Tatvanli me disait que son père était mort de trouille quand il avait décidé d’apprendre la langue que celui-ci  avait évité de  transmettre à ses enfants.

Elle a perdu son mari quand elle était encore très jeune et a ensuite élevé seule ses deux fils. Pas tout à fait seule cependant, puisque ses beaux parents et la famille de son beau –frère vivaient à l’étage supérieur. Et entretemps sa famille à elle  s’était aussi installée à Izmir, à deux pas de leur maison.  Son imam de père a tout de suite été accepté  de ses voisins turcs. Et il est vite  devenu  très populaire chez les Mardinli de Kadifekale, le joli quartier kurde, aujourd’hui en voie de destruction, qui surplombe la baie d’Izmir.

Après le décès de son mari, elle a repris un cursus scolaire interrompu en « açik okul » (par correspondance) et a atteint le niveau de fin de lycée. Et surtout elle a décidé de se réapproprier sa langue. Aujourd’hui elle enseigne le kurde à Kurdi- Der, dont les fenêtres ont vue sur l’Agora romaine d’Izmir.

C’est en kurde qu’elle a écrit les légendes, telles que l’oncle les racontait à Tatvan et qu’elle les  écoutait avec fascination quand elle était petite.:« De toutes mes cousines, c’est moi qui m’en souviens le mieux ». Mais toute la mémoire familiale a été mobilisée pour préciser tel ou tel détail, ce qui  a occupé bien des après-midi où les cousines se retrouvent pour boire le thé .  Des réunions durant lesquelles on se fait un point d’honneur à ne parler que kurde maintenant. Celle de sa belle-mère a  aussi été mise à contribution, qui sur la fin de sa vie passait de plus en plus de temps « en bas » chez sa gelin, avec laquelle elle prenait plaisir à faire revivre ses souvenirs.

C’est la nuit, qu’elle a écrit ces légendes. Ses journées sont consacrées aux petits enfants, comme celles de beaucoup de (jeunes) grand-mères en Turquie. Ses deux belles-filles sont salariées et les crèches sont très chères en Turquie. Le week-end, quand les enfants restent chez leurs parents, elle file au centre ville  donner ses cours de kurde. Ne restait que le calme de la nuit profonde pour écrire.

Elle a passé des heures et des heures à reconstituer sur son ordinateur une dizaine de très longues légendes. Les écrivant, puis les ciselant, encore et encore,  ajoutant un détail, sans cesse en quête du mot juste. Une quête partagée avec son professeur de kurde, avec lequel elle échange par mail.

Fin Août, quand je l’ai quittée, elle venait juste d’en achever la rédaction . Mais elle voulait encore faire quelques ultimes corrections. Toujours aussi minutieuses. C’est seulement fin octobre, après que son professeur de kurde ait déclaré ses « textes  magnifiques », qu’elle a envoyé le manuscrit à Avesta.

La maison d’édition lui avait assuré depuis longtemps que ces légendes seraient publiées, mais elle voulait lui envoyer un texte parfait.  Avec les histoires qui ont enchanté son enfance, elle  veut  aussi transmettre son amour pour sa langue, telle  qu’on la parle à Tatvan. «  J’ai choisi d’écrire, car ce que je fais va durer. Et si je ne le fais pas, qui le fera ?  ». Mais elle en parle avec un tel plaisir que ça m’étonnerait que son travail d’écriture s’achève avec la publication de ces légendes.

Pour les photos du village, il faudra attendre un peu. Impossible d’être à la fois à Corsîn, dans un village de la montagne d’Adiyaman et à Yüksekova pour les fêtes de Kurban Bayram. Mais un jour, promis….

Le miel de Bitlis (Hizan, Tatvan)

La région de Bitlis est réputée pour  son miel. L’été dernier j’avais fait le détour de Tatvan jusqu’à Hizan, la très jolie petite Ilçe (sous préfecture) dont c’est la spécialité.

Comme à Bitlis, on y trouve de très belles demeures en pierre.

Je n’y étais pas restée très longtemps, juste le temps de flâner un peu dans les rues de la ville et d’avoir eu la chance d’être invitée par un muhtar de quartier à boire un thé dans sa famille. En plein ramadan cette proposition était inespérée.

Malheureusement c’était juste avant la récolte. Les magasins spécialisés étaient peu achalandés et proposaient encore  le miel de l’année passée.

 

Je n’avais pas osé m’aventurer davantage pour photographier les ruches. Le meilleur miel serait récolté dans les yayla (alpages), beaucoup plus haut.

Je m’étais promis de revenir à Bitlis à l’automne, après la nouvelle récolte. En fait je suis bien revenue, mais dans un camion d’aide aux sinistrés de Van quelques jours après le tremblement de terre.

 

Je n’avais évidemment pas eu le temps de retourner à Hizan, mais à  Tatvan, les commerces de miel étaient achalandés cette fois.

Certains commerçants, comme celui -ci, fournissent les grandes villes du pays.

On peut  aussi s’approvisionner près de petits producteurs qui le vendent dans la rue.

Avec mon étourderie habituelle, j’ai oublié le kilo de miel que j’avais acheté dans le bus de zabita qui nous a conduit à Van. J’aurais préféré l’offrir à des sinistrés, mais j’espère quand- même que le chauffeur aura apprécié le cadeau involontaire que je lui ai fait.

Cette fois, c’est du miel de Semdinli que je rapporte avec moi. J’ai quitté Yüksekova  juste au début de la récolte. Et pas question d’égarer ce miel qui autrefois faisait les délices de la cour du sultan.

 

 

 

Ici Radio –Tatvan (Bitlis)

N’ayant pas de radio avec moi quand je voyage en Turquie, je n’ai pas pu écouter Radio Tatvan. Mais les petites radios locales, c’est sympa. Outre des plages de musiques, avec des chansons en turc ou en kurde et pendant la période ramadan des chants religieux , radio Tatvan  propose  des émissions qui s’intéressent au quotidien des  habitants de Tatvan, m’a dit Ilhan Karabulut qui la dirige avec l’aide d’un animateur.

Radio Tatvan émet depuis le milieu des années 90. Dans ces années là  plusieurs radios avaient été fondées à Tatvan, toutes fermées par les autorités. Celle –ci est la seule à avoir subsisté. Mais à l’époque ses fondateurs n’étaient pas vraiment rassurés.

La famille Karabulut édite aussi une  revue mensuelle, Bülten 13, dans lequel on apprend une foule de choses sur la province de Bitlis. Ilhan en est le rédacteur en chef, mais  plusieurs de ses frères collaborent à la rédaction des reportages.  Celui sur d’anciens villages arméniens de la région  a fait la une d’un des numéros.  Un sujet tabou, surtout dans l’Est, il y a encore une dizaine d’années.  Dans un autre  on  apprend qu’il existe une station de ski à Tatvan,  avec une vue magnifique sur les deux lacs de cratère du Nemrut Dag. Le Nemrut Dag  de Tatvan.

Bonne nouvelle deTatvan : Lalihan 102 ans n’est plus une terroriste kurde.

Je m’en doutais un peu, mais de passage à Tatvan j’ai quand même voulu m’en assurer. La justice turque a finalement renoncé à poursuivre Lalihan  pour propagande pour une organisation terroriste.  Il faut dire que l’histoire de cette très vieille dame avait  ému les médias turcs qui ont appelé  à tour de bras  Tatvan, la petite ville du bord du lac de Van où elle réside, quand ils ont eu vent de la procédure de justice lancée contre elle.

Il faut dire que cette dernière avait fait fort. Lalihan hanim  n’a rien d’une mamie Dalton alla kurda  qui aurait  décidé à 102 ans de rejoindre une bande d’ados et se serait mise sur ses vieux jours à  lancer des pierres sur la police avec« biji Apo » comme cri de guerre. D’ailleurs Tatvan a beau être une municipalité BDP (parti kurde), la ville n’est pas sujette aux émeutes juvéniles. Et même à Hakkari elles sont nettement moins fréquentes ces derniers mois. Depuis que Selahattin Demirtas s’y est présenté  comme candidat BDP m’y a-t-on dit.   Et puis des dizaines de jeunes émeutiers ont été envoyés en prison. Les quartiers des détenus mineurs seraient à nouveau pleins à craquer.

Comme je l’expliquais dans un précédent billet, le crime de la vieille dame était d’avoir assisté à une cérémonie religieuse (mevlit) donnée en souvenir de son fils tué en 1988, alors qu’il avait rejoint le PKK. En la poursuivant la justice turque pouvait  certes se vanter d’avoir battu un record et d’avoir mis la main sur la plus vieille terroriste au monde, mais ça  faisait un peu tâche dans le discours sur la démocratisation actuelle sensée avoir  résolu la question kurde. Recep Tayyip Erdogan a en effet répété plusieurs fois que dorénavant il n’y avait plus de problème kurde, seulement un problème avec certains Kurdes…(un problème qui a  un peu tendance à perdurer, ça fait quand même 30 ans que ça dure,  mais bon)

Évidemment, si on compte des  vieilles dames de 102 ans qui vont se recueillir  sur la tombe de leur fils, parmi ces « Kurdes qui posent problème »,   ce n’est pas terrible comme message… d’autant qu’il doit y en avoir un paquet de mères à aller se recueillir sur des tombes de «  terroristes »,  susceptibles d’être à leur tour accusées de faire de la propagande pour une organisation etc, etc. De quoi engorger les tribunaux de la région qui déjà ne chôment pas, c’est le moins qu’on puisse dire. Sans compter que toutes ces mères, grand mères et arrières grand mères doivent avoir un paquet de petits enfants que ça pouvait rendre furieux, ce qui est excellent pour le recrutement du PKK, qui n’aurait déjà pas beaucoup de mal à recruter, selon les lycéens des villes kurdes rencontrés.  Ils auraient tous des copains à l’avoir rejoint au cours des derniers mois.

Bonne nouvelle donc pour elle, la justice a finalement décidé de renoncer à se ridiculiser avec cette affaire et de laisser Lalihan  aller se recueillir en paix sur la tombe de son fils.

La chanteuse Aynur et Lalihan (102 ans): deux dangereuses terroristes kurdes démasquées.

Bonjour l’ambiance au festival de jazz d’Istanbul. De grands amoureux de leur patrie en danger y ont démasqué l‘ennemie à abattre : la chanteuse kurde Aynur Dogan. Rendus hystériques lorsqu’elle a entamé une chanson d’amour en kurde,  c’est avec le plus grand courage qu’ils l’ont huée, exigeant qu’elle chante en turc,  et matraquée de bouteilles de flotte  pour finir par obtenir ce qu’ils voulaient. Malgré les applaudissements de ceux que ce comportement a scandalisé :  Aynur a du quitter la scène. Les 13 soldats tués en opération à Silvan étaient vengés.

Et comme ça ne leur avait pas suffit, ils  ont ensuite fêté leur glorieuse victoire en entonnant l’İstiklal Marşı, l’hymne national turc pendant la prestation de la chanteuse espagnole Buika.

C’est pourtant un public « okumus » qui a fait des études et se prétend volontiers « éclairé » (aydin) celui des amateurs de jazz, surtout dans ce quartier huppé de Nisantasi. Mais ces valeureux vengeurs  sont à mille lieux lumières de l’esprit qui anime ce festival dont le  concert Mujeres de Agua de la chanteuse kurde Aynur, espagnole Buika,  israélienne Rita et  grecque Glykeria  devait incarner  une preuve que la culture est un trait d’union entre les peuples. C’est aussi un public sensé être « éduqué », pas de vulgaires supporters de Bursaspor, qu’ils doivent sans doute mépriser.

Il y a 12 ans, les mêmes imbéciles matraquaient Ahmet Kaya à coups de lancers de fourchettes,  une autre des plus grande voix de la chanson de Turquie, lors d’une soirée de gala qui le sacrait meilleur chanteur turc. Son crime ? Avoir annoncé que son prochain album serait en kurde. Cette annonce avait été suivie d’une campagne si ignoble dans les médias qu’il avait du s’exiler à Paris où il est mort peu après. Il repose au père Lachaise, comme le cinéaste, kurde lui aussi et de gauche comme lui,  Yilmaz Güney. Celui dont j’avais tellement aimé les films que j’ai choisi le titre de l’un d’eux comme nom de ce blog (un nom auquel je tiens).

Sur cette vidéo de ses funérailles, on voit Mehmet Uzun, dont le crime était d’avoir écrit en kurde.

Heureusement que ces grands patriotes ont les artistes kurdes auxquels s’en prendre pour exprimer leur amour  pour le petit peuple dont les fils tombent au combat depuis 27 ans. Parce que ce ne sont ni eux, ni leurs fils,  ni les amis de ceux-ci qui risquent d’y laisser leur peau. Ils doivent tous faire des études ces « Turcs Blancs » comme les qualifie Cüneyt Özdemir dans Radikal en ajoutant fascistes – dans une très onéreuse université privée au besoin – et les étudiants accomplissent au choix un service court (quelques mois), ou servent comme officiers voire comme enseignants, mais rarement dans les komando. Par contre 2 des frères de mon meilleur ami d’Hakkari y ont risqué leur peau contre leurs anciens copains de classe. Mais c’est sûrement pas le genre de famille qu’ils doivent fréquenter, qu’elles soient kurdes, turques, arabes, lazes ou tout ça à la fois.

Et aux mères des appelés kurdes tombés en opération, ils vont leur balancer des bouteilles de flotte aussi, si elles ont le malheur de chanter un agit en kurde pour exprimer leur chagrin, ces grands patriotes ?

http://www.dailymotion.com/video/xjy3v9_16-temmuz-2011-sehit-komando-vefa-celik-topraga-verildi_news

 A Germencik  dans la province d’Aydin, d’autres décervelés s’en sont bien pris à une soixantaine d’ouvriers kurdes qui construisent d’un hôtel thermal à Bozkoy. Parmi les deux ouvriers qui leur sont tombés entre les mains et sur lesquels ils se sont acharnés, il y avait le cousin d’un des appelés tués qui s’apprêtait à se rendre à ses funérailles révèle Taraf. Mais tout le monde le sait en Turquie, que plein de Kurdes ont été tués dans les komando  (et qu’ils n’étaient pas tous AKP ) et qu’une fois de plus il y avait des Kurdes parmi les soldats tués. Agri, Urfa, ce n’est pas sur la mer Egée ! Et les médias ont assez insisté sur la douleur des familles (  il y  avait des agit à Agri comme on le voit sur la vidéo ! Et bien peu de drapeaux pour des funérailles de sehit …) Ces funérailles nationales sont juste l’occasion rêvée d’exprimer le racisme des glorieux assaillants, dont on peut admirer la bravoure sur la vidéo ICI.

Iront-ils jusqu’à pousser leur fibre patriotique en  renonçant à leurs vacances à Bodrum pour filer sur les bords du lac de Van ?  Un procureur vient d’y dénicher une autre dangereuse terroriste. Et il mérite d’être félicité pour son zèle. Lalihan Akbay a 102 ans. Et selon son fils elle n’entend presque plus, ne parle presque plus, oublie immédiatement tout ce qu’elle dit et ne doit pas souvent sortir de chez elle.  C’est lors d’ une cérémonie religieuse organisée pour son fils, tué comme PKK  en..1985 qu’elle a enfin été démasquée. Un journaliste l’y aurait interrogée. Elle n’a pas du dire grand chose la pauvre, mais ça a été suffisant à la justice  pour l’inculper de propagande pour une organisation terroriste. Le tribunal va-t-il exiger qu’elle reconnaisse que son fils était un dangereux terroriste pour l’autoriser à  se recueillir sur sa tombe ? (au fait, comment ça se dit en kurde ? 102 ans c’est peut-être un peu tard pour exiger d’elle qu’elle apprenne le turc).

En tout cas, ça m’étonnerait beaucoup que les grands mélomanes patriotes du concert  d’Istanbul soient curieux de comprendre pour quelles raisons son fils avait choisi de rejoindre le PKK au lieu de songer à une carrière et à se chercher une charmante fiancée qui convienne aussi à ses parents,  comme le font tous les fils bien. En 1985 c’était rigoureusement interdit de chanter en kurde, ce qui devait tout à fait leur convenir. La patrie était sauvée.

 

Dans la lettre ouverte qu’elle a envoyée ensuite, Aynur se dit extrêmement bouleversée – il y a de quoi. Mais  elle dit conserver son optimisme et  avoir été très touchée par les acclamations de sympathie qui tentaient de couvrir les hurlements hystériques des haineux. Elle assure qu’elle est persuadée qu’en réalité ce sont les plus nombreux dans le pays.

En tout cas c’est une sacrée optimiste, parce que ce ne sont pas les leaders des  partis  qui montrent l’exemple. On dirait que le pays entre en guerre alors que ça fait 27 ans que ce conflit dure et que le seul qui ait tenté d’y mettre sérieusement fin, Turgut Ozal dont le portrait ornait la chambre des garçons quand mon meilleur ami d’Hakkari était encore célibataire, n’a pas vécu longtemps ensuite.

Mais elle a sans doute raison de l’être . Ce ne sont pas forcément ceux qui font le plus de bruit les plus représentatifs de l’opinion. Et en tout cas, le journal Hürriyet qui avait pris la tête d’une croisade contre Ahmet Kaya (et de bien d’autres) ne recommence pas cette fois. La presse parle plutôt de honte.  Reste à voir si les chaînes de télévision populaires  vont  soutenir  une voix magnifique  et  qui ne  crie pas vengeance, en faisant d’elle la vedette de leurs prochaines émissions de variétés.

Et l’article du journal Bianet de conclure que les plus grandes difficultés pour résoudre la question  kurde sont bien plus à l’ouest, au sein de cette mentalité que dans l’Est du pays.

Comme je suis assez fière d’avoir fait connaitre  Aynur à des amis lors d’une soirée kurdo – franco- turque, cette chanson  devrait leur rappeler quelques souvenirs.

http://www.dailymotion.com/video/x57xcc_kardey-turkuler-aynur-doyan-kece-ku_music

PS: et comme le racisme m’est absolument insupportable, d’où qu’ils vienne,  j’ai décidé de voter Ecologiste aux prochaines élections. Je n’ai rien contre le défilé du 14 juillet, auquel je n »ai jamais assisté, même quand les copains légionnaires  (assez bons pour mourir pour la France, à la Légion étrangère !) avec lesquels j’avais regardé la victoire française lors du match France-Brésil étaient de corvée  à Papeete. Et un défilé « citoyens » bof…j’irais pas non plus.  Mais puisque la droite française qui ne sait plus quoi inventer pour tomber toujours plus bas, estime qu’elle n’est pas assez française, je voterai Eva Joly. Et si elle était franco algérienne, je voterais encore plus pour elle.

Ajout du 22 juillet.

Ici des images de la manifestation à Taksim organisée après l’appel des artistes « faisons taire les armes, pas les chansons », en soutien à Aynur.

Par contre le quartier plus périphérique de Zeytinburnu a été le théâtre de  violences entre nationalistes turcs et sympathisants kurdes du BDP, ce qui est bien moins réjouissant.

Et ICI une vidéo du concert bien plus complète. C’est effarant !

Ajout du 22 août :  cette vidéo recommandée par un (tardif) commentaire de Me .d’un autre  concert où Aynur chante en kurde avec les chanteuses turques Sertab Erener et Aysenur Kolivar. A la guitare Demir Demirkan.